Au pied de la croix

Publié le par Albocicade

 
Il y a deux jours, c'était la fête de l'exaltation de la Croix.
Une fête que j'affectionne : en elle se retrouve condensé tout le paradoxe de la foi, sans faux semblant.
Devant ta croix, nous nous prosternons ô Maître,
Et ta sainte résurrection nous la chantons.
 
Cela me rappelle une anecdote.
En 1725, un jeune noble – le comte Nicolas-Louis de Z... – visite Düsseldorf. Jeune homme croyant, luthérien, il a cette piété "éclairé" qui fait le bon bourgeois occidental du XVIII° siècle. Dans cette ville, il voit un tableau, une "crucifixion" comme il y en a tant à l'époque. Il regarde, puis s'apprête à passer plus loin quand une phrase au bas du tableau le retient.
Une petite phrase. Pas une des paroles du Christ en croix*, non. Ou, enfin, si. Mais une parole que le peintre a ajouté, témoignage de sa propre foi.
Le jeune comte lit :
"Voici ce que j’ai fait pour toi. Toi, qu’as-tu fait pour moi ?"
Il ne s'attendait pas à ça.
Ce fut pour le comte de Zinzendorf** un tournant dans sa vie : d'une piété "sociétale", il engagea sa vie avec le Christ et donna asile, en un lieu qui fut nommé Herrnhut" (A la garde de Dieu) à des gens que l'Allemagne regardait alors comme des séparatistes à la piété douteuse : les "moraves". Il y a quelques années, j'ai utilisé quasi quotidiennement le recueil annuel "Paroles et textes" édité par ces "frères Moraves", et ce fut à l'époque quasiment mon unique lien avec l'Eglise (c'est ça, de vivre loin de tout !). Et ça, je le dois à Zinzendorf.
 
Et pour en revenir à la Fête, si nous nous prosternons devant la Croix du Sauveur, ce n'est pas juste pour faire de la gymnastique, mais pour engager notre vie à la suite de Jésus.
 
Notes :
* Les évangiles rapportent sept paroles du Christ en croix.
** J'ai trouvé un petit article sur l'histoire de ce tableau...

Publié dans Cigale en prière

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article