Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
1 juillet 2015 3 01 /07 /juillet /2015 07:09

Désolé : après les premières chaleurs, début Juin, j'ai eu un peu de mal à récupérer.

Voici la seconde vague de chaleur... c'est dur.

Alors, tant pis, pas de billet aujourd'hui... mais promis, je ne vous fais pas la tête.

 

Partager cet article

Published by Albocicade - dans Vie quotidienne
commenter cet article
27 juin 2015 6 27 /06 /juin /2015 07:23

 

En 1968, époque tumultueuse où une jeunesse excitée prétendait remplacer de vieilles routines par des idées simplistes, on pouvait lire sur un mur : "L'imagination au pouvoir !"

Comme si imaginer suffisait à penser juste.

 

En effet, ne se sont-ils pas imaginés en dignes successeurs de Charles Martel repoussant des hordes de sarrasins le Coran entre les dents, ces Corses qui se sont opposés à ce que – danbs une kermesse scolaire – il y ait un chant en arabe ?

Mais de quoi s'agissait-il en fait ?

De faire chanter en cinq langues – français, anglais, espagnol, corse et arabe – la chanson "Imagine" de John Lennon. Pas vraiment un hymne jihadiste.

Alors ? Juste l'imagination surchauffée de racistes qui identifient "langue arabe" et "islam"... une manière de donner raison aux fanatiques de "l'Etat Islamique" qui prétendent faire disparaître les chrétiens arabophones...

 

D'un autre côté, j'entend Dalil Boubakeur émettre le souhait que des églises vides soient données aux communautés musulmanes pour en faire des mosquées, puisque - selon lui - "c'est le même Dieu, ce sont des rites qui sont voisins, fraternels...".

Là encore, n'est-ce pas l'expression d'une imagination en effervescence ? Car, enfin, si les choses sont comme le Recteur de la Grande Mosquée de Paris l'affirme, comment se fait-il que là où les musulmans n'ont pas de lieu de culte, on ne les voit pas aller à la Messe, au Culte protestant ou à la Divine Liturgie ?

Et si vraiment tout est si idéalement proche, pourquoi – dans les pays où l'islam est majoritaire, est-il si difficile d'ouvrir une église... quand ce n'est pas formellement interdit ?

 

Non, décidément, l'imagination livrée à elle-même, coupée du réel, fait vraiment faire et dire n'importe quoi.

 

 

Partager cet article

Published by Albocicade - dans Vie quotidienne
commenter cet article
23 juin 2015 2 23 /06 /juin /2015 07:11

Sur la scène, le conférencier pérore. Son propos se résume à peu de choses : les croyants, ceux qui ont de la religion, sont des êtres illogiques, esclaves d'une pensée primitive et pré-établie, incapables de réfléchir par eux-mêmes puisque, il le prouve : "Dieu n'existe pas".

Il le prouve avec ardeur, avec conviction, avec insistance.

Il le prouve non pas une fois, pas même deux ou trois... Non. Il le prouve douze fois !

La foule des auditeurs, éblouie par sa logique, subjuguée par sa rigueur intellectuelle acclame celui qui met des mots sur ce qu'ils n'osaient même imaginer.

La force du langage, la puissance du discours !

Il faut dire que depuis tant d'années qu'il va de ville en ville, il a eu le temps de régler son show, de trouver le mot qui fait mouche, l'exemple qui balaiera les résistances...

Peu importe qu'il use et abuse de sophismes, de caricatures ; il le sait : le rythme tient lieu de réflexion, et le public est toujours du côté de Guignol avec son bâton.

Aussi, qui oserait tenir tête à un tribun si expérimenté ?

Pourtant, c'est la question qui est posée, lorsque l'orateur ayant épuisé son sujet se tait enfin.

Un homme se présente, pourtant.

Il est professeur de Lettres à la Faculté locale : un homme peu habitué à la scène.

Qu'importe. S'il n'a pas le bagout, l'expérience du propagandiste professionnel, il a une conviction : il se doit de montrer que, derrière les effets de manche du conférencier, il n'y a qu'un vide sidérant, un néant de l'argumentation juste propre à berner les simples, à faire des dégâts dans les âmes.

