Hautement improbable

Publié le par Albocicade

- Qu’est-ce que tu fais là ?

Elle me regarde étonnée, désemparée. Pas effrayée, mais pas loin.

C’est vrai que, qu’est-ce que je fais là, un lundi midi, dans sa chambre d’hôpital, si loin de la maison ? D’autant que ma tenue – casque de chantier à la main, protections anti-bruit autours du cou, chaussures de sécurité et toute la tenue qui va avec a de quoi surprendre.

- Ben, je viens te dire bonjour…

- Je le vois bien… mais qu’est-ce que tu fais là, comme ça ?

- Ah… ben, je travaille ici.

Elle sait bien que ce n’est pas vrai, que je ne travaille pas dans cet hôpital – pas non plus sur des chantiers – mais dans un atelier à presque 200 kms et que … ma réponse est totalement absurde. Tellement absurde qu’elle pourrait bien être vraie.

- Comment ça ?

- Hé bien, tu sais que dans mon entreprise, nous assurons la fourniture des matériaux spécifiques, mais c’est au client – particulier ou entreprise – d’assurer la pose : nous ne faisons pas les chantiers. Sauf qu’il y a deux ou trois mois, le patron a accepté de s’associer avec une entreprise de TP pour répondre à un appel d’offre. En fait, ça ne me concernait pas, puisque notre part était de fournir les matériaux, et eux de faire la pose. Mais dernièrement, ce chantier, a pris un peu de retard, et mon patron m’a demandé si je serais disposé à partir prêter main-forte à l’équipe sur place. Après tout, pourquoi pas. Et c’est quand j’ai demandé où se situait ce chantier que j’ai su que c’est ici ! Je n’en suis pas revenu ! Alors, hé bien, je suis là : et comme je te l’ai dit, je travaille ici ».

La blessée, dans son fauteuil roulant me regarde. Elle sait que c’est impossible, ou du moins tellement improbable… et qu’en même temps, c’est vrai.

Sans doute, quelque statisticien désoeuvré calculerait la probabilité que cela se produise ; après tout, sur 7 milliards d’humains. Mais, franchement, que m’importent les statistiques : même encore maintenant, j’en reste stupéfait.

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article