Récolter ?

Publié le par Albocicade

 

Tout dernièrement, sur un "réseau social" bien connu, je lis ce qui suit :

 

La fille d'un prédicateur américain réputé a été interviewée dans un Talk-show télévisé aux Etats-Unis (New York) et l'animatrice lui a demandé « Comment Dieu a pu laisser une telle horreur se produire ? (La dernière tuerie au campus de Virginia tech )
Cette jeune fille a donné une réponse aussi profonde que perspicace..
Elle déclara: « Je crois que Dieu a été profondément attristé par tout ça, au moins autant que nous, mais depuis des années nous lui disons de sortir de nos écoles, de sortir de nos gouvernements et de sortir de nos vies. En tant que "'gentleman", Il s'est calmement retiré.
Comment pouvons-nous espérer que Dieu nous donnera sa bénédiction et sa protection si nous insistons pour qu'il nous laisse seuls ? »
Concernant les récents événements, (attaques terroristes, tuerie dans les écoles, guerres, etc... ) Je crois que cela a commencé avec Madeleine Murray O'Hair (elle fut assassinée ) qui s'est plainte de ne plus vouloir la prière dans les écoles, et nous avons dit OUI.
Puis un autre a dit que nous ne devrions pas lire la Bible à l'école la même Bible qui enseigne "Tu ne tueras point, tu ne voleras point, et aime ton prochain comme toi-même" et, nous avons dit OUI.
Ensuite, le Dr. Benjamin Spock a dit que nous ne devrions pas taper nos enfants quand ils agissent mal car leur petite personnalité serait faussée et nous pourrions altérer leur estime personnelle. (Le fils du même docteur s'est suicidé).
Ils disent qu'un expert devrait savoir de quoi il parle peu importe ce qu'il nous dit et nous avons dit OUI.
Maintenant, nous nous demandons pourquoi nos enfants n'ont pas de conscience, pourquoi il ne font pas la différence entre le bien et le mal, pourquoi ils peuvent sans émotions tuer des étrangers, des parents ou eux-mêmes.
Probablement qu'à force de profondes réflexions, nous en viendrons à la conclusion que cela a à voir avec le principe de "récolter ce qu'on a semé"!

 

Cela semble frappé au coin du bon sens. Et pourtant, une telle réponse me laisse avec un malaise, et même m'insupporte.

Certes, lorsqu'une question est mal posée, il est difficile d'apporter une réponse juste. Et c'est précisément le cas ici, puisque l'animatrice du Talk Show inverses les rôles et responsabilités. Dans la question posée, Dieu est censé être le garde-fou de l'humain, être à son service. Il faut bien reconnaître que cette tendance se retrouve souvent dans les prières, mais cela ne la légitime pas pour autant, et ce n'est pas pour rien que Janis Joplin chantait ironiquement "Oh Lord, won't you buy me a Mercedes Benz".

Pour autant, la réponse de la fille du prêcheur, par son simplisme, ne va pas plus loin. En effet, si cela était ainsi, alors les sociétés "chrétiennes" (c'est à dire dans lesquelles la foi était encouragée et enseignée) auraient du être de petits paradis sur terre, ce qui ne fut (hélas) pas le cas. N'oublions pas que le sinistre Iosef Djougachvili (plus connu sous le nom de Staline) fut séminariste avant que de jouer au dictateur.

Mais est-ce le "rôle" de Dieu que d'être à notre service, pour pallier à nos manquements ? N'est-ce pas à nous de nous placer nous-mêmes dans la réalité du service. Il me semble difficile de commettre un massacre en ayant véritablement au cœur "Tu aimeras le Seigneur ton Dieu de tout ton cœur" et "Tu aimeras ton prochain comme toi-même".

Voila pour le malaise.

Mais ce qui m'insupporte, ce sont les insinuations nauséeuses, et même émétiques qui accompagnent cette "démonstration" sur la petite musique de "on récolte ce que l'on sème".

Ainsi, si Madeleine Murray O'Hairou a été assassinée, ce serait au final parce qu'elle promouvait une société sans les prières à l'école. Comme s'il n'y avait jamais eu d'assassinat auparavant ! (Pour rappel, première victime de meurtre fut un homme pieux, du nom d'Abel).

De même, si le fils du Dr. Spock s'est suicidé, c'est sans doute parce qu'il n'avait pas été suffisamment "corrigé" dans son enfance ! Comme si "une bonne fessée de temps en temps" était la protection assurée contre la dépression et le désespoir. Le niveau zéro de la pensée. Le néant de l'intelligence et du coeur.

 

Mais alors, Dieu n'est-il pas "proche de ceux qui le cherchent" comme on le lit dans le Psautier (Ps 145) ? Ne faut-il pas espérer dans sa miséricorde ?

Si, sans aucun doute. Et pourtant, on ne saurait réduire la relation à Dieu en une formule simpliste, comme ont tenté de le faire, en leur temps, les "amis" de Job.

La réalité humaine est complexe, la réalité de la vie avec Dieu n'exclut pas le paradoxe.

Alors, oui, je crois au Dieu qui a délivré Daniel de la dent des lions ; j'y crois comme les "trois jeunes gens dans la fournaise" (Daniel 3) qui étaient certains que Dieu pouvait les délivrer, mais qui envisageaient quand même la possibilité que Dieu ne le fasse pas ; j'y crois comme ces martyrs qui eux n'ont pas été délivrés... L'histoire en garde le compte en nombre bouleversant, et pas seulement dans les temps lointains (souvenez-vous, en 2015 !).

 

Que Dieu ait pitié de tous.

NB : L'illustration, "Job sur le fumier visité par ses amis et sa femme" provient de la Bible de Historiale de Pierre Comestor ; 1372

Publié dans Cigale en colère

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article