Alors, malgré l'hostilité du public, sur la scène, il ose.

 

De cette confrontation, un petit opuscule a été fait, intitulé

Les douze prétendues preuves de l'inexistence de Dieu.

Un document introuvable.

 

Disons le tout net, il faut un effort  d'adaptation pour entrer dans le débat : cela se passait il y a plus d'un siècle, et depuis ont eu lieu deux guerres mondiales, des dictatures – de droite comme de gauche – à la pelle, et notre mentalité n'est plus celle de 1912.

Plus d'un siècle ! Fallait-il donc ressortir ce document ?

A mon sens oui.

 

D'une part, le texte de la conférence du tribun de l'athéisme se trouve depuis longtemps sur internet, et a même été réédité en papier, présenté comme si c'était le discours définitif de la pensée sur Dieu et qu'il n'y avait rien à ajouter.

D'autre part, mais c'est très personnel, le professeur qui a osé braver les huées du public, Louis Arnould, est un ami. Oh, je ne l'ai jamais connu, mais il y a quelques décennies que – grâce à lui – j'ai découvert Marie Heurtin et la réalité des sourds-aveugles. Je lui ai consacré une page sur le site "Marie Heurtin et les autres". Or, puisque j'ai eu – par sa famille – accès à cette brochure, je lui devais bien de le mettre en ligne.

 

J'en ai donc fait un petit document (avec introduction et annexes) qui est accessible sur Archive.

Puisse-t-il être utile, encore aujourd'hui.

 

J'aimerai, pour terminer, citer une anecdote lue dans un bulletin paroissial protestant :

Un païen demanda un jour à Rabbi Akiva :

- "Qui a créé le monde ?"
- "Dieu a créé le monde", répondit Rabbi Akiva.
- "Prouve-le-moi !"
- "Reviens me voir demain", lui répondit Rabbi Akiva.
L’homme revint le lendemain. Rabbi Akiva lui demanda : "Que portes-tu ?"
- "Une cape, comme tu peux le voir."
- "Qui l’a faite ?"
- "Le tisserand, bien évidemment."
- "Je ne te crois pas, prouve-le-moi !" dit Rabbi Akiva
- "De quelle preuve as-tu besoin ? Ne vois-tu pas que c’est le tisserand qui a fait cet habit ? Un habit se tisse t-il tout seul ?"
- "Alors pourquoi me demandes-tu une preuve que Dieu créa le monde ? Tu viens de donner la réponse : Ne vois-tu pas que c’est le Saint, béni soit-Il, qui l’a créé ? Le monde même est la preuve qu'il y a un Créateur, de même que le vêtement témoigne sur le tailleur."

 

Et comme on lit dans le Livre des Psaumes :

"L'insensé dit en son coeur : Dieu n'existe pas"...

 

Partager cet article

Published by Albocicade - dans Vie quotidienne
commenter cet article
19 juin 2015 5 19 /06 /juin /2015 07:32

C'était durant la semaine de la Passion.

Je reçois un mail : " Pourquoi sur toutes les icônes, l'âne de l'entrée à Jérusalem a de petites oreilles ?"

Allons bon !

C'est vrai que je m'étais fait la réflexion, devant certaines icônes, qu'il ressemblait plus à un cheval qu'à une âne. Mais pas toujours.

Alors, je me suis lancé dans une petite recherche.

D'abord, il y a ce sarcophage du IVe siècle où la monture du Christ est incontestablement un âne.

Puis cet ivoire du Xe siècle. Là encore, pas de problème : Aliboron est bien reconnaissable.

De même pour cette mosaïque de Vatopedi, XIIe siècle.

Ou encore celle-ci, toujours du XIIe siècle, en Sicile.

 

Alors, où sont-elles, ces icônes avec des petites oreilles ? Pas chez les  Coptes ni chez les Syriaques.

En fait – et sans pouvoir en dire plus, il semble que ce soit en Russie, au XIVe siècle que la noble monture a pris de plus en plus des faux airs de cheval.

