Sous le califat du pape Clément XI

Publié le par Albocicade

Cette expression curieuse se trouve en tête d'un manuscrit des quatre évangiles en arabe[1] copié à Rome mais conservé en France. Il faut dire que le copiste était un homme d'exception : on lui connaît deux noms, deux vies.
Tout d'abord, il s'appelait Muhammad.
Muhammad ibn Abdallah al-Saidi al-Adawi, pour être précis[2]. Né aux environs de 1670, originaire de Haute Egypte, il était imam. Et aussi, copiste. Un copiste zélé, puisqu'à l'age de 33 ans[3], il avait réalisé pas moins de 35 copies du coran (et sans doute d'autres ouvrages). Pourtant, un jour de 1705 ou 1706, alors qu'il naviguait au large de la côte d'Alexandrie, son navire fut arraisonné par des pirates "chrétiens", et lui-même fait prisonnier et emmené à Malte. Je reconnais que l'association des termes "pirate" et "chrétien" me semble curieuse, mais comme lesdits pirates s'en prenaient aussi bien à des musulmans qu'à des chrétiens, y compris aux pèlerins, je crains que la piété n'ait guère compté parmi leurs préoccupations.
Détenu captif, il poursuivit son activité de copiste de traités musulmans, enseignant par ailleurs l'arabe aux enfants, tout en cherchant à obtenir sa libération par le paiement d'une rançon de la part de ses parents.
C'est alors qu'il eut, une nuit, une vision.[4] Il vit le pape Clément XI l'invitant à renoncer à l'islam et à devenir chrétien. Retourné par cela, l'imam écrivit au pape, se mettant à sa disposition. Appelé à Rome par le pape, catéchisé par Nicolas Caracciolo – archevêque de Capoue – , Muhammad ibn Abdallah al-Saidi al-Adawi reçoit le baptême en 1709[5] et prend le nom de Clément Caraccioli. C'est sous son nom chrétien qu'il vivra, priera et copiera, jusqu'à sa mort, en 1721.
Copie des Evangiles, des Psaumes, de commentaire de St Ephrem ou de St Jean Chrysostome, le tout en arabe. Copies aussi d'écrits apologétiques d'auteurs arabes chrétiens, parmi lesquelles on trouve – à trois reprises – le débat du moine Girgi al-Sima'ani avec trois interlocuteurs musulmans.
C'est précisément à propos de ce texte (sur lequel je bûche depuis pas mal de temps) que j'ai croisé cet étrange copiste[6]. Le peu que j'en ai d'abord lu m'a intrigué, et j'ai fini par dénicher l'étude que le P. Khalil Samir lui a consacré à partir de brèves notices trouvés sur les manuscrits. Alors, pour les curieux, je signale cette étude : , "Un Imām égyptien copiste au Vatican: Clemente Caraccioli (1670-1721)"
 
Sinon, certains se contenteront de la traduction de l'incipit du manuscrit de Montpellier, dont le texte arabe orne ce billet :
"Cette copie des quatre évangiles, à savoir, Saint Matthieu, saint Marc, saint Luc et saint Jean, a été terminée au commencement du mois de février de l'année 1712 du Messie, par la main du pauvre, faible, confessant ses péchés et son impuissance, mais espérant dans la miséricorde du maître tout-puissant, Clément Caraccioli, qui a eu l'honneur d'embrasser la foi du Messie l'an 1709. Que Dieu soit indulgent pour lui, pour ses maîtres, pour quiconque lira ce livre, pour tous ceux qui solliciteront en sa faveur la miséricorde et l'indulgence, enfin pour la totalité des Chrétiens qui professent la foi du Messie ; amen. Écrit dans la ville de Rome la grande, sous le khalifat du docteur suprême le pape Clément XI Albani. Que Dieu prolonge la durée de sa vie, et qu'il nous fasse jouir de sa science et de ses leçons ; amen."
Notes :
[1] Manuscrit du XVIII° siècle, "Archives et manuscrits de la Bibliothèque inter-universitaire de Montpellier", cote H 163.
[2] Même si sur certains manuscrits, on le trouve sous le nom ‘Abd al-Karim al-Sa‘idi al-‘Adawi
[3] Son année de naissance est déduite de certaines indications, mais reste approximative, de même que son age.
[4] Cette "vision", qui peut sembler curieuse au lecteur occidental est un phénomène assez fréquent, notamment en Egypte. comme le note le p. Samir, "Chez beaucoup de musulmans devenus chrétiens, à un moment ou l'autre se situe une vision..."
[5] C'est la date indiquée sur le manuscrit de Montpellier. Le P. Samir indique 1708
[6] Comme quoi, il n'y a pas que des escrocs, parmi les copistes...

Publié dans Arabe syriaque etc

Commenter cet article

Romanus 15/02/2017 15:49

Many thanks for this "trouvaille"...!