Etanche

Publié le par Albocicade

Orage. Du comme jamais vu : ce ne sont pas des cordes, des trombes, des "chats et des chiens" [1], mais un véritable mur d'eau qui s'abat. Cinq secondes là-dessous équivaut à se jeter habillé dans une piscine. Et ça dure plus de cinq secondes !

Bon, moi, je m'en fiche un peu : bien à l'abri, je contemple ce déluge, époustouflé.

Puis le vent pousse tout ça plus loin (je le sais, les villages suivants ont eu droit au même traitement), laissant un ciel lavé, bleu.

Le lendemain, arrivé sur mon lieu de travail, il faut constater les dégâts et y remédier : de l'eau s'est infiltrée avec conviction, emportant des faux plafond. Et comme une partie de l'installation électrique est hors-service, il faut nettoyer dans la pénombre.

Puis, je m'occupe de l'électricité : après quelques tâtonnements, je trouve le bon tableau électrique, arrive à déterminer quelle rampe lumière fait tout sauter et, l'ayant dissocié du reste de l'installation, remets la tension.

Bon, ça fonctionne. J'allume à droite, à gauche, vérifications... Contrariété : une lampe me signale un retour de phase. Allumée, elle éclaire normalement, éteinte... elle éclaire encore un peu. Et dans ce cas là, un peu c'est déjà trop. C'est pourtant une ligne protégée, étanche.

Etanche ? Et si c'était justement ça, le problème. D'autant que l'interrupteur a une furieuse tendance à devenir chaud. Je remets tout hors tension, puis démonte l'interrupteur : un bon demi-verre d'eau s'en écoule, l'air de rien.

Etanche en bas, oui, mais manifestement pas dans les plafonds.

Tout sécher, remettre en place, et surtout couper le joint étanche à la base de l'interrupteur : si de l'eau pénètre à nouveau, elle s'écoulera sagement.

Parce que c'était bien ça, le problème : un bricolages hasardeux qui semblait sécurisé, et qui était en fait rendus dangereux parce que mal fait.

 

Mine de rien, cette histoire me tracasse. Pas pour des questions d'électricité, pour la vie. Combien de bricolages avons-nous dans nos vies, des mélanges de "bien " et de "médiocre", dans lesquels nous espérons maîtriser un peu quelque chose. Et parfois, à vouloir nous montrer meilleurs que nous sommes, nous risquons de nous enfermer dans une apparence qui n'est pas seulement trompeuse, mais aussi dangereuse.

Sans doute vaut-il mieux être authentiquement médiocre que faussement parfait...[2]

Que dieu nous vienne en aide.

 

[1] l'anglicisme "raining cats and dogs" est l'équivalent de notre "pleuvoir des cordes".

[2] Bon, l'idéal, c'est la sainteté... un long chemin.

Publié dans Vie quotidienne

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article