Apocalyptiquement vôtre

Publié le par Albocicade

Il y a une trentaine d'années, j'ai lu l'Apocalypse de St Jean in extenso pour la première fois. Je l'ai regardée comme une immense fresque animée, comme un film d'anticipation aux effets spéciaux bluffants. Et j'ai tout compris. Bon, en fait, je n'ai pas "tout" compris, mais j'en suis ressorti avec le sentiment d'avoir lu un texte "global", chargé de sens, avec du feu et de la lumière, de la fumée et de la détresse, le Christ sauveur et les humains en désarroi... Un texte dans lequel j'avais ma place, quelque part, au milieu des autres.

L'année suivante, je l'ai relue. Posément, lentement, cherchant à entrer dans la compréhension des épisodes, des symboles, des allusions... et je n'ai rien compris. Ou plutôt, j'ai vu des pièges, des chausse-trappes, des parallaxes dans lesquels les simplismes de tous les temps se sont engouffrés pour s'y briser. Alors, pour ne pas jouer au "témoin de Jéhovah" en manque d'excitation, j'ai prudemment reculé : je n'étais pas équipé pour m'aventurer sans risque en ces rivages. Et puis, après tout, ce n'est sans doute pas pour rien que ce Livre – entré tardivement dans le Canon des Ecritures – n'est jamais lu à l'Eglise : trop d'esprits se sont échauffés dessus, oubliant qu'une prophétie n'est jamais mieux comprise qu'une fois qu'elle est accomplie.

Alors, pourquoi en parler aujourd'hui, ou plutôt, pourquoi parler du livre que Valère de Prick lui consacre ?

Pour deux raisons. Par amitié, d'abord.

J'ai, de loin en loin, échangé avec M. De Prick durant plusieurs années, sur tel ou tel saint, tel ou tel Père de l'Eglise, et durant ces occasions, j'ai rencontré un homme prudent, posé, à la foi profonde, sans débordement, sans excès. Mais nos échanges ne se bornaient pas à des questions "techniques", et – sans nous livrer les secrets de nos vies privées – il nous est arrivé de partager des questions plus personnelles. Bref, sur le principe, je lui fait confiance. D'ailleurs, il a traduit les textes qui compose le livre "Le pasteur de nos âmes" qui est un recueil d'écrits du P. Lev Gillet jusque là inédits en français.

La seconde raison, c'est qu'il y a peu d'ouvrage "équilibré" sur l'Apocalypse. Et là, je plaide coupable : j'ai eu l'opportunité de lire ce livre en cours de rédaction... et ne l'ai pas fait. En fait, M. De Prick m'avait signalé son blog de travail, mais à l'époque, l'Apocalypse était trop éloigné de mes centres d'intérêt (je lui en avais fait part), pour que je prenne le temps de suivre l'avancée de ses rédactions.

Du coup, je ne l'ai pas lu. Mais ce que je sais de M. De Prick plaide en sa faveur. Aussi, à défaut de pouvoir chaudement recommander ce livre, je me dois au moins de le signaler.

Il est d'ores et déjà possible de l'acquérir sur le site d'Edilivre.

Donc, voici quelques infos :

Lecture du Livre de l'Apocalypse

par Valère De Pryck

314 pages

Date de publication : 29 septembre 2017

ISBN : 9782414108190

 

Résumé

Apocalypse ? Aussitôt apparaissent devant nos yeux des images de bouleversements cosmiques, d’évènements catastrophiques qui mènent l’humanité à sa perte. L'Apocalypse de saint Jean, appelée parfois cinquième évangile, n'est pas à comprendre dans ce sens. Il n'y est nullement question de la fin du monde. Le mot « apocalypse » vient d’un terme grec qui signifie levée du voile. Avec l'apocalypse, la révélation est définitivement close. Tout a été dit par cette dernière levée du voile. Le Christ ressuscité victorieux de la mort frappe à notre porte (3,20) et nous invite à aller avec lui vers la vie. Michel Ange disait de la peinture :  « On ne peut peindre le Christ sans vivre avec lui. » C’est vrai de la contemplation de l’apocalypse. Jean ouvre notre espérance et nous introduit dans ses visions.

Biographie de Valère De Pryck

Valère De Pryck est né en 1935 dans le Braband flamand en Belgique. Il a suivi des cours de philosophie et de théologie chez les pères franciscains au Chant d'Oiseau à Bruxelles. Régent en langues germaniques, il a enseigné à l'institut Saint-Berthuin à Malonne et à l'école des langues vivantes à l'UNamur. Il est marié et père de quatre enfants.

LIRE UN EXTRAIT

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article