Accrochez-vous !

Publié le par Albocicade

 

http://adventuremalaysia.com/images/stories/mammut_flash_.jpg

Année après année, mon activité physique sinon favorite du moins incontournable consiste à préparer du bois de chauffage.

Si cette année, c'est surtout du chêne, l'an prochain, ce sera (au moins en partie) du pin.

Un de mes interlocuteurs d'un instant m'en avait parlé, il y a quelques mois : il devait faire abattre quelques arbres. Et voici que la semaine dernière, en coup de vent, il m'annonce que les arbres ont été tombés par les élèves d'une école forestière. Et il ajoute : "Je leur ai demandé de les couper à 50 centimètres : ce sera plus pratique pour vous."

Voilà une attention qui me touche ! Juste à charger, à refendre les plus gros et à stocker pour que ça sèche… Presque une promenade.

Ah, il avait oublié… si je peux dégager les branchages, au moins le tas près de sa maison… les autres, il les brûlera.

Bien sûr…

Mais ça en fait, des branches…

Deux fois plus de volume que le bois. Et les branches, non seulement c'est long à charger, mais en plus c'est fastidieux à décharger.

Sauf si…

Mais c'est là l'application d'un principe beaucoup plus général.

Etre accroché par un lien solide et bien fixé à un point stable, fiable, adapté et - au besoin - inébranlable.

 

Par exemple, donc, pour vider les remorques, j'accrochais les bases des branches (intelligemment rangées lors du chargement) par une corde que je fixai à un tronc d'arbre. Ensuite, il n'y a plus qu'à redémarrer la voiture et avancer : c'est déchargé.

 

Mais comme je le disais, c'est l'application d'un principe général.

C'est le marin que s'amarre à son mat pour ne pas être jeté par dessus bord lors d'une tempête,  l'alpiniste qui passe sa corde derrière un rocher pour pouvoir entamer sa descente en rappel, le montagnard amateur qui reste encordé à son guide.

C'est aussi savoir à quoi se raccrocher dans les aléas de la vie ; comment continuer à avancer lorsque tout s'y oppose, ou au contraire ne pas se laisser entraîner comme malgré soi en des chemins contestables…

 

La difficulté est peut-être de trouver un point véritablement fiable en fonction de la situation.

Puis de rester bien "fixé", dans la durée, même si tout bouge sous nos pieds.

 

Dommage que l'on n'ose plus guère dire que, pour notre vie d'humain, la base fiable, le point inébranlable, l'accompagnateur expérimenté à qui s'accrocher, c'est le Christ.

Pour être, comme Adam, saisi par Lui et tiré de la mort vers la vie.

http://greekodyssey.typepad.com/my_greek_odyssey/images/2008/04/26/anastasis.jpg


Publié dans Ecologie - théologie

Commenter cet article

barkay annie 28/01/2011 18:40



belle parabole!  ton Maître doit être fier..tu sais celui qui...enfin,bref ,le point fixe...comme quoi,il vaut mieux faire le point de temps à autre...SHABBAT SHALOM §