Entre le bœuf et l'âne gris…

Publié le par Albocicade

 

http://www.atelier-st-andre.net/fr/images/oeuvres_icones/nativite-novgorod.jpg

Chacun connaît les Crèches de Noël représentant l'étable dans laquelle Joseph et Marie trouvent refuge, et - entourant le Nouveau-Né couché dans une mangeoire - le bœuf et l'âne, hôtes habituels du lieu qui réchauffent de leur haleine l'Enfant. Et pas seulement dans les "Crèches", mais encore sur les icônes de la Nativité.

Et bien sûr, dans le célèbre et traditionnel cantique de Noël.

Pourtant, l'Evangile qui mentionne bergers et mangeoire ne parle pas du bœuf et de l'âne.

 

Sans doute ces derniers doivent-ils leur présence traditionnelle aux allusions de deux prophètes. D'une part Habacuc annonçant la manifestation de Dieu au monde écrit : "J'ai considéré tes œuvres, et je me suis extasié. Tu te manifesteras entre deux animaux; quand les années seront proches, on te connaîtra; quand les temps seront venus, tu apparaîtras", tandis qu'Esaïe précise : "Le bœuf connaît son possesseur, et l'âne la crèche de son maître"

 

Voila pour "le bœuf et l'âne gris"…

 

Toutefois, St Cyrille de Jérusalem fait une autre lecture du texte d'Habacuc. Là où nous lisons "entre deux animaux" (ἐν μέσω δύο ζώων), il lit "ἐν μέσω δύο ζωῶν" : "entre deux vies".

On aura noté que la différence est subtile, puisqu'elle porte uniquement sur une question d'accentuation dans le texte grec.

Aussi, citons ce passage (Cat. Bapt. 12.20) où, après avoir déterminé l'époque à laquelle devait naître le Messie en se basant sur le texte de l'Ancien Testament, il en vient à étudier le lieu prédit.

 

Poursuivons : voilà l'époque déterminée ; il faut maintenant chercher et fixer le lieu où le fait doit s'accomplir.

C'est le Prophète Michée qui va nous le découvrir. Et toi, Bethléem, maison d'Ephrata, tu n'es pas la moindre des mille maisons de Juda : c'est de toi que me sortira un chef pour régner sur Israël, et ses apparitions datent du commencement des jours de l'éternité.

Comme vous habitez Jérusalem et que vous en connaissez les environs, ouvrez le 131e Psaume, et vous y lirez : Voilà que nous l'avons entendue à Ephrata, et que nous l'avons trouvée dans les champs de la forêt. Or, il y a très-peu d'années que ce pays était encore boisé.

Vous avez aussi entendu le Prophète Habacuc dire au Seigneur : Lorsque les années s'approcheront, tu seras reconnu ; lorsque le temps sera venu, tu te montreras.

Prophète, à quoi, dites-nous, sera-t-il reconnu ? Tu seras connu entre deux vies, répond-il positivement s'adressant au Seigneur, parce qu'en venant dans la chair tu vivras et tu mourras, et qu'en ressuscitant, tu vivras éternellement.

 

Autrement dit, Noël n'est pas dissociable de Pâques…

Alors,

Bonne et sainte fête de la Nativité du Sauveur !

 

Notes :

1. Références bibliques de la première partie : Habacuc 3.2, dans la traduction grecque de la Septante qui, rappelons-le, est antérieure à la naissance du Christ ;  Esaïe 1.3

2. Références des textes cités par St Cyrille de Jérusalem dans ce passage : Michée 5.2 ; Psaumes 131.6 ; Habacuc 3.2

 

 

Publié dans Cigale patristique, icones

Commenter cet article