Un ermite très entouré

Publié le par Albocicade

stylianos

Tout dernièrement, une correspondante m'annonçait par mail la naissance de son petit-fils prénommé "Stélian".

Elle ajoutait qu'elle n'avait pas réussi à trouver, dans le synaxaire orthodoxe, "ce moine syrien des premiers siècles de l'Eglise qui racontait la Bible aux enfants". Quelques recherches me convainquirent que derrière ce prénom roumain se profilait le saint ermite Stylianos, fêté le 26 novembre.

 

Originaire de Paphlagonie (donc en Turquie, et non en Syrie) il fut très tôt attiré par la vie des ermites qui étaient somme toute relativement nombreux en ce VIe siècle. Il se distinguait toutefois d'eux en ce qu'il ne vivait pas totalement retiré du monde : quoique s'étant établi dans une grotte, il allait rendre visite aux gens de sa région, pour les aider dans la mesure de ses forces. Un jour, après une nuit de prière d'une exceptionnelle intensité, se sentant porté par Dieu, il posa la main sur un enfant malade (chose qu'il n'avait jamais osé faire) qui se trouva guéri. Sa renommée se répandit alors, et il fut recherché par toutes sortes de personnes en souffrance. A partir de là, Stylianos – toujours serein – s'occupa de nombreux enfants, non seulement ceux qui avaient des maladies, mais aussi tous ceux qui avaient besoin d'accompagnement spirituel. Ne pouvant répondre à toutes les demandes, il fit appel à la bonne volonté des ermites d'alentours - mais aussi de laïcs - créant ainsi, sans le savoir, le premier Centre d'accueil de jour pour enfants. Ajoutons à cela qu'il est aussi considéré comme le protecteur des enfants à naître. Lorsque, très âgé, il mourut, son visage conserva son sourire jusqu'à la tombe.

 

Poursuivant mes recherches, j'appris incidemment (par un article en anglais publié en février 2010) que St Stylianos est aussi impliqué dans la lutte contre l'exploitation sexuelles des femmes à Chypre. Enfin, plus précisément c'est le prêtre de la paroisse orthodoxe St Stylianos à Limassol, le père Savvas Michaelides qui s'est lancé dans cette œuvre aussi nécessaire, qu'épuisante et dangereuse. (Et quand j'écris "dangereuse", ce n'est pas un vain mot, hélas).

Pour ceux qui ne seraient ni anglophone ni russophone, j'ai aussi trouvé un article en français, d'ailleurs plus complet (mais de 2007) sur le site de Jean-Michel.

Bref, on pourrait presque dire  que St Stylianos ne se contente pas d'être "protecteur des enfants" (comme il est traditionnellement appelé), mais qu'il l'est aussi des femmes… Ce n'est pas rien !

 

Trois petits compléments :

* Ma correspondante du début avait (en 2006) consacré sa thèse de doctorat "Participantes à la résurrection" à Marthe et Marie, les sœurs de Lazare, dans l’exégèse de Jean Chrysostome, Théodore de Mopsueste et Cyrille d’Alexandrie. J'en ai parlé quelques fois sur mon blog (par exemple, ici). Cette thèse, retravaillée, assouplie aussi, et pour tout dire, plus "digeste", vient d'être publiée aux Editions Universitaires Européennes.

 

* D'autre part, la République de Chypre créée en 1960 et membre de l'Union Européenne depuis 2004, est partiellement occupée illégalement depuis 1974 par la Turquie qui y a décrété une "République turque de Chypre du Nord" en 1983. Quand on sait que la Turquie demande à entrer dans l'U. E., ça fait désordre. Cette situation à la fois aberrante et scandaleuse est malheureusement très peu médiatisée. S'il est possible de trouver des informations à ce sujet par exemple sur Wikipédia, je me fais un devoir (et un plaisir) de signaler le blog de Maxime "Pour Chypre".

 

* Enfin, je ne veux pas clore ce billet sans présenter des souhaits de longue vie au jeune Stélian ; ou, comme on le chante en Roumanie : "Ad multos annos !"


Publié dans Cigale sociale

Commenter cet article