Dans les rues désertes

Publié le par Albocicade

La semaine de la Passion est - toujours - une période de trop grande affluence à Jérusalem. Du dimanche des Rameaux à la vigile pascale la foule se presse, se piétine, se bouscule ad majorem dei gloriam, bien sûr.
Mais cette année, c'est... différent.

Pour cause de microbe pas sympa, les rues sont vides ; les églises sont fermées aux fidèles ; les rassemblement sont inenvisageables ; quant aux processions... n'en parlons pas. Et pas seulement à Jérusalem... partout, en fait.
Il faudra se passer des Office des Rameaux, des la Semaine sainte... et même de Pâques. 
Au lieu de cela, il faudra rester chez soi pour . Et être bien heureux si on le peut, plutôt que de se trouver à l'hôpital.
Quand à fêter ensemble la Résurrection du Sauveur, les Eglises de Grèce et d'Antioche envisagent "si les conditions le permettent, et par la miséricorde de Dieu, célébrer ensemble l’office pascal le jour du congé de Pâques (27 mai 2020)"

Ce serait bien. Parce que - comme le dit mon bon ami le "vieux marin"

"Ah, plus doux qu'un festin de noce, 
Il m'est bien plus doux d'aller 
- en bonne compagnie - 
à l'église. 
Aller ensemble à l'église 
et tous ensemble prier, 
tandis que chacun s 'incline devant le Père suprême 
Vieillards et enfants, bons amis aussi, 
joyeux jeunes gens et jeunes filles.

Que Dieu ait pitié de tous.

Publié dans Vie quotidienne

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article