Par exemple cette icône de Roublev (XIVe siècle)

Ou celle-ci, du XVe siècle.

ou encore celle-là du XVIe siècle

 

Alors, à vrai dire, je n'ai pas la moindre réponse à la question qui m'était posée : je ne sais pas "pourquoi", sur les icônes de tradition russe, l'âne des Rameaux ressemble parfois beaucoup à un cheval... Tout au plus ai-je une question : y avait-il des ânes en Russie, au XIVe siècle, ou savait-on seulement que l'âne ressemblait à un cheval ?

 

Par ailleurs, il me faut signaler que j'ai eu la chance de trouver une page où j'ai emprunté ces images, pour essayer d'y comprendre un peu quelque chose. Cette page (qui contient plein d'autres ivoires, icônes et enluminures) se trouve ici.

 

Partager cet article

Published by Albocicade - dans Vie quotidienne
commenter cet article
15 juin 2015 1 15 /06 /juin /2015 07:37

Dernièrement, j'ai cité Pline l'Ancien.

Comme le raconte son neveu, Pline le Jeune, l'auteur de  l'Histoire Naturelle est mort en 79 de notre ère, à Stabia, alors qu'il tentait de porter secours aux victimes de l'éruption du Vésuve.

Vapeurs toxiques, chaleur intolérable, cendres et scories... en deux jours plusieurs villes disparurent de la terre, du monde des vivants ; ensevelies avec leurs défunts, leurs animaux, leurs ustensiles de la vie courante, leurs fresques... et leurs livres.

Car oui, il y avait des livres.

Du moins, on en a retrouvé à Herculanum. Des rouleau de papyrus.

Protégés des flammes, ils n'avaient pas brûlé, mais – comme dans un four trop chaud – ils s'étaient carbonisés, et étaient restés "intacts" pendant des siècles.

Aussi, lors des premières fouilles de la "villa des papyrus", au XVIIIe siècle, après s'être demandé à quoi avaient bien pu servir ces grosses tiges de charbon, on se rendit compte de leur nature. Mais de là à connaître leur contenu... (On lira avec intérêt la "Notice sur les manuscrits trouvés à Herculanum", de 1841)

On essaya d'en dérouler, c'était les détruire irrémédiablement pour ne récupérer que des fragments à peine utilisables.

Non ! Ce n'était pas la bonne méthode.

Il fallait trouver une technique non invasive pour arriver à lire ces livres... sans les ouvrir.

Et il semblerait que l'on soit sur le point d'y parvenir, à grand coup de technologie de pointe.

(Pour les anglophones, il y a cet article de qualité !)

Bon, il reste du boulot, mais il n'est pas exclu que dans un proche avenir, d'ici quelques années, on ait accès à des textes grecs et latins inconnus, inédits.

Un peu comme ce fut le cas avec les textes gnostiques de Nag Hammadi ou les textes juifs de Qumrân. L'archéologie a encore de beaux jours devant elle.

Partager cet article

Published by Albocicade - dans Vie quotidienne
commenter cet article
11 juin 2015 4 11 /06 /juin /2015 07:09

C'est une petite vidéo – moins de trois minutes – sur internet. Et aussi, floutée, dans les journaux télévisés.

Une vidéo sur laquelle on voit un homme alité qui écoute au téléphone, un homme qui regarde un autre homme qui lui parle.

Les propos tenus sont des mots d'espoir, des mots d'affection, y compris le commentaire qui accompagne la vidéo.

Pourtant, une plainte a été déposée, au CSA, pour "atteinte à la dignité humaine".

"Atteinte à la dignité humaine" parce que cette vidéo montre un homme vivant ? Ou parce qu'il a été décidé que cet homme, très lourdement handicapé, devait mourir ?

 

Alors, j'ai écouté les commentaires de médecins, à ce propos.

Il en ressort que M. Lambert est en "état végétatif", qu'on ne constate "aucun progrès" dans son état, et que par conséquent il n'y a aucun "projet de vie" pour lui. Il serait en outre "indécent" de faire appel à l'émotion en montrant cette vidéo sans avoir au préalable obtenu son accord.

 

Je n'ai pas de solution, pas de réponse en ce qui concerne M. Lambert.

Par contre, j'ai des interrogations concernant les propos tenus par ces médecins...

