Le naïf

Publié le par Albocicade

 

Il y a un an avaient lieu les "attentats contre Charlie Hebdo" : deux mercenaires du jihad qui canardaient l'équipe de rédaction d'un journal aussi grossier que moribond afin de venger le fondateur de l'islam.

Le choc émotionnel avait été immense, ce n'étaient pas seulement une équipe de rédaction qui avait été attaquée, c'était la "Liberté d'expression" qui avait été frappée.

 

J'avais alors réagi, comme j'avais pu, dans l'émotion moi aussi.

Pour dire que, non, décidément, je n'aimais pas cette revue, mais que tuer n'est pas une réponse.

Et que, à cause de cela, je me joindrais au rassemblement prévu dans le village, "parce qu'on est comme ça, nous les "bigots", les "culs-bénits", les "religieux", ceux que l'équipe de Charlie méprisait avec tant de morgue : on est avec eux ; on est ensemble, avec eux."

et j'ajoutais :

"J'espère que - si le journal reparaît - ceux qui prendront la suite sauront s'en souvenir."

Naïf que j'étais.

C'était sans compter sans la haine profonde, viscérale, qui anime ces intégristes de l'athéisme d'Etat qui se parent des doux termes de "laïcité" et de "liberté d'expression" pour vomir leur bile sur tout croyant.

Voila qu'un an après paraît le numéro anniversaire, avec en couverture "L'assassin court toujours".

Pourtant, les assassins sont morts dans l'assaut de l'imprimerie où ils s'étaient retranchés.

De quel assassin s'agit-il alors ?

Quel est donc ce vieillard barbu, sandale au pieds et kalachnikov en bandoulière qui fuit, les mains et la tunique tachées de sang ?

C'est Dieu.

Mais l'image va plus loin : rien dans cette image n'évoque l'islam dont se réclamaient les deux porte-flingues. Non, ce qui est représenté en Une de ce numéro spécial, c'est le Dieu du christianisme, puisque sa tête s'orne d'une sorte d'auréole triangulaire, symbole de la Trinité, représentation classique dans l'Eglise catholique encore au siècle dernier (et régulièrement dans les dessins du journal en question).

Bref, c'est bien les chrétiens (ou leur Dieu, mais les chrétiens sont ses complices) qui sont rendus responsables des attentats de janvier dernier.

Lamentable. Comme toujours.

Aussi, tant qu'à faire de regarder des dessins faits sans talents, je suis retourné jeter un coup d'oeil sur la série des "Gribouillages de Léon"... au moins, il y a plus à penser.

 

Et dimanche, j'irais à l'Eglise, pour fêter la Théophanie.

Dans ce monde de mensonges et de brutalités, Dieu se manifeste comme Trinité, au Jourdain.

Pas pour exhaler haine ou meurtre, mais pour nous dire qu'il a envoyé son Fils bien aimé afin que nous l'écoutions.

 

Publié dans Cigale en colère

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Laurence 06/01/2016 15:32

Comme toi, choquée par leur couverture et profondément attristée.