La portière

Publié le par Albocicade

Fichue usure !

Voilà des mois, des années même, que la portière conducteur de la voiture (je veux dire, la vieille voiture, qui a plus de 20 ans et sert surtout à aller chercher du bois) est capricieuse.

D'abord, elle a eu du mal à fermer en hiver, lorsqu'il gelait, puis à s'ouvrir, quelle que soit la saison.

Je l'avais déjà démonté pour insérer, dans le mécanisme, un système de ma fabrication, histoire de compenser le jeu créé par l'usure des pièces mobiles. Efficace, sans doute… enfin, pour quelques mois seulement. Mais là, il faut se rendre à l'évidence : même la petite claque sur la portière, pour débloquer le mécanisme (et qui au fil du temps ressemble de plus en plus à un coup de poing) n'a plus la moindre efficacité.

Il va falloir envisager de faire les Casses Automobiles pour acheter un autre mécanisme… ou plutôt même, une portière d'occasion.

Alors, sachant cela, pourquoi me suis-je mis, un soir, à démonter de nouveau la garniture de la portière ? Quelle lubie m'a donc poussé à cela, puisque je sais que ce qui est en cause, c'est l'usure des pièces mobiles ? A quoi bon cette bombe de dégrippant et ce pot de graisse mécanique ? Sans doute l'espoir imbécile de repousser de quelques petits jours le moment fatidique…

Stupidement, donc, j'ôte une par une les vis nécessaires, puis envoie du gras sur les ressorts, les jointures, un peu partout, juste pour ne pas me reprocher, plus tard, de n'avoir pas tout tenté.

Et, de fait, voilà que ça se remet à fonctionner : il n'était pas usé, mais grippé. Fortement grippé, il est vrai, mais plus j'envoyais de graisse dans les recoins les plus inaccessibles, plus le mécanisme déclenchait avec légèreté, avec subtilité…

 

En fait, ceci se passait fin janvier, et depuis ce moment, c'est juste un plaisir que d'ouvrir cette portière que j'envisageais alors de jeter à la casse.

 

Au fait, pourquoi parler de cela maintenant ? Allez savoir… peut-être parce que je n'ai pas eu le courage de faire un billet sur les relations humaines, ou la politique internationale…

 

Publié dans Vie quotidienne

Commenter cet article

Bruno 16/08/2014 08:07

ou parce que dans les relations humaines ou la politique internationale, c'est en fait la même chose : quand on croit que tout est fini, que telle personne n'est plus fréquentable, quel tel peuple est décidément notre ennemi éternel, si on persévère dans la foi, l'espérance et l'amour, tout finit par se dégripper. Plus facile à dire qu'à faire...