En chansons

Publié le par Albocicade

Lorsque, il y a maintenant des années, je me suis tourné vers le Christ, c'est tout un univers que j'ai découvert.

La Bible, tout d'abord, que j'ai lue in extenso avec gourmandise durant la première année de ma conversion. Puis la prière, bien sûr et les récits de témoignages...

Et aussi la musique. Oh, pas la "grande musique", plutôt de petits chants, souvent des versets bibliques mis sur des mélodies simples et entraînantes que je répétais sans me lasser après les avoir écouté sur des cassettes audio que tel ou tel ami m'avait prêté.

Un bon moyen de se familiariser avec nombre de textes bibliques qui nous parlent de la bonté de Dieu pour sa création, de sa miséricorde infinie et de son pardon offert en Jésus-Christ, du fait que notre confiance doit être placée en Dieu et non dans notre propre puissance...

Des cassettes souvent enregistrées par de minuscules "producteurs" avec peu de moyens et beaucoup de bonne volonté.

 

Aujourd'hui, les K7 audio n'existent plus, et le "son" se partage sur internet, mais des chansons au rythme entraînant sont toujours enregistrées pour inciter les jeunes convertis à avancer vers... Vers quoi, au juste ?

En fait, je pose cette question non pas par rapport aux divers milieux chrétiens, mais à propos des chants proposés aux jeunes convertis à l'islam.

En effet, la revendication [1] des "attentats de Paris" était enchâssée dans un de ces chants.

Curieux comme je suis, j'ai voulu en savoir plus, et après quelques recherches je suis tombé sur le chant en question [2], mis en ligne par "Al-Hayat media center" [3].

Je pourrais sans doute me livrer à une analyse exhaustive du texte, mais à quoi bon ? Cette chanson a capella, sans la moindre brutalité mélodique, est – sans aucune place pour la métaphore – un appel au meurtre contre tous ceux qui ne partagent pas leur obsession.

Car des phrases comme "l'épée à la main, tue-les !" ; "Tue les soldats du diable sans hésitation, fais-les saigner même dans leurs habitations" (et j'en passe des pires) sont ce qu'elles paraissent, des incitations à la haine et au crime. D'ailleurs, les musulmans trop "tièdes"sont visés aussi, puisque "Quiconque s’oppose à la charia est perdu, même lorsqu’il prétend pratiquer la vertu".

Et n'espérons pas pouvoir discuter avec eux de bien-fondé (ou non) de leur conviction : "Plus de polémique ni de philosophie, soit tu les tues, soit ils te tuent !"

 

Sans doute me fera-t-on remarquer qu'il ne s'agit pas là de chanson mise en ligne par quelque mosquée. J'en conviens. Mais nous non plus, jeunes convertis chrétiens n'écoutions pas forcément les "Pseaumes de David dans la versification françoise de Clément Marot avec accompagnement à l'orgue" enregistrés par telle Eglise bien officielle [4]. Il nous fallait du dynamique, du jeune, du porteur d'espoir...

Alors, nous chantions la vie renouvelée en Christ... eux sont invités à chanter le meurtre [5].

Comme quoi, le chant est comme les "langues d'Esope" : la meilleure et la pire des choses !

 

Notes et liens :

1. Revendication enregistrée avant les attentas, ce qui explique les "erreurs" (notamment l'attentat dans le XVIIIe qui n'a pas eu lieu) qu'elle contient. On peut ré-écouter l'intégralité de cette revendication ici sur youtube.

2. J'ai hésité à mettre le lien vers le chant directement dans le texte. Finalement, je préfère le placer en note ici.

3. Rappelons que "al-Hayat", en arabe, signifie "la vie" !!!

4. Je rappelle, pour ceux qui trouveraient ce billet trop peu orthodoxe que j'ai vécu les premières années de ma vie chrétienne dans les milieux protestants.

5. Le site"MEMRI" a mis en ligne une transcription (avec quelques erreurs de détail comme "l'épée la main tue les " au lieu de "l'épée à la main, tue-les") des paroles de ce chant.

Publié dans Cigale en colère

Commenter cet article