L'odeur du local.

Publié le par Albocicade

Cela se passait il y a déjà pas mal d'années, avant la fin du siècle dernier.
Le prêtre de notre paroisse avait été sollicité pour célébrer des liturgies dans une ville avoisinante. Là, nulle église orthodoxe pour l'accueillir, juste, un local dans une sorte de Centre Culturel.
La pièce, une salle de réunion, était suffisamment spacieuse, et, au prix de quelques aménagements fort provisoires (mis en place le matin, enlevés après la liturgie) cela faisait un lieu de célébration fort convenable. Seul bémol, une tenace odeur de tabac froid imprégnait les murs, les portes, les meubles : la pièce servait de local de la CGT, et les réunion y étaient fort tabagiques.
Même si, in petto, le prêtre rouspétait quelque peu contre cette déplaisante odeur, cela ne l'empêchait pas de célébrer la Liturgie à la gloire du Dieu "bon et ami des hommes".
Puis, avant de repartir, lui et les participants remettaient tout en place, pour que ceux qui – dès le lendemain – viendraient dans ce lieu n'aient rien à reprocher aux "occupants du Dimanche".
Ce n'est qu'après plusieurs célébrations que le prêtre apprit – par qui ? – que les bons syndicalistes du lundi pestaient comme des voleurs, contre cette "insupportable odeur d'encens" !
Comme quoi...

Publié dans Vie quotidienne

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article