L'art du mépris

Publié le par Albocicade

http://tanakamusic.com/wp-content/uploads/2009/03/no_picture.gif

Je suis troublé.

C'est une photographie. Un crucifix… le Christ en croix.

Dans un environnement jaunâtre… de l'urine.

Un crucifix dans un bocal d'urine.

C'est une photographie dans une exposition, en France, financée en partie par des fonds publics.

Passés les premiers instants de stupeur (il y a des moments où je me dis que "l'art" est un des derniers refuges pour la stupidité volontaire) et même de colère (du genre "Mais ils sont pas bien, dans leurs têtes !!!"), je reste troublé.

Plus encore en tant que citoyen qu'en tant que chrétien.

 

Comme chrétien, disciple ô combien défectueux du Sauveur, je pense aux injures, aux crachats, aux violences que Jésus a eu à subir. A sa crucifixion, justement. Et à sa parole : "Père, pardonne-leur, ils ne savent pas ce qu'ils font !"

Cette photo, avec tout ce qu'elle peut évoquer de mépris, de haine, de stupidité n'est qu'une injure de plus, une violence de plus.

Si les premières ne l'ont pas empêché de ressusciter, ces dernières ne l'empêchent pas d'être le Sauveur dont chaque humain a besoin. Et dans ce contexte, je pense aux pécheurs : non seulement à moi, mais aussi à "l'artiste", et à ceux qui ricanent plutôt que de pleurer devant une telle abjection.

Mais ceci relève, comme on dit, de la "sphère privée".

 

Ce qui m'indigne relève de la sphère publique. Non pas que j'ai la moindre nostalgie d'une église puissante et dominatrice : l'idée même m'en est absolument étrangère.

 

Mais imagine-t-on une photo équivalente  avec dans le bocal, par exemple, une ménorah, ou un symbole bouddhiste, ou encore une simple plaque sur laquelle serait inscrit "le saint Coran" ?

Ou, pour ne pas se cantonner dans le domaine religieux,  qu'y soit immergé un symbole de la République, le logo de la région en PACA, ou encore celui d'une équipe de foot…

Comment se fait-il que ce qui serait impensable, car susceptible d'offenser et de blesser les consciences, dans tout autre cas ne pose aucun problème lorsqu'il s'agit des chrétiens ?

 

L'article premier de la déclaration universelle des droits de l'homme (rédigée originellement en français, rappelons-le) aurait-il été modifié ?

Y lirait-on maintenant "Tous les êtres humains naissent libres et égaux en dignité et en droits, sauf les chrétiens".

A moins qu'il n'y ait dans notre arsenal juridique un dispositif stipulant que "Ne sont à respecter que les groupes susceptibles de déclencher des émeutes…" ?

 

Est-ce donc à cela qu'est destiné l'argent public ?

 

S'il n'est pas dans les coutumes des chrétiens de répondre par la violence aux vexations, il ne nous est pourtant pas défendu de protester, comme le firent en leur temps Justin et Athénagore.

 

Aussi, à toutes fins utiles, j'indique ici les coordonnées de personnes et groupes impliqués dans cette exposition (que je reprends du blog Metanoïa).

Pour limiter les risques de débordement sous le coup de l'émotion, je n'indique que les contacts mail :

 

Mme la Députée-maire d'Avignon : 

marie-josee.roig@mairie-avignon.com


M. le Président du conseil régional PACA :

mvauzelle@regionpaca.fr
 

M. le Directeur de l'Hôtel de Caumont qui héberge l'exposition : 

e.mezil@collectionlambert.com

 

Ministère de la culture :

service-presse@culture.gouv.fr

 

Club des actionnaires de LVMH, partenaire privé de l'exposition :

lvmh@clubactionnaires.com

 

M. Lambert, galleriste et propriétaire de "l'œuvre d'art" :

yvon@yvon-lambert.com

 

Et merci à CLG pour avoir transmis l'info.


Publié dans Cigale en colère

Commenter cet article

BROS DE PUECHREDON 16/05/2011 17:59



Permettez que je sois surprise et un peu déroutée par ce que je viens d'apprendre, vous avez contribué à financer l'exposition
d'un Christ en croix dans un bocal d'urine ?


Avec l'argent des contribuables...


Soit cette info est une mauvaise blague, soit vous êtes un pitoyable personnage.


Je suis chrétienne Orthodoxe d'esprit ouvert, je sais que notre Seigneur est descendu dans les enfers pour resuciter trois jours plus tard et qu'il
n'a que faire des cogitations pathologiques de quelque pseudo artiste dégenté, toutefois l'irrespect sponsorisé par des personnages publics élus et avec les deniers des contribuables quel
irrespect quand-même.


Alors je prie que le Ciel vous pardonne à vous et à vos acolytes je vous envoie juste ce petit mail histoire de vous rappeler qu'il existe des gens
qui ont une croyance et qui sont sensibles, pour vous souvenire d'ou vous venez peut-être une mère ou une grand-mère s'en allait-elle régulièrement prier à l'Eglise ? peut-être Etes-vous baptisé
?


Peut-être êtes-vous musulman ? que penseriez-vous d'un coran dans un bocal d'urine ? peut-être êtes-vous tout simplement laique et qu'en est-il de
la déclaration des droits de l'homme et du respect pour les croyances de chacun ?


