Monastère écolo

Publié le par Albocicade


L'emploi abusif par l'homme contemporain de sa position privilégiée dans la création a déjà amené le monde au bord de l'autodestruction apocalyptique, soit sous forme de pollution de la nature, soit comme extermination d'un grand nombre d'espèces animales et végétales.
Face à une telle situation, l'Église du Christ ne peut rester indifférente...

Ainsi s'exprimait, en 1989, le patriarche Dimitrios de Constantinople, faisant du 1er Septembre (1er jour de l'année ecclésiastique) une journée d'intercession pour la protection de l'environnement naturel.

 

Et en  2005, mère Hypandia, du monastère de Solan, continuait :

"Quand les Pères de l'Église lisaient dans la Bible le récit de la création, ils n'en concluaient pas que l'homme avait été placé dans le monde pour l'exploiter à son gré. Tout au contraire, pour eux, sa fonction était d'être le prêtre et le chef de chœur d'une création faite pour chanter la gloire de son Auteur. L'attitude fondamentale de l'homme envers le reste de la création n'est pas la domination et l'exploitation, mais la bénédiction et l'action de grâces. "

 

Des mots aux actes, il peut y avoir un abîme... mais pas forcément.

Je vous laisse voir le reportage qui suit.

 

 

PS :

En lien, le texte complet de l'intervention de Mère Hypandia

Re PS :

Et félicitation à la nouvelle moniale, sœur Nicodème... à qui j'offre cette dédicace : "Monastère et Colo"

Publié dans Ecologie - théologie

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

nathalie robin 13/06/2008 21:08

olà brother éclairé... je ne suis pas sûre que ce soit le bon endroit pour te le dire, tant pis, tant mieux, théolologie/écologie semble s'imposer (enfin et bien sûr for my own personnal and selfish sometime desperate self)comme une évidence...salvatrice, un espoir souriant, un chemin sensé pour traverser sans plus tergiverser...merci pour tes recherches, que dieu te garde en paix, ti amo, n.