Veau d'or sauce gribiche

Publié le par Albocicade

 
Oui, je sais, c'est nul comme titre.
Ces derniers jours je passe pas mal de temps à lire. Et je suis ainsi tombé, coup sur coup, dans deux textes indépendants l'un de l'autre, sur une affirmation curieuse, au détour de dialogues : le veau d'or aurait été simplement une "tête de veau" (ou de boeuf, peu importe) et non la statue d'un animal entier.
Au vrai, la question n'est guère existentielle, mais, inactivité forcée oblige, j'ai décidé de la fouiller un peu.
Et mine de rien, j'ai été emmené de Carthage à Novgorod, suivant à la trace – qu'elle soit latine, grecque, arabe ou slavonne – ma petite tête de veau.
Du coup, j'en ai fait un petit document recensant 28 citations pour une vingtaine d'auteurs (pas tout en français, mais j'ai fait ce que j'ai pu) que j'ai placé sur Academia.
 

Commenter cet article

Christine Belcikowski 21/04/2016 22:29

Dans Ũber den Witz, Sur le mot d’esprit, ouvrage publié en 1889, Kuno Fischer rapporte un moment de la conversation qu’Heinrich Heine et Frédéric Soulié entretiennent, un soir, dans un salon parisien :
« On raconte à propos de Heine qu’il se trouvait un soir dans un salon parisien avec le poète Soulié et qu’il s’entretenait avec lui, lorsque un de ces rois parisiens de l’or, qui ne pâtissent pas, en la matière, de la comparaison avec Midas, entre dans la salle et se trouve bientôt entouré d’une foule qui lui témoigne les plus grandes marques de respect. – Voyez donc là, dit Soulié à Heine, comme le dix-neuvième siècle adore le veau d’or ! Jetant un coup d’oeil à l’homme qui faisait l’objet d’une telle considération, Heine rétorqua ceci : – Oh, [pour un veau], celui-là me semble un peu passé d’âge !
Ce qui importe ici, ajoute Kuno Fischer, n’est pas le jeu de mots lui-même, fondé sur le double sens du terme « veau », mais le propos tout entier, ou plutôt le tour [de vis] imprimé au propos, qui précipite le passage du simple jeu de mots au jugement de vérité. »
Lacan s'est exprimé, lui aussi, sur le thème du veau d'or.