Devant ta croix...

Publié le par Albocicade

Le croirait-on, il n'y a pas d'arguments si éculés qu'ils ne continuent à être utilisés.
Par exemple celui-ci, posté sur une vidéo : "Question aux chrétiens : Pourquoi la Croix, et pas l'âne ?"
L'interpellation est brutale, le ton narquois, du genre "on a trouvé un truc pour les coincer..."
Pourtant, il n'y a rien de nouveau dans cette question, et il y a beau temps qu'il y a été répondu.
Par exemple, par ce bon Théodore Abu Qurrah, il y a plus de mille ans.
 
Un disciple anonyme a conservé sa réponse dans un recueil d'enseignements.
Qu'il me soit permis de vous en donner un bref aperçu.
 
Ils nous disent : "Puisque vous vous prosternez devant la Croix parce que le Christ a été crucifié sur elle, pourquoi ne vous prosternez-vous pas devant un âne, puisque le Christ est monté sur l'un d'eux ?
 
Ce n'est pas à proprement parler parce que le Christ a été crucifié sur elle que nous nous prosternons devant la croix. En fait, il y a une coutume qui consiste à porter honneur à la chose qui a permis de parvenir à ce que l'on désire le plus ; et cette chose doit d'autant plus être honorée qu'elle est  moins remarquable, puisque c'est par elle qu'un gain si important a été obtenu. On peut tout à fait observer ceci chez les joueurs d'échec. Lorsqu'un joueur va sacrifier un pion de sorte que par-là même il va pouvoir prendre une pièce importante de son adversaire et  mettre le roi mat, il prend le pion, lui porte un baiser, l'élève devant ses yeux comme pour lui rendre hommage, puisque c'est par cette pièce qu'il parviendra à la victoire. Dans le même ordre d'idée, étant donné que c'est par la croix - qui est le déshonneur suprême - que le Christ nous a sauvé de la mort, nous a délivré de l'esclavage de Satan, et nous a rétabli dans la félicité du Paradis, nous nous prosternons devant la croix, pour l'honorer et non pour l'adorer. Par contre, en ce qui concerne l'âne, ce n'est pas par son moyen que nous avons été sauvés.
Si tu dis que la comparaison ne va pas et qu'il n'y a aucune nécessité d'agir de la sorte, quand bien même les joueurs d'échec le feraient, laisse-moi attirer ton attention sur l'opposé, de sorte que tu puisses ainsi comprendre par l'exemple contraire (*). Chacun ne sait-il pas que tout homme voyant l'épée avec laquelle son père a été tué détruira cette épée s'il en a la possibilité ? De même, s'il trouve la coupe avec laquelle on a donné du poison à son père pour le tuer, ne va-t-il pas briser cette coupe s'il le peut ? Et l'on peut multiplier les exemples. Si tu contestes ceci, c'est alors le prophète David qui te blâmera, puisque c'est précisément pour cette raison qu'il a maudit les montagnes sur lesquelles le roi Saül fut tué. S'il en est donc ainsi, la croix, au moyen de laquelle nous avons obtenu la délivrance précédemment mentionnée de la mort et de l'esclavage de Satan et de ses conséquences, est digne du plus grand des honneurs, lequel est le prosternement et l'offrande.
Par ailleurs, c'est uniquement devant la croix (**) que nous nous prosternons, car Satan l'a préparé pour le Christ, et cherchait par elle, à le tuer. Mais la sagesse du Christ retourna la situation à l'opposé des desseins de Satan de sorte que la puissance de ce dernier a été anéantie au moyen de la croix.
 
 
Ah, au fait !
Demain, 14 Septembre, c'est la fête de l'Exaltation de la Croix.
 
Devant ta croix
nous nous prosternons, ô Maître,
et ta sainte résurrection,
nous la chantons !
 
Notes :
* Dans le chap 12 du "Traité pour la défense des saintes images", Abu Qurrah reprend ce raisonnement par l'opposé : "Elle est surprenante la lourdeur d'esprit de ceux qui reprochent aux chrétiens d'honorer les images des saints, même si elles ne sont pas liées aux saints, car ces gens-là ne se rendent pas compte qu'ils font la même chose que les chrétiens auxquels ils font ces reproches.
Ainsi, qu'un juif - ou un autre qui prétend avoir la foi - nous donne son avis : Si quelqu'un écrit sur un papier le nom d'Abraham l'ami de Dieu et les noms Isaac, Jacob, Moïse, David et des prophètes de Dieu, et si un ennemi des saints prophètes prend ce papier, crache dessus, le piétine et le salit à cause de sa haine des prophètes, l'homme qui a commis de tels actes ne serait-il pas, à leurs yeux, passible de la peine de mort, comme s'il avait commis ces crimes contre les prophètes eux-mêmes ? Il n'y a là-dessus aucun doute ! Pourtant ces noms ne sont pas liés aux prophètes (***). Alors, si ces gens étaient doués d'intelligence, ils honoreraient et embrasseraient ce papier, en en prenant soin et en l'imbibant de parfum."
** Et non devant tout ce qui peut évoquer un quelconque épisode de la vie du Sauveur, comme un âne.
*** Puisque un même nom peut être porté par des milliers de personnes, et n'est pas réservé à tel prophète.
 

Commenter cet article

Romanus 16/09/2016 17:01

Marvelous! You are really "tempting" me to read Théodore Abu Qurrah...

Albocicade 16/09/2016 17:28

Many texts of Theodore Abu Qurrah have been translated into english and published (mainly by Lamoreaux, also by Griffiths). But there is still a lot to do : some of his texts have never been published, and at least one that is attributed to him is not his...
If you are interested in arab christianity, you may have a look at my "work-blog" here : http://taqforlyza.eklablog.com/

Laurence 13/09/2012 20:38

Merci pour ce beau texte que je ne connaissais pas.