Un gars du coin

Publié le par Albocicade

Genoude

 
Entendre à l'Eglise la parole du Christ puis, de retour chez soi, ouvrir sa Bible et relire cette parole pour s'en imprégner… Facile, non ?
Ensuite, puisque dans l'homélie il a été question de la réflexion de tel Père grec (ou syriaque, ou ce que vous voulez) avoir envie d'y regarder de plus près… Sans difficulté, n'est-ce pas ?
 
Encore que… Imagine-t-on la somme de travail qui a été nécessaire pour rendre ces textes accessibles ?
Parmi tous les ouvriers de cette immense œuvre, certains – véritables stakhanovistes du Royaume de Dieu – me sont particulièrement chers.
 
Il y a ceux que je connais depuis déjà pas mal de temps.
Il y a Tischendorf, dont le voyage hasardeux à la recherche d'anciens manuscrits bibliques jusqu'au monastère Ste Catherine du Sinaï n'en finit pas de m'enthousiasmer (il le raconte ici) ; il y a l'abbé Migne qui publiait les Pères de l'Eglise en grec ou en latin dans son imprimerie de la "Barrière d'Enfer" (que l'on nomme aujourd'hui "Denfert-Rochereau"). Il y a aussi Robert Estienne, "Imprimeur du Roy" qui mit au point la division du Nouveau Testament en versets aux haltes du soir d'un long trajet à cheval ; il y a encore l'étonnant Père Nau qui se lança dans l'étude du syriaque pour se délasser des migraines que lui occasionnait l'enseignement des mathématiques…
 
Et puis, il y a les "petits nouveaux".
Le gars bien peigné, en haut, par exemple.
A force de le croiser ici ou là, il a fini par m'intriguer.
Tout jeune, il fut d'abord enthousiasmé par les idées de Voltaire, puis fut peu à peu déconcerté par les innombrables contradictions dont elles fourmillent. Rousseau sera pour lui une étape sur le chemin qui, passant par Fénelon, le mènera au Christ.
Si sa traduction de la Bible (maintes fois réimprimée) a perdu beaucoup de son intérêt, je n'en dirais pas autant de son édition en 9 volumes des pères de l'Eglise : même si ce n'est pas une édition "scientifique", et que la langue a parfois nettement vieillie, il y a quand même de quoi puiser (d'autant que, pour certains de ces textes, on ne les trouve nulle part !).
Alors, (tout en ayant abondamment complété sa page sur wikipedia) je donne ici les liens vers une de ses éditions des Pères.
Et puis, comment dire... vu là où cet "abbé de Genoude" est né, on est presque "païs".
 
Les pères de l'Eglise traduits en français
par M. de Genoude
1837
Dédicace, préface, présentations…  
Clément de Rome: Épitre aux Corinthiens et "deuxième épitre aux corinthiens" ;  
Barnabé: Épitre ;  
Hermas: Le Pasteur ;
Ignace d'Antioche: Épitre aux Éphésiens, Epitre aux Magnésiens, Épitre aux Tralliens, Épitre aux Romains, Épitre aux Philadelphiens, Épitre aux Smyrniens, Épitre à saint Polycarpe ;
Polycarpe de Smyrne: Épitre aux Philippiens ;
Justin martyr: Discours aux Grecs, Du livre de La Monarchie, Première Apologie, Seconde Apologie
 
1838
Justin martyr: Dialogue avec Tryphon ;  
Epitre à Diognète ;  
Tatien: Discours contre les Grecs ;  
Athénagore : Apologie des Chrétiens, De la résurrection des morts ;  
Théophile d'Antioche: Les trois livres à Autolyque ;  
Hermias: Les philosophes raillés ;
 
1838
Irénée de Lyon: De la Tradition (= Contre les Hérésies)
 
1839
Minucius Félix: L'Octavius ;  
Clément d'Alexandrie: Discours aux Gentils, Le Pédagogue, Homélie "Quel riche peut être sauvé ?", Fragment des Hypotyposes.
 
1839
Clément d'Alexandrie : Les stromates ;
 
1842
Cyprien de Carthage: Vie et martyre de Cyprien, évêque de Carthage, écrite par son diacre Ponce, Lettres de saint Cyprien, Règles de conduite pour les vierges, Des lapsi (ou "De ceux qui ont failli dans la foi pendant la persécution"), Unité de l'Eglise, De l'Oraison dominicale, A Démétrianus, De la Vanité des idoles, De la mortalité, Des œuvres de miséricorde et de l'aumône, Avantages de la patience, De l'envie et de la jalousie, Epître à Fortunat, Les trois Livres des témoignages contre les Juifs adressés à Quirinus, Concile de Carthage, Spectacles publics, Les douze illusions du monde, Gloire du martyre.
 
1841,
Tertullien : Contre Marcion, De la chair de Jésus-Christ, De la Résurrection de la chair, De l'âme, Témoignage de l'âme, De la Couronne du Soldat, Du Manteau, De la Patience, De la Pénitence, De l'Idolâtrie
 
1842
Tertullien: Apologétique (ou "Défense des Chrétiens contre les Gentils), Traité des Prescriptions contre les hérétiques, Contre les Spectacles, De la Fuite pendant la persécution. A Fabius, Aux Martyrs, A Scapula, proconsul d'Afrique, Aux Nations (Livre 1 et 2), Contre les Juifs, Contre Hermogène ("contre l'éternité de la matière"), Contre les Valentiniens, Le Scorpiaque (ou "Antidote contre la morsure des Scorpions"), Contre Praxéas (ou "sur la Trinité"), Du Baptême, De l'Oraison dominicale, Du Voile des Vierges, De l'Ornement des femmes, A sa femme, Exhortation à la Chasteté, Du Jeûne (ou "contre les Psychiques"), De la Monogamie, De la Pudicité,
 
1843
St Hippolyte : Démonstration du Christ et de l'Antechrist, Démonstration contre les Juifs, Fragments du Discours contre Béron et Hélicen, Fragments du Traité contre l'hérésie de Noétius, Homélie sur la Théophanie ;
Origène. Réfutation de Celse
 

Publié dans Cigale bibliothécaire

Commenter cet article

sylvain 17/01/2012 15:00


Je ne sais pas si vousn y pouvez quelque chose mais la PDF du Tome 2 est fait de pages blanches.

Albocicade 17/01/2012 21:59



Curieux... Après vérification, pour moi ça fonctionne.



Albocicade 25/05/2011 00:11



En fait, il n'a fait que naître à "Montélimart" (selon l'orthographe de l'époque) : il a grandi dans le Grésivaudan, avant de monter à Paris...


En fait, il est bien tombé dans l'oubli. Toutefois, la conjonction du développement de l'internet, les règles régissant le droit d'auteur et la mise en ligne de bibliothèques numériques (par
exemple books.google) lui donne une nouvelle visibilité à qu'il il n'eût jamais imaginé. Ainsi, le site du britanique Roger Pearse consacré à Tertullien est-il basé, pour les textes français sur la traduction de Genoude... qui a l'immense avantage
d'être dans le domaine public.



laurence 24/05/2011 16:51



jamais entendu parler de l'abbé Genoude...même dans Montélimar. Bizarre non? merci en tout cas pour ce billet qui éveille ma curiosité. J'ai une question à vous poser concernant la divine
liturgie. Je vous contacte en privé.