Car, combien sont-ils – que ce soit en hôpital ou en institution – en "état végétatif", combien qui ne manifestent "aucun progrès", combien pour lesquels le "projet de vie" est problématique ?

Faut-il donc décider de la mort anticipée des IMC, des personnes atteintes de LIS ou de maladies neurodégénératives, des personnes handicapées vieillissantes ?

Trop encombrants, trop dépendants, trop inutiles ... ?

 

Le summum de la tartufferie aura quand même été – à mon sens – la spécialiste qui s'offusquait de l'indécence qu'il y aurait à montrer cette vidéo sans l'accord de l'intéressé, alors que la décision de le faire mourir a aussi été prise sans son accord.

Mais montrer un homme vivant est peut-être plus grave que de le faire mourir...

 

La vidéo est visible ici, sur Youtube.

Partager cet article

Published by Albocicade - dans Cigale en colère
commenter cet article
7 juin 2015 7 07 /06 /juin /2015 07:11

Les animaux et la Liturgie...

Il y a cinq ans, j'avais abordé un aspect de cette question. Aujourd'hui, c'est une petite anecdote que je souhaite vous partager.

Dernièrement, un prêtre orthodoxe de ma connaissance s'est rendu chez une paroissienne pour bénir son logement. Voisins, amis étaient venus et accompagnaient l'office de leur présence amicale.

Juste après la fin de la bénédiction, une petite fille s'approche du prêtre :

- "Dis, tu peux bénir mon lapin ?"

Il faut réagir vite, immédiatement. Si elle avait demandé qu'il soit baptisé, la réponse aurait bien évidemment été négative. Mais bénir... Ne sommes nous pas invités à appeler la bénédiction de Dieu sur toute la création ? Alors, bien sûr, il va bénir ce lapin.

-"Attend, j'arrive..."

Elle file en vitesse et revient avec l'animal... mais pas seulement. Sa soeur aussi, avec un second lapin ; et une copine... avec une poule !

"Tu peux aussi bénir ma poule ?"

Et le prêtre de prononcer la formule de bénédiction sur cette basse-cour improvisée.

M'ayant raconté cela, il ajoutait : "Ce qui est beau, c'est que d'une certaine manière, elles avaient compris que c'est important de recevoir la bénédiction de Dieu".

Puis, il a conclu :

"Par contre, lorsque des gens viennent visiter l'église, souvent il y a des braves dames avec leur chien-chien dans les bras qui me disent, d'un air entendu "Il peut entrer dans l'église avec moi, n'est-ce pas !" Alors, je répond avec le sourire : "Bien sûr, s'il sait faire son signe de croix."

Partager cet article

Published by Albocicade - dans Ecologie - théologie
commenter cet article
3 juin 2015 3 03 /06 /juin /2015 07:29

D'après ce que j'ai pu entendre, l'enseignement du latin serait en passe d'être relégué au rang des matières inutiles et encombrantes.

Il serait – dit-on – plus urgent pour notre jeunesse aléatoirement studieuse d'apprendre à s'exprimer spontanément en un français hasardeux.

Soit

Est-ce à dire que le petit texte* qui va suivre sera définitivement illisible dans quelques années ?

C. Furius Cresinus e seruitute liberatus, cum in paruo admodum agello largiores multo fructus perciperet, quam ex amplissimis uicinitas, in inuidia erat magna, ceu fruges alienas perliceret ueneficiis. quamobrem ab Spurio Albino curuli aedile die dicta metuens damnationem, cum in suffragium tribus oporteret ire, instrumentum rusticum omne in forum attulit et adduxit familiam suam ualidam atque, ut ait Piso, bene curatam ac uestitam, ferramenta egregie facta, graues ligones, uomeres ponderosos, boues saturos. postea dixit: Veneficia mea, Quirites, haec sunt, nec possum uobis ostendere aut in forum adducere lucubrationes meas uigiliasque et sudores. omnium sententiis absolutus itaque est.

