Vocabulaire

Publié le par Albocicade


La télévision est incontestablement un outil de culture incomparable. A condition, toutefois, de ne mépriser aucune émission, même celles que l'on pourrait avoir tendance à considérer - de manière totalement irréfléchie - comme les plus vaines.

C'est ainsi que, dernièrement, je me suis trouvé à regarder quelques instants un divertissement dont l'élévation de pensée n'était pas sans évoquer le Quotien Intellectuel de la moule marinière.

J'étais sur le point de passer outre (ce genre de programmes m'ennuie) lorsque l'animateur demanda aux candidats de compléter un "évangélisme".

Le mot retint mon attention et, curieux, j'attendis la suite.

Naïvement, je supposais que serait proposée à la sagacité des participants quelque phrase célèbre des Evangiles, devenue proverbiale dans notre langue : les exemples ne manquent pas.

Quel ne fut pas mon étonnement de découvrir la phrase "J'ai une amie qui est morte récemment, mais..." qu'il fallait compléter par - au choix - "pas de son vivant", "pas de son plein gré" et deux autres propositions du même tonneau... que je n'ai pas retenu.

Ainsi, pour cette émission grand public, un "évangélisme" est une phrase absurde, voire stupide. Etant donné le ton un tantinet insolent, voire moqueur de l'animateur, je ne fus pas trop surpris, mais tout de même je n'arrivais pas à voir le lien avec les Evangiles, ou même (pourquoi pas) avec les "Protestants évangéliques".

L'explication était ailleurs : le terme "évangélisme" (du moins dans les milieux médiatiques) désigne une phrase prononcée par Eve Angeli, une chanteuse réputée pour ses réparties naïves voire ineptes. (Pour ceux qui, comme moi ignoreraient tout de cette personne, elle a un article dans la Wikipedia, et un blog...).

J'en suis resté... abasourdi.

Et encore, je ne vous ai pas parlé des évangélistes technologiques.


Publié dans Vie quotidienne

Commenter cet article