Constructeurs de paix

Publié le par Albocicade

http://kyleabaker.com/wp-content/uploads/2008/06/wallpaper-world-map-2006-large.gif

 

Tandis que certains rêvent de refaire la bataille de Lépante et que d'autres enragent de ce qu'aucune tête n'ait roulé par terre quand des excités ont déchiré des pages du coran devant la Maison Blanche, je m'interroge : n'y a-t-il que des têtes brûlées à s'exprimer ?

Où sont-ils, les "ouvriers de paix" ?

C'est vrai que, face à des furieux, on est en droit de craindre, mais doit-on systématiquement laisser le champs libre aux extrémistes ?

J'en étais là de mes réflexions lorsque, sur un site franchement intégriste musulman, je trouve parmi des commentaires belliqueux – suite à un article plein de hargne (et même d'appels au meurte) sur les déchireurs de coran – une petite voix qui ose s'élever.

Pas pour justifier un geste qui ne peut - au mieux - être perçu que comme une provocation stupide, mais pour ne pas se laisser entraîner par la haine.

Et cette petite voix trouve ces mots

 

"Ils cherchent la guerre, cherchons la paix !
Ils cherchent la flamme, allons chercher l’eau !"

 

Bien sûr, elle est révoltée. Bien sûr, en tant que musulmane, elle se sent méprisée, outragée, blessée. Pourtant, elle veut aller "chercher de l'eau" pour tenter d'éteindre les flammes de la haine.

Elle n'est pas représentative de l'islam ? Peut-être. Pas représentative de ceux qui hurlent en meute, quel que soit leur "camps" (et pas seulement dans l'islam) en tout cas. Mais est-ce une raison pour ne pas entendre sa voix ?

 

Puissions-nous être nombreