Mythe et réalité

Publié le par Albocicade

http://www.corsicanews.net/histoire/img/portrait-napoleon-david.jpg

C'était au cours d'un de ces repas qui rassemblent à une même table membres et amis de famille, et auxquels il n'est pas toujours d'échapper.

Le maître des lieux, farouche laïcard arborant un calendrier révolutionnaire de l'années en cours sur son buffet – et déjà passablement aviné – y va de son couplet  contre les curés, le bon-dieu, les chrétiens de tous poils en m'interpellant sans façons. Afin de ne pas ajouter à la confusion, je me garde de répondre : triste parodie d'intelligence, il se ridiculise lui-même par ses outrances.

Un de ses amis, toutefois, tente (assez vainement) de le raisonner un peu.

Un peu plus tard, le maître des lieux s'étant éclipsé, j'entreprend de discuter un peu avec cet invité.

Instituteur, il me dit que, tout en étant athée, il enseigne à ses élèves à respecter les convictions et religions des autres. Avant d'ajouter "même si on sait bien que Jésus n'a jamais existé !" Et de faire référence, de manière assez vague, au "travaux des historiens qui ont prouvé que le personnage de Jésus est un mythe".

Sur le coup, je suis resté soufflé : ces vieilles thèses, cent fois réfutées et dont les erreurs de méthodologie ont été depuis longtemps mises en évidence continuent à passer pour crédibles !

Au cours de la conversation à bâtons rompus qui suivit, j'évoquais un document (dont j'avais seulement entendu parler à l'époque) dont l'auteur, reprenant les méthodes des "historiens comparatistes" et déployant comme eux un trésor d'érudition démontrait que l'épopée napoléonienne n'était qu'une légende forgée de toutes pièces, et que le personnage de Napoléon  lui-même une personnification du soleil.

Publiée pour la première fois en 1827, soit 6 ans après la mort de l'Empereur, ce pamphlet hardi, malgré un sérieux affecté ne prétend convaincre que d'une chose : même bien argumentée, même en ayant toutes les apparences de la logique et de la démonstration scientifique, une thèse ne change rien à la réalité, et c'est la réalité qui doit avoir le dernier mot.

 C'est justement ce document que je viens de dénicher, et de placer sur Scribd : à peine 5 pages, ça se lit vite.


Publié dans Ecologie - théologie

Commenter cet article