Aux marches du palais

Publié le par Albocicade


J'ai commencé le mois d'Octobre avec une femme.

Et quelle femme !

Il en est peu qui auront été autant louées et, par ailleurs autant vilipendées.

Et probablement aucune autre qui l'ait été, avec autant d'outrances, par le même homme.


Fascinante Théodora… fille de basse extrace, et même (paraît-il) "petite vertu" dans les bas fonds de Constantinople, elle deviendra l'épouse légitime du futur maître du plus grand empire de l'époque, et règnera à ses côtés.

Cette chrétienne à l'orthodoxie contestable (ne fut-elle pas le soutien indéfectible des monophysites, oeuvrant à la reprise d'un difficile dialogue) fut donc l'épouse du très orthodoxe Justinien, et se trouve vénérée avec lui le 14 novembre.


Mais ce ne sont pas là les seuls paradoxes de Théodora. Cette grande Dame, vivant dans la pourpre et le marbre fut une ardente féministe.

Oh, j'aperçois des remous… Féministe, Théodora ?!?!

Certes, peut-être pas au sens des années 70, mais tout de même. Combien de lois l'impératrice n'a-t-elle pas fait rédiger pour protéger les femmes, en particulier les plus vulnérables…

Sans parler de sa fondation pour accueillir les "ex-prostituées"…


De la gamine, contrainte d'aller avec sa sœur dans l'hippodrome supplier le public pour que l'époux de sa mère obtienne un emploi, à l'impératrice hiératique dont on peut contempler la mosaïque à Ravenne, que de chemin parcouru !


Et si l'on peut prendre un certain plaisir à lire la reconstruction romanesque de Michel de Grèce dans "Le palais des larmes" (quoi qu'il fasse parfois la part trop belle aux ragots de Procope, il restitue plutôt bien l'ambiance de l'époque), on peut aussi souhaiter revenir aux sources. Et en cela, l'étude critique publiée par Debidour que j'ai placé ici (malgré un côté un peu technique et une approche un poil apologétique) me semble une bonne introduction pour découvrir Théodora dans sa complexité.


 

Ah, un dernier mot : même si j'ai passé beaucoup de temps avec Théodora ce mois-ci, nos rapports sont restés strictement courtois. D'ailleurs, quiconque prétendrait lui faire du charme en serait pour ses frais, un simple coup d'oeil à sa mosaïque suffit à s'en convaincre : elle reste ... de marbre.

 

Publié dans Cigale sociale

Commenter cet article