Friteuse et procrastination

Publié le par Albocicade

http://files.meilleurduchef.com/mdc/photo/produits/mfr/friteuse_gf6_01.jpg

C'est une belle friteuse, un modèle professionnel.

Une belle friteuse, dans un carton, sous un escalier.

Elle n'est neuve, elle est "en panne".

Depuis des mois, peut-être plus d'un an.

Samedi après midi, je suis de passage à l'association.

"Tu pourrais y jeter un œil ?"

"Pourquoi pas." Mais comme je n'ai pas de matériel avec moi, je la charge dans la voiture : je verrais ça à la maison.

A première vue, il y a déjà l'interrupteur de cassé.

J'ouvre le carter… fais quelques contrôles… tous les circuits ont l'air bon.

Donc, l'interrupteur.

Nous sommes mardi, je vais faire un tour chez les différents commerçants du village. Bien sûr, aucun n'a ce type d'interrupteur. Qu'à cela ne tienne, quelques clics sur internet, et la pièce correspondante est commandée : elle doit m'être livrée par la poste dans quelques jours.

Samedi, un petit paquet au courrier. En un quart d'heure, l'affaire est pliée, la friteuse contrôlée et fonctionnelle.

Quand je pense qu'elle est restée un an dans son carton, oubliée, inutile, encombrante…

Elle va pouvoir reprendre du service, et ça tombe bien, puisqu'à l'association ils ont un regain d'activité. Mais pourquoi l'avoir laissé aussi longtemps en panne ?

En fait, peu importe.

Ce qui m'importe, c'est plutôt "combien de choses, de situations, de travaux est-ce que – pour ma part – je laisse en souffrance, ni fait ni à faire ?"

Procrastination, quand tu nous tiens…


Publié dans Vie quotidienne

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Albocicade 07/03/2012 21:58


@ Iago : Blaireau du côté de votre village, renard à côté de mon ancienne paroisse... 
La voiture reste un objet dangereux.

Iago 07/03/2012 15:58


Encore moi ! Hier, je souriais de l'écolo Albocicade ! Ce matin, je ne ris plus du tout. J'ai une mauvaise habitude, c'est de prendre chaque jour ma voiture pour me rendre de nuit au fond d'une
combe pour une raison qui ne regarde que moi. Il est généralement quatre heure du matin. Je mets toujours pleins phares et roule doucement. C'est ainsi que je me suis fait des amis : des
chevreuils qui veulent bien me laisser approcher avant de sauter dans le ravin en me montrant leur serviette. Je ne leur en veux pas. J'en suis même plutôt content car, chaque année, il se trouve
des chasseurs pour venir les tirer alors qu'ils n'ont pas d'échappatoire. Je préfère qu'ils restent méfiants quand ils rencontrent des trucs humains. J'ai aussi un copain, un gros rondouillard
qui hante le bord de la route. Quand il voit mes lumières, il ne s'affole pas, il trottine seulement devant moi en me montrant ses grosses fesses qui tréssautent. Au bout d'un moment, estimant
probablement qu'il s'est suffisamment éloigné de son logis, il tourne brusquement à droite, se fige un instant pour regarder mes phares et saute dans la pente. J'ai eu le temps de voir sa tête
que je trouve jolie, mutine même, et ma journée commence bien. La nuit dernière, mon ami a fait une folie : il s'est aventuré dans le village. Oh ! Pas beaucoup. Quelques mètres seulement sur la
route après le panneau. Et cela a suffi pour qu'un crétin ne donne le coup de volant nécessaire pour qu'il ait la vie sauve. Dans ma promenade nocturne, j'ai trouvé son cadavre encore saignant
sur l'asphalte. J'ai bien reconnu son poil brun, mais sa tête était une plaie rouge. Je suis sûr qu'il existe un paradis des blaireaux et que mon ami y est. Je suis sûr aussi que l'imbécile qui
se félicite d'avoir éliminé un "puant" ne se doute pas qu'il est dans l'enfer indolore d'une incurable bêtise.

Albocicade 07/03/2012 13:21



Ah, Iago, je vois que vous vous êtes mis aux "smileys"... modernité oblige.


D'autre part, votre allusion à la "bûche" me semble être un rappel d'un de nos précédents échanges. Ceci étant, je vous dois un aveux : je
suis très ambivalent concernant les poëles à "pelets" et autres "bois déchiqueté". Bien sûr, le rendement calorique est tout-à-fait convaicant, surtout compte tenu de la "double combustion".
Mais les inserts et autres "foyers fermés" ont eux aussi des rendements nettement supérieurs à la bonne vieille cheminée (quoique moindres que les poëles à granulés, j'en conviens). Par contre,
vos "chouchous chauffants" ont à mon sens au moins deux inconvénients majeurs. D'une part, malgré leur combustible, ce sont des poëles électriques, incapables de fonctionner durant une panne
EDF... par exemple en plein hiver, quand il y a surconsomation parce qu'il fait trop froid (la belle utilité). D'autre part, comme il n'est pas possible de se faire ses propres granulés (à
moins d'investir dans un matériel encombrant et onéreux) cela implique de d'acheter ces petites choses à brûler. Et comme le marché est une fonction étrange, on arrive au paradoxe de brûler ici
des granulés dont le bois a poussé à plus de mille kilomètres. Mes buches sont en bois d'arbres qui ont poussé à moins de 10 km. Et quand il a fait si froid, et qu'EDF a fait des coupures
intempestives (pour nous apprende à vivre, je suppose) mon insert a continué à chauffer la maison. Et puis franchement, (même si ça n'a rien à voir) vous imaginez St Seraphim chargeant son
poele à granulé ?

Iago 06/03/2012 17:25


De frites en carême ? On aurait pu procrastiner encore quarante jours.


Quant au fait de remettre à plus tard, les Pères disent que le corbeau est diabolique parce qu'il ne cesse de crier : "Cras, Cras !" (demain, demain, en latin). Notez que je n'ai pas dit que
l'animal est  comme tous ceux qui enseignent en latin, quoique ...


Et moi qui croyais Albocicade écolo ! Je viens d'apprendre qu'il n'y a rien de plus nocif pour la planète que
mettre une bûche dans la cheminée : dégagement de CO2 maximum pour un rendement calorique minimum (10%). Munissez-vous d'un de ces merveilleux poêle à granulés que nous propose la technologie
moderne : peu de CO2 et rendement maximum (80%). Mais, rien ne vaut la bouse de vache séchée, c'est gratuit, ça débarasse et ça parfume la nourriture.