Le catalyseur

Publié le par Albocicade

Dans le bac contenant l'eau, le professeur place un tube à essai plein d'eau sur chacune des électrodes, puis branche le circuit électrique.

Sous les regards médusés des élèves... il ne se passe rien.

Pas la moindre bulle de gaz à l'anode ou à la cathode.

Alors, d'un geste désinvolte, le professeur ajoute en guise de catalyseur une bonne cuillerée de cristaux de soude – qu'il a préalablement soigneusement pesés – dans l'eau, et à l'aide d'un petit agitateur en verre en accélère la dissolution.

Rapidement, de petites bulles – oxygène à l'anode, hydrogène à la cathode – s'élèvent et emplissent peu à peu leur tube à essai respectif.

Une fois la démonstration accomplie, le professeur met le reste de l'eau à bouillir pour évaporation : au fond de la cuve, il récupère les cristaux de soude en quantité égale à ce qu'il y avait mis.

 

J'ai toujours été étonné par le rôle des catalyseurs : d'une certaine manière, ils ne sont pas indispensables à l'expérience (puisque seule l'eau est dégradée), mais en même temps, sans eux, l'expérience n'a pas lieu.

 

Et ceci me fait penser à une jeune fille, presque une gamine. Volontaire, entêtée, suédoise.

Admirée par certains, détestée par d'autres. Et quand je dis "détestée", je dois dire que les tombereaux de haine, d'insultes, de mépris qui sont déversés sur elle, son nom, son image par des "adultes" prétendument responsables me laissent songeurs.

De quoi ont-ils peur, pour la haïr autant ?

Contestent-ils le bien fondé de son constat sur la pollution universelle que quelques décennies d'industrialisation outrancière ont imposée d'un pôle à l'autre, tant dans les zones habitées que dans les déserts et les océans ,

Pas même. Non.

Sont-ils à ce point amoureux de notre mode de vie qu'ils sont terrifiés à l'idée de devoir changer ? Peut-être.

Ou sont-ils plus basiquement jaloux de l'écho médiatique que sa figure encadrée de nattes rencontre ? Pourtant, rien n'est plus fugace qu'un écho.

J'ignore si le mouvement de masse qui semble se cristalliser autours de Greta Thunberg va durer, je ne sais s'il va prendre de l'ampleur et parvenir à faire bouger un peu les lignes, arriver à forcer nos braves "Décideurs", "Politiques" et autres "Maîtres du Jeu" à orienter différemment les règles économiques, environnementales et sociétales pour que le vivant puisse perdurer sur la seule planète qui nous a été confiée.

Mais si cela advient, alors la jeune Greta aura été une sorte de catalyseur. C'est tout mon souhait.

 

Publié dans Ecologie - théologie

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Albocicade 07/10/2019 16:49

Et quand je parle de haine... le mot n'est (hélas !) pas trop fort.
La représenter pendue sous un pont... une gamine de 16 ans !
https://www.bfmtv.com/international/italie-un-mannequin-a-l-effigie-de-greta-thunberg-pendu-sous-un-pont-de-rome-1782381.html?fbclid=IwAR3yqVANk5MfO4AwqNOH1hHMET-6HX9dj0i2oTTecctAnS-Tpx8a6eqsQs4