 

Pourtant, elle est plutôt sympathique cette histoire. Alors je vais vous la donner aussi en français :

 

Caïus F. Crésinus, ancien esclave affranchi, qui obtenait d'un très petit champ des récoltes beaucoup plus abondantes que ses voisins n'en tiraient de champs très considérables, s'était attiré leur jalousie; au point qu'ils l'accusaient de faire venir, par des sortilèges, les récoltes des autres dans ses champs. En conséquence il fut cité à comparaître par le magistrat supérieur Spurius Albinus. Craignant d'être condamné lorsque les juges rendraient leur verdict,  il se présenta sur le forum avec tous ses instruments de travail, des ouvriers robustes et, comme dit Pison, "bien nourris et bien vêtus", des outils bien adaptés, des houes solides, des charrues de bonne qualité, des boeufs bien repus. Puis il dit : "Voilà, Romains, mes sortilèges ! Et je ne peux vous montrer ni faire venir sur le forum mes fatigues, mes veilles et mes sueurs".

Il fut absous d'un suffrage unanime.

 

Sympa, non ?

D'ailleurs, ne se pourrait-il pas que cette brève anecdote concerne non seulement l'Enseignement des langues anciennes, l'Histoire ou l'Agriculture, mais aussi l'Economie ?

Car, au final, n'est-ce pas la même pensée magique qui habite nos actuels spécialistes, que celle qui animait les ennemis de Crésinus ?

Ne les entend-on pas, année après année, gouvernement après gouvernement, se plaindre que les pays voisins aient de "meilleurs" résultats que nous ; ne les entendons-nous pas en appeler à une "reprise de la croissance" venant d'on ne sait où, voire espérer quelque "miracle économique" ?

Et ce bon Crésinus leur rappellerait alors peut-être qu'en premier lieu, il faut se sortir les mains des poches.

Car, concluait Pline, "La culture veut du travail et non de la dépense."

On trouvera cette même idée plus près de nous, chez ce bon La Fontaine...

Mais cela est peut-être trop basique... je ne sais pas , je ne suis pas économiste.

 

Note :

L'anecdote se trouve au Livre 18 de l'Histoire Naturelle de Pline l'Ancien : Texte latin sur Itinera Electronica (H.N. 18.41-43), ou traduction française sur le site de Remacle (H.N. 18.8. 3-4)

 

 

Partager cet article

Published by Albocicade - dans Vie quotidienne
commenter cet article
30 mai 2015 6 30 /05 /mai /2015 07:26

C'est une belle collection en quinze volumes – publiée en 1837-38 – que je croyais avoir signalé.

Puisque ce n'est en fait pas le cas, et selon l'adage bien connu "Old biker than never", je m'empresse de le faire.

Bien sûr, en bien des cas cette collection fait double emploi avec celle de Genoude, et nombre de ses textes se trouvent par ailleurs numérisés sur les sites de l'archimandrite Cassien, du regretté Philippe Remacle ou de l'abbaye St Benoit de Port Valais, sans parler des sites dédiés à un auteur particulier, comme ceux sur Grégoire de Nysse ou Tertullien.

Certes... mais pas tous.

Et puis, en préparant la liste ci-après, je me suis pris à dire sur tel ou tel titre "Tiens, celui-là, il faudra que je le lise..."

Bref, en attendant que soit – un jour improbable – créée une hypothétique bibliothèque patristique idéale, voici donc l'accès aux quinze tomes des

Chefs-d'oeuvres des Pères de l'Eglise.

(Les tables des matières paginées sont en fin de volumes)

 

Tome 1

St Clément de Rome.

Première épître aux Corinthiens

[Seconde épître aux Corinthiens]

St Ignace d'Antioche.

Épître aux Romains

Épître aux Smyrniens

St Polycarpe

Épître aux Philippiens

St Justin martyr

Première Apologie

Anonyme

Epître des églises de Vienne et de Lyon

Hermias

Critique des philosophes païens

Tertullien

Apologétique

Des Prescriptions

Contre les Spectacles

Minucius Felix

Octavius

 

Tome 2

Origène

Traité de la Prière

Exhortation au Martyre

St Cyprien

Lettre sur les Calomniateurs

Traités sur ceux qui sont tombés

Traité sur l'unité de l'Église catholique

Traité sur la vanité des Idoles

Traité sur l'Aumône

Traité sur la Jalousie et l'Envie

Lettre à Fortunat. Exhortation au Martyre

Lactance

Du culte des faux dieux

 

Tome 3

Lactance (suite)

Traité de la colère de Dieu

St Athanase

Apologie à l'empereur Constance

Contre Apollinaire ; de l'incarnation de notre Seigneur Jésus-Christ , livre I.

Contre Apollinaire ; de l'avènement de notre Seigneur Jésus-Christ, livre II.

 Lettre encyclique aux évêques d’Égypte et de Libye

Premier discours contre les Ariens

Eusèbe de Césarée

Eusèbe contre Hiéroclès

Second livre de la démonstration évangélique

 

Tome 4

St  Grégoire de Nazianze

Premier discours contre l'empereur Julien

Second discours contre l'empereur Julien

Discours sur l'excellence du sacerdoce et les devoirs des pasteurs

St Basile le Grand

Discours adressé aux jeunes gens , sur l'utilité qu'ils peuvent retirer de la lecture des livres profanes

Homélie sur ce sujet "Que Dieu n'est pas l'auteur du mal"

Première homélie sur le jeûne

Seconde homélie sur le jeûne

Homélie sur ces paroles : "Portez votre attention sur vous-même"

Homélie sur le mépris du monde

Homélie sur la colère

Panégyrique des quarante martyrs de Sébaste

Homélie sur l'envie

Homélie sur l'humilité

Homéliesur l’avarice

 

Tome 5

 

St Hilaire de Poitiers

Contre les ariens, ou contre Auxence, évêque de Milan

Lettre adressée à sa fille Abra

Hymne à sa fille Abra

De la Trinité

St Ephrem le Syrien

Discours exégétiques

Confession

Discours de polémique

Sur la résurrection et le jugement

Sur la pénitence

Sur les vices et les vertus

Sur la femme pécheresse qui répandit du parfum sur les pieds de Jésus.

Lettre au moine Jean

Prière

St Cyrille de Jérusalem

Procatéchèse

Catéchèse 1

Catéchèse 2

 

Tome 6

St Ambroise de Milan

Des avantages de la mort

Invectives sur la chute d'une jeune vierge consacrée au Seigneur

Des devoirs des ministres sacrés.

Lettres

 

Tome 7

St Jean Chrysostome

Du sacerdoce

Traité de la virginité

A une jeune veuve

Traité sur les cohabitations illicites

Livre de la componction du coeur, au moine Démétrius

Parallèle entre un roi et un moine

 

Tome 8

St Jean Chrysostome (suite)

Homélie 1 : Sur "Une vierge concevra et enfantera"

Homélie 2 : Sur "Alors Jésus fut condit par l'Esprit dans le désert"

Homélie 3 : Sur "Un homme avait semé du bon grain dans son champs..."

Homélie ? : Sur David et Saül

Homélie 4 : Sur "Le Fils ne peut rien faire de lui-même..."

Homélie 5 :  Sur la nativité de notre Seigneur Jésus-Christ

Homélie 6 : Sur la fête de la naissance, de notre Seigneur Jésus-Christ

Homélie 7 : Sur l'Oraison dominicale

Homélie 8 : Sur le débiteur de dix mille talents

Homélie 9 : Sur la trahison de Judas

Homélie 10 : Sur. le mot cœmeterium et sur la croix

Homélie 11 : Sur la croix et sur le bon larron

Homélie  12 : Pour la fête de Pâques

Homélie 13 : Pour le jour de l'ascension

Homélie 14 : Pour le jour de la Pentecôte

Homélie 15 : Sur la pénitence

 

Homélies au peuple d'Antioche

Homélie 1 : Sur ces paroles "Prends un peu de vin , à cause de la faiblesse de ton estomac"

Homélie 2 : Sur les malheurs dont Antioche fut frappée suite à la sédition dans laquelle furent renversées les statues du grand empereur Théodose

Homélie 3 : Nouvelles actions de grâces à Dieu du retour de la paix

Homélie 4 : Malheurs de la ville d’Antioche; la crainte est utile; l'affliction vaut mieux que les rires

Homélie 5 : Retour de l'évêque Flavien; apostrophe à ceux qui avaient renversé les statues

Homélie 6 : Sur le jeûne du carême et  les dispositions du cœur,

 

 

Tome 9

St Jean Chrysostome (suite)

Homélie. Sur Eutrope

Homélie. Sur l'exil de Saturnin et d'Aurélien

Homélie. Sur la charité parfaite

Discours. Sur l'aumône

Discours. Contre les Juifs

Homélie. Sur le bonheur de la vie future

Discours. Sur cette question : On ne reçoit de dommage que de soi-même...

Discours. Sur la résurrection des morts

Discours. Sur le Lazare

Discours. Avant de partir pour l'exil

Discours I. Après le retour de son premier exil

Discours II. Après le retour de son premier exil

Discours. Il ne faut pas parler pour plaire

Discours. Après son ordination

Homélie. Sur le jeûne

Exposition du Psaume 38 (numérotation LXX)

Discours. Sur ces paroles : Dieu vit toutes les choses

 

Panégyriques.

Homélie I. Éloge de l'apôtre saint Paul

Homélie II. Éloge de l'apôtre saint Paul

Éloge de Saint Mélèce

Éloge de Saint Ignace , Martyr

Éloge de Saint Julien , Martyr

Discours I. Des Machabées

Discours II. Des Machabées

Lettres

 

Tome 10

St Astère d'Amasée

Homélie I. Sur l'économe infidèle

Homélie II. Sur l'avarice

Homélie III. Le divorce est-il permis?

St Grégoire de Nysse.

Grande Catéchèse

Traité de la formation de l'homme

Oraison funèbre de Pulchérie

Oraison funèbre de Placille

Discours I. Au sujet de son ordination

Discours II. Sur la résurrection glorieuse de Notre-Seigneur

Discours III. Sur "le fornicateur pèche contre son propre corps"

Discours IV. Contre les usuriers

Lettre à Théophile contre Apollinaire

Lettre à l'évêque Théodose sur la pythonisse

Lettre contre le destin.

Lettre canonique à Loetoius

 

Tome 11

St Jérôme

Lettre I. A Démétriade, sur la virginité.

Lettre II. A Eustochium. — Sur le même sujet

Lettre III. A Furie.  Eloge du veuvage

Lettre IV. A Salvine.  Sur le veuvage

Lettre V. A Laeta.Sur l'éducation de sa fille

Lettre VI. A Gaudence. — Sur l'éducation de la petite Pacatulle

Lettre VII. A Héliodore.—Eloge de la vie solitaire

Lettre VIII. Vie de saint Paul, ermite

Lettre IX. Vie de saint Hilarion

Lettre X. A Paulin

Lettre XI. Reproches à Sabinien, diacre

Lettre XII. A Ripaire et Didier, prêtres. — Réfutation d'un livre d'hérésies, de Vigilance

Lettre XIII. A Népotien. — Sur la vie des clercs et des prêtres

Lettre XIV. Sur les liaisons dangereuses

Lettre XV. Consolation à Julien

Lettre XVI. A Héliodore. — Eloge funèbre de Népotien.

Lettre XVII. A Rustique. — Il lui enseigne comment doit vivre un solitaire

Lettre XVIII. A la vierge Principia. —Eloge funèbre de la veuve Marcella

Lettre XIX. A la vierge Eustochium.—Eloge funèbre de Paula sa mère

Lettre XX. A Innocent. — Sur le miracle d'une femme frappée sept fois par le bourreau

Lettre XXL A Ruffin

Lettre XXII. A Marcelle

Lettre XXIII. A Aselle

Lettre XXIV. A Damase

Lettrexxv. A Castruce

Lettre XXVI. A Algasie

Lettre XXVII. A Castorina sa tante

Lettre XXVIII. A Théophile, évêque d'Alexandrie

 

Tome 12

St Augustin

Les Confessions

 

Tome 13

St Augustin (Suite)

Méditations

Soliloques

Manuel

De l'immortalité de l'âme

Sermons

 

