A propos de Bible et d'orthodoxes

Publié le par Albocicade

Il y a quelques années, des protestants du village m'ont demandé d'écrire un petit article pour leur bulletin paroissial, présentant la relation des orthodoxes à la Bible. En effet, travaillant (en dilettante, il est vrai) depuis des années sur le texte biblique et son histoire, rédigeant à l'occasion des commentaires bibliques, je semblais tout indiqué. Or, c'est précisément pour ces raisons que j'ai eu le sentiment d'être fort mal placé pour en parler : mon rapport au texte biblique est bien trop particulier, atypique. C'est pourquoi j'ai alors demandé à Alexandre Sergueievitch, le parrain de la Jeune Cigale s'il acceptait de se charger de cette tâche. Après quelques hésitations, il accepta.
C'est ce petit article, qui parût alors dans le bulletin réformé local, que je vous partage aujourd'hui : je croyais l'avoir fait avant...
La Bible et les orthodoxes….
Le terme "Bible" n'est pas courant pour un orthodoxe. Parlons-lui plutôt d'Ecriture Sainte et il ressentira là ce qui est une composante essentielle de sa pratique religieuse et de sa foi.
Plus souvent qu'une Bible complète, l'orthodoxe aura chez lui les Evangiles, parfois accompagné d'un psautier ; toutefois l'ensemble des textes de l'Ecriture est présent dans toutes les manifestations de sa foi. Elle constitue la trame essentielle de toute la vie orthodoxe, prière personnelle, vie liturgique, célébrations, enseignement…
La prière que son Eglise enseigne à l'orthodoxe, principalement basée sur les psaumes, est toutefois imprégnée réminiscences provenant de toutes les parties de l'Ecriture. La sanctification du temps (heures, vêpres, matines) est axée autour de la lecture du psautier. Toute cérémonie comporte la lecture d'un texte évangélique, toujours assurée par un clerc.
La lecture des textes à l'église se fait "recto tono" ou en psalmodiant, afin de ne pas laisser transparaître les sentiments personnels du lecteur : il s'agit avant tout de s'imprégner du texte beaucoup plus que d'en entreprendre une interprétation…
L'architecture intérieure de l'église elle-même reflète la présence de l'Ancien et du Nouveau Testament : l'iconostase – qui sépare le sanctuaire de la nef – comporte, encadrant l'image du Christ, celles des artisans de notre salut : un rang pour les prophètes et les saints rois d'Israël, un rang pour les apôtres.
Aussi, et même si les Sociétés d'Edition spécialisées, les "groupes d'étude biblique" ou les gros commentaires exégétiques ne sont pas caractéristiques de la pratique des orthodoxe, on peut affirmer que l'Ecriture est un constituant majeur, constamment présent, de la foi orthodoxe.
A. S. N.
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article