Ecriture impossible

Publié le par Albocicade



Sachant son château menacé et sur le point d'être envahi, le roi fit venir en grand secret un palefrenier, homme très intègre, quoique d'intelligence un peu limitée.


"Mon brave, lui dit le souverain, j'ai une mission de la plus haute importance à te confier. Mes gardes sont sur le point de céder sous les assauts des hommes du prince félon. Je crois pouvoir échapper, mais si je venais à être pris, il ne faut en aucun cas que mon sceau royal tombe entre les mains des traîtres.

J'ai pu, à maintes reprises, juger de ta fidélité et c'est à toi que je le confie.Nul ne te prêtera attention dans la débâcle qui se prépare. Tu pourras donc quitter les lieux discrètement. Rejoignons-nous au château de ***. Si par malheur je ne pouvais arriver, mon Cousin saurait prendre soin du sceau."


Le palefrenier se rendit aux écuries, cacha le sceau parmi quelques hardes qu'il enfouit dans un tonnelet ; une sorte de seau plutôt.

Puis, il se dit : "La route est longue jusqu'au château de ***, le risque est grand que je sois dépouillé en chemin. Qui sait alors ce qu'il adviendrait du sceau de mon maître ?"

Et se croyant fort rusé, lui le naïf, le niais (et pour tout dire, le sot), il sella un cheval, et se tint prêt.


Lorsque la porte maîtresse du château céda, tenant son précieux dépôt dans sa cache, il donna du talon pour élancer sa monture dans la cour.

Bien sûr, en un tel équipage, il ne put passer inaperçu.

Hallebardes, lances et piques se dressèrent sur son passage, et dans un écart affolé, au milieu des envahisseurs, le cheval fit tomber les trois…


Au fait, comment écririez-vous le dernier mot ?


Publié dans Vie quotidienne

Commenter cet article