Bible et pdf

Publié le par Albocicade

Internet est un outil formidable, un lieu où tout peut être trouvé. Ainsi, il est possible de télécharger gratuitement des Bibles, en un fichier de taille modeste au format pdf, et ce en une multitude de langues. Encore faut-il savoir ce que l'on récupère.

Ainsi, j'ai eu le déplaisir, coup sur coup, de...

Mais racontons.

1. Il y a quelques temps, je cherchais une Bible d'usage pratique à mettre sur une tablette que j'utilise parfois.

Une rapide recherche me signala une "Bible de Jésus Christ". Intrigué, j'allai y jeter un oeil, pensant tomber sur une traduction de l'Ancien Testament malicieusement mise en ligne par quelque juifs facétieux. Il n'en était rien. Je récupérai donc en un fichier parfaitement indexé ce qui apparut être une Bible de type protestant. Bon.

Toutefois, dès la préface je tiquai : le traducteur s'était mis à l'oeuvre suite à "plusieurs songes", confirmés par des "frères et soeurs". Que cela puisse constituer une motivation, je n'en doute pas ; mais que pour autant cela donne les compétences nécessaire pour une telle entreprise, voila qui est plus contestable. De fait, sa méthode de travail a consisté à faire un melting pot de traductions anciennes, en y ajoutant des particularités issues de règles de grammaire mal digérées, le tout sur fond de système doctrinal étroit, et pour tout dire fondamentalement hérétique*.

Bref, un "machin" sans intérêt.

Du coup, en cherchant un peu, j'ai déniché une Bible Crampon, tout aussi bien indexée. Et au moins, le chanoine Crampon avait les qualifications requises pour faire office de traducteur.

 

2. Un soir, au cours d'une petite réunion de prière informelle au village.

Au nombre des réunis, un jeune couple d'Arméniens, récemment arrivés en France. Comme nous devisons un instant sur un passage de l'Evangile, je les invite – pour une meilleure compréhension – à lire dans leur Bible : ils ont, en effet, un Nouveau Testament qui leur a, un jour, été offert. Une traduction sans doute honnête, mais qui est en "arménien occidental"... et eux, c'est l'arménien "oriental" qu'ils parlent. En fait, la jeune femme a aussi, sur son portable, une Bible en "arménien oriental" qu'elle a récupéré sur internet, mais c'est un gros fichier sans la moindre indexation, pas du tout pratique à utiliser. Aussi, je lui proposai que, la réunion finie, elle me l'envoie par mail, afin que je procède au découpage nécessaire.

Une fois le document reçu, je commence à y jeter un oeil et... Funérailles ! Je n'ai aucun mal à identifier la traduction**, et franchement elle ne brille pas par ses qualités.

Contactant illico un de mes correspondant (un jeune homme aux nombreuses qualités*** et dont la douce est Arménienne), je le sollicitai pour qu'il me trouve une traduction idoine, ce qu'il fit avec urbanité et promptitude.

 

N'empêche,

tout ce qui porte le mot "Bible" sur la page de garde

n'est pas forcément de qualité.

 

Notes :

* "Hérétique" est un mot que je n'utilise généralement pas. Mais je n'en trouve pas de plus adéquat pour définir le corpus doctrinal du traducteur, tel qu'il apparaît dans l'abondante "annexe" qu'il place en fin de volume.

** Non, je ne lis aucun des arméniens, mais "Watchtower Bible and Tract Society", ça je comprends. Et la traduction des Témoins de Jéhovah, même en arménien, ça reste (comme me l'écrivit le correspondant dont je parle après de "la folie méthodologique".

*** Parmi ses qualités, notons qu'il prépare une édition critique d'une trentaine de traités et fragments de Théodore Abu Qurrah, certains inédits, de la transmission grecque. Quand je vous dis que c'est quelqu'un de bien !

Commenter cet article

Euthyménès 08/03/2016 15:48

Concernant la Bible traduite par le chanoine Crampon il me paraît intéressant de rappeler le travail d'un bibliste catholique, le frère Bernard- Marie, tertiaire franciscain, qui s'est attelé à la tâche de réviser la version de 1923 de cette Bible,en la rajeunissant avec respect et en renouvelant les notes. A ce jour ne sont parus que le Nouveau Testament et le Psautier, chez l'éditeur Téqui. Le Nouveau Testament à l'intérêt de présenter en notes des versets que les éditions critiques modernes suppriment généralement, et d'en discuter le bien-fondé. Par ailleurs nombre de notes comparent certains versets du texte grec avec celui de la version syriaque, la Peshita , ce qui donne plusieurs angles de compréhension du texte. Un orthodoxe regrettera toutefois quelques interprétations liées à un a priori confessionnel lorsque notre bibliste s'aventure jusqu'à attribuer une croyance commune des orthodoxes et de catholiques au purgatoire : dans une note commentant I Corinthiens, 3,15, il affirme « Comme au travers du feu,cette mention est l'une des sources scripturaires de la doctrine catholique et orthodoxe du purgatoire, et, par voie de conséquences, de la prière pour les morts."Nul n'est parfait...Mais les commentaires du réviseur sont en général des plus utiles.
Quant à la traduction du Psautier intitulée" Les 150 Psaumes de David"elle donne en notes les variantes des versets selon la Vulgate et selon la version de la Septante . En définitive un travail considérable et on peut souhaiter qu'il s'étende aux autres livres de la Bible. Mais une vie est-elle suffisante pour cela?