Leçons de démocratie

Publié le par Albocicade

http://4.bp.blogspot.com/_OgoHhAAHarw/Rw05xYBriXI/AAAAAAAAADA/yDh4jCvIsX8/s320/democratie.gif

Dis, papa, c'est quoi la démocratie ?

Je crois que je vais éviter d'illustrer mes explications par ce qui s'est récemment passé chez nous...

 

20 octobre 2010, Journal télévisé.

Le Secrétaire d'Etat aux Transports le dit avec force : "Il n'y a pas de pénurie de carburant en France !"  Et pour bien appuyer son propos, il tient en main une carte du pays sur laquelle se trouvent à peine quelques points "difficiles", en région parisienne.

Tous ceux qui, déjà à cette date, erraient de station-service en station-service dans l'espoir angoissé de quelques litres du précieux nectar ont du apprécier.

On aurait pu espérer que le mot "Menteur" se mette à clignoter sur son front, ou qu'au moins son nez s'allonge, mais non au lieu de cela, il en appelle à la responsabilité des automobilistes, à leur sens civique et moral, termes dont il semble ignorer sinon la signification, du moins la pratique.

 

Dans le camps d'en-face, des groupes de salariés en colère usent avec vigueur du très constitutionnel "Droit de grève".

Et même, ils bloquent raffineries et dépôts pétroliers… ce qui est nettement moins constitutionnel.

Désireux de faire partager au pays leur idéal, ils offrent à leur concitoyens des files d'attente dignes des plus belles heures de l'Union soviétique, et une abondance qui n'est pas sans évoquer la Corée du Nord.

Avec beaucoup d'à-propos, ils qualifient de fascistes quiconque fait mine de n'être pas d'accord avec leurs méthodes, et, n'étant pas armés, ces nouveaux humanistes se contentent  - lorsque l'occasion s'en présente – de caillasser les véhicules de ceux qui auraient l'audace de vouloir forcer les barrages illégaux qu'ils mettent en place…

Démocratie, quand tu nous tiens !

 

Oui, pour expliquer la démocratie, je crois que ça va être compliqué.


Publié dans Vie quotidienne

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

philip 30/10/2010 23:05






je vous rejoins tout à fait quant au fait qu'il faudrait
un meilleur partage des richesses. Justement, je crois que ceux qui se battent le font pour cela..... Même si au fond ils réclament surtout pour eux... Peut-on leur en vouloir ? sont-ils des
nantis ? des privilégiés ? Je suis toujours ému aux larmes quand je vois des ouvriers pleurer la fermeture de leur usine. Comment peut-on aimer un tel lieu et pleurer sur une machine, regretter
la vie qu'ils ont eu en cette usine ?  En tout cas ce n'est pas de ceux nous dirigent actuellement qu'il faut attendre un meilleur partage des richesses. Je préfère donc être du coté de ceux
qui manifestent et font grève. " Par ailleurs, Il se passe qqch de grave et dangereux et qui explique certainement le fait que certains en arrivent à caillasser :  C'est le mépris dont ils
sont l'objet. Dont nous sommes l'objet. les romains savaient qu'il ne fallait pas humilier son adversaire au sol. C'était lui donner une force décuplée. Je me sens bafoué tous les jours.... Alors
oui je crains encore plus de violence dûe à l'exaspération et au mépris.


Temps difficile. Quelle est la juste posture à avoir
?


Albert Einstein qui disait : le monde ne sera pas
détruit par ceux qui font le mal mais par ceux qui les regardent sans 
rien faire. Que faire ?






Albocicade 30/10/2010 21:16



Cher Philip, pardonnez-moi si je me suis mal expliqué, mais il s'agit justement d'une "non-explication" de la démocratie. Il m'a semblé justement être pris entre deux feux qui, l'un comme
l'autre, se couvraient de mots pour imposer leur point de vue. Je vous rejoins au moins sur un point : "Il faudrait cesser de penser que tout nous est dû." En ce sens, je considère que la
priorité n'est probablement pas de nous cramponner sur nos "acquis", mais bien d'envisager enfin un meilleur partage de nos richesses avec toute cette réalité humaine qui survit avec peine, qui
meurt de faim tandis que nous périssons de maladies cardiovasculaires...


Certes, c'est un positionnement utopique, mais peut-on parler de "conscience politique" lorsqu'il s'agit uniquement de faire perdurer "notre" mode de vie, notre confort ? Alors, j'ai bien
conscience de vous décevoir, mais je ne crois ni dans le capitalisme, ni dans la lutte des classes...


Mais peut-être ais-je tort.



philip 30/10/2010 20:18



votre explication de la démocratie est un peu tronquée. Voire beaucoup. Vous oubliez le soutient des français à ces grèves. et vous jetez assez rapidement le discrédit sur les grévistes. Je suis
personnellement heureux et satisfait que certains aient suffisamment de conscience politique et se soient battus pour le bien commun. Je ne peux personnellement pas faire grève. Nous sommes trois
employés et nous avons pas le droit de grève de facto.... Le patron (il porte bien son nom) ne tolérerait pas..... Je me plie et ne suis pas fier de ça..... Alors que d'autres le fassent, je
trouve cela très bien. Et oublions un peu notre petit confort personnel. J'ai du compter les kilomètres et je me suis aperçu que je pouvais réduire de moitié mes déplacements. Alors merci les
grévistes. Il faudrait cesser de penser que tout nous est dû. 


Pour les menteurs, vous pourriez montrer à vos enfants les montages des journaux télévisés où l'on voit les hommes et les femmes politiques mentirent sans que leur nez s'allongent. La prise en
otage du peuple français et de la démocratie n'est ce pas eux qui l'a font ? Il y a 20 ans un paysan nourrissait 3 français. Aujourd'hui il en nourrit 20, ça s'appelle la productivité dûe au
progrès. Alors quand on essaye de m'expliquer que comme il y a moins d'actifs on doit travailler plus, on oublie de me dire que la productivité ayant augmenté les gains d'un productif peuvent
couvrir les retraites de plus d'inactifs qu'en ce début de siècle.


 


Alors la démocratie vaste question........