L'écrivain

Publié le par Albocicade

http://keithmendelssohn.com/uploads/036-letter-writing-correspondence-q90-1974x1052.jpg

C'est comme ça qu'ils le définissent, dans wikipedia : Nicolas Fontaine, écrivain.

 

M'ouais… écrivain... si on veut.

Pas romancier, en tous cas.

En fait, si j'en parle, c'est qu'il a bien mérité de figurer dans ma liste des acharnés du texte, aux côtés de Tischendorf et de Genoude, de Robert Estienne et de Migne, de Nau et tant d'autres… D'autant que sa vie n'a pas été un long fleuve tranquille.

Dès l'age de douze ans, l'avenir semble bien incertain pour ce jeune parisien suite au décès de son père.

Toutefois un jésuite de sa famille le prend sous son aile et ambitionne de le faire entrer dans la maison du Cardinal de Richelieu. Un projet qui ne semble pas enthousiasmer le jeune homme qui se voit plutôt entrer plutôt dans les ordres, précisément à la suite d'Ignace de Loyola : une rêverie d'adolescent qui ne se concrétisera pas. Qui se concrétisera d'autant moins que les années suivantes le rapprocheront d'un milieu tout différent.

Sa mère le confie ensuite, pour ses études, au curé de St Merry. Un brave homme qui lui enseignera un peu la Bible et les pères de l'Eglise, avant de le confier – au moment de quitter Paris pour se retirer en Poitou – aux solitaires de Port-Royal. Le reste de la vie de cet ex-futur-jésuite se fera dans le milieu "janséniste". Au point d'être embastillé avec Lemaistre de Sacy durant 5 ans…

Au sortir de prison, il a 44 ans et va s'employer à publier d'innombrables ouvrages : explications de textes bibliques, traduction de Pères de l'Eglise, ouvrages de piété. Ses "Mémoires pour servir à l'histoire de Port-Royal" ne seront publiées que de manière posthumes.

 

Wikipedia ne lui consacrait, dernièrement encore, que trois malheureuses lignes : il m'a semblé honnête d'étoffer quelque peu sa page, tant au niveau biographique que bibliographique.

 

Et quel rapport avec nous ?

C'est chez lui que j'ai pris la traduction de l'homélie que j'ai mis en ligne pour le Dimanche des Rameaux, ainsi d'ailleurs que le traité d'Hypéréchios "Aux moines" signalé dernièrement.

 

Et aussi la traduction des 20 homélies de St Proclus de Constantinople que je vous livre aujourd'hui :

Homélies pour les fêtes : sur Scribd et sur Archive

(avec hélas encore, par-ci par-là , quelques fautes de numérisation qui m'ont échappées...)

 

Et si pour illustrer ce billet j'ai mis ce "kit d'écrivain", c'est que je n'ai - à ce jour - pas trouvé de portrait du modeste Fontaine...

 

Publié dans Cigale patristique

Commenter cet article