Tome 14

St Paulin de Nole

Lettre à Licentius

A Sévère

A Amand

A Delphin

A Jovis

A Sévère

Sermon sur le tronc destiné à recevoiur les aumônes

A St Augustin

St Léon le Grand

Trois sermons sur le jeune du dixième mois

Six sermons sur le Carême

Sermon sur la Passion de Notre Seigneur

Sur la fête des apôtres Pierre et Paul

A Turibius, évêque d'Astorga

A Flavien, archevêque de Constantinople

Deux lettres à l'impératrice Pulchérie

Au clergé et au peuple de constantinople

A l'empereur Marcien

A Anatolius, archevêque de Constantinople

A Théodoret de Cyr

A l'empereur Léon

St Grégoire le Grand

Pastoral

 

Tome 15

Bernard de Clairvaux

Traité de la Considération

Traité sur les Moeurs et les devoirs des évêques

Sermons

Lettres

Hugues Métel

Deux lettres

Anselme de Canterbury

Allocution sur l'existence de Dieu 427

Thomas d'Aquin

Traité des deux préceptes de la charité et des dix commandements de la loi

Avec en outre, en fin de volume 15, une

Brève table analytique des quinze tomes

Partager cet article

26 mai 2015 2 26 /05 /mai /2015 07:49

Il y a bien des années, j'avais lu "La croix et le poignard" du pasteur David Wilkerson.

Pour ceux qui ne connaissent pas ce livre, ça raconte comment un jeune pasteur américain (Wilkerson lui-même) a osé s'aventurer à Brooklyn pour témoigner de l'Evangile auprès des jeunes des gangs, et comment certains d'entre eux se sont convertis, notamment un jeune porto-ricain particulièrement violent, Nicky Cruz.

A vrai dire, c'était un récit marquant !*

 

Tout dernièrement, je viens de lire la suite. Enfin, une des suites.

C'est l'histoire d'un autre jeune, français celui-là. Un gamin à l'enfance chaotique, qui était en train de virer délinquant.

Aussi, quand on lui a dit qu'un ancien chef de gang new-yorkais allait faire une conférence dans sa région, dans le Sud de la France, il n'a pas hésité : il voulait aller l'écouter. C'était Nicky Cruz qui racontait son témoignage.

Et le gamin français, complètement retourné, décida lui aussi de suivre le Christ.**

Et lui aussi a consacré sa vie à témoigner de la miséricorde de Dieu.

 

Une nuance, toutefois : Nicky Cruz est devenu pasteur d'une église évangélique, René-Luc (c'est le français) est devenu prêtre catholique.

Et son témoignage se trouve dans son livre "Dieu en plein coeur".

 

Finalement, dans notre monde où d'innombrables voix contradictoires s'expriment haut et fort à tous propos, peut-être n'est-il pas inutile de nous rappeler que (au moins dans un certain nombre de pays, dont la France) nous avons parfaitement le droit d'annoncer l'Evangile de manière explicite.

Et comme l'écrivait l'Apôtre :

"Quiconque invoquera le nom du Seigneur sera sauvé. Mais comment donc invoqueront-ils celui en qui ils ne croient pas ? Et comment croiront-ils en lui s'ils n'en entendent pas parler ? Et comment en entendront-ils parler, s'il n'y a personne qui l'annonce ? "***

 

Notes complémentaires

* La conversion de Nicky Cruz date de 1958. Le livre de Wilkerson parut en 1962. En 1970 un film en fut tiré que je n'ai pas vu à l'époque, mais que je viens de dénicher (version française) sur Youtube

** Cela se passait en 1980

*** Epître aux Romains 10. 13-14

 

Partager cet article

Published by Albocicade - dans Vie quotidienne
commenter cet article

Présentation

  • : Les cigales éloquentes
  • Les cigales éloquentes
  • : Des cigales qui parlent de la nature, de la vie, et, bien sûr, de Celui qui donne la vie...
  • Contact

Fréquence

En moyenne : un billet tous les 4 jours

Recherche

Qui sont les Cigales ?

Etre informé ?

Pour être informé par e-mail (automatique) de la parution des billets, pensez à inscrire votre adresse dans le module "newsletter"

Commentaires récents

Visiteurs

Mis en place le 5 janvier 2009
 free counters