Mystère de ce qu'il en est de vous, il en est de moi que je suis obligée de prier pour vous afin que le Ciel vous pardonne et vous bénisse et vous
garde parce que ce genre de comportements me font très peur, ceci démontre une sorte de perte de repères tant spirituels que tout simplement humanitaires et me semble ouvrire la porte à toutes
sortes de choses pas belles du tout.


     Voici le contenu du mail que j'ai envoyé à chacune de ces personnes, ce me semble juste de réagire, désolée je n'avais pas
eu le temps de prendre connaissance de cette info j'espère que ces personnes seront un brin réveillées quoi qu'il en soit Christ est Resucité et Gloire à Dieu dont la Myséricorde est encore plus
vaste que la bêtise humaine. Salutations à tous. béatrice






Patrick 14/04/2011 23:25



J’ai un peu parcouru les articles concernant cette triste affaire. Pourquoi, nous Chrétiens, devrions-nous nous rabaisser au rang de religion en ayant des revendications d’ordre sociale ?
Sommes-nous donc comme les Juifs ou les Musulmans pour réclamer des représailles contre tout ce qui heurte notre susceptibilité ? Devons-nous nous comporter comme eux, lorsqu’on a caricaturé leur
prophète ou lorsqu’un fanatique brûle leur livre (http://missionorthodoxe.blogspot.co...). Devons-nous créer un nom spécial pour désigner ceux qui ne
nous aiment pas, faire voter de complaisantes lois pour nous protéger comme une espèce en voie de disparition, former des commandos de choc qui patrouillent dans nos cités à la recherche de la
moindre occasion d’en découdre avec tous ceux qui nous déplaisent, devons-nous créer des sites de surveillance du net pour traquer impitoyablement ce qui ne nous est pas favorable (http://www.juif.org/fdii/index.php) et faire des procès tous azimuts ? En un mot : devons-nous,
nous aussi, exiger une censure contre tout ce que nous ne voulons pas voir ?


Je ne le crois pas, nous sommes Orthodoxes et le symbole de notre foi est un Homme qui souffre, non pas un signe de puissance arrogante comme une hache, une étoile, un croissant, un lion ou Dieu
sait quoi d’autres, mais juste un symbole d’humilité totale : un Homme qui souffre par amour sur une croix et pas n’importe quel Homme, Dieu lui-même fait homme. Nous, les Chrétiens, nous prenons
les coups mais nous ne les donnons pas. De plus, nous prions pour celui qui nous les donne. C’est pourquoi, je ne demande pas que cette chose soit retirée de cette exposition. S’ils ne sont pas
Chrétiens, comme nous ils sont libres. Libres de prendre conscience de ce qu’ils font ou libres de continuer à nous faire souffrir.


Alors, je ne dis pas qu’il faut rester passif à pleurnicher, il faut être nombreux à leur écrire, voire même à manifester, mais pour leur crier notre douleur et notre tristesse et non pas pour
exiger quoi que ce soit. Pour leur dire qu’ils peuvent nous frapper encore et encore mais que, par Dieu qui est en nous, nous ne faiblirons jamais. Mon espoir est que cette expo reste ouverte
mais que personne n’aille la voir. Sinon nous serons exactement comme eux et le Christianisme se réduirait à une religion, une de plus à ajouter au grand bazar des religions.



Albocicade 12/04/2011 20:08



Il y a effectivement plusieurs niveaux de problématiques : d'une part le "photographe", d'autre part le "collectionneur galleriste", mais aussi les mécènes tant privés que publics, et enfin les
"visiteurs-voyeurs". Malheureusement, dans cette énumération les chrétiens ne sont pas pris en compte, ou plutôt sont considérés comme quantité négligeable : ils ne font pas peur, et leur Dieu
non plus. Tant mieux.


Toutefois, puisque la France est censée traiter tous ses ressortissants de manière équitable, c'est un service à rendre à la nation que de lui refuser ce traitement "deux poids - deux mesures".


Il semble que l'on puisse suivre l'évolution de cette question Avignonaise sur un blog que je
viens de découvrir pour l'occasion.



Ren' 12/04/2011 18:56



Que penser des gens qui défileront, en effet... Que penser de ceux qui allaient voir l'exposition "Our Body" dont je parlais à la fin de cet article : http://dialogueabraham.wordpress.com/2010/11/21/linvasion-des-profanateurs/


...Qu'est-ce que cet attrait généralisé pour la profanation ?



Albocicade 12/04/2011 13:30



@ Laurence : Certes, mais si le "photographe perturbé" (ah, on me signale en régie que l'on doit dire "l'artiste") est un cas, que penser des gens qui vont défiler pour regarder "ça", qui vont
payer... attrait du morbide, sans doute. Sachant que "morbide" dérive du latin "morbus", la maladie. Une sorte de maladie de l'âme, du coeur...


@ Daniel : Effectivement, "deux poids, deux mesures"


 


Et juste pour le plaisir : j'ai essayé de contacter le ministère de la culture. J'ai eu une "Réponse automatique d'absence du bureau". Le ministère de la culture aux abonnés absents... on aurait
pu s'en douter.



FABRE Daniel 12/04/2011 08:39



Deux articles à lire :


Trois mois avec
sursis requis contre un homme qui avait uriné sur le Coran - 


et


Réaction de l'évêque d'Avignon






Laurence 11/04/2011 18:05



ce qui me turlupine, c'est les motivations (ou les ressorts intérieurs) qui poussent un tel artiste à préférer presque exclusivement les preprésentations tournant autour des corps, des fluides
(sang, merde, urine)...je suis plus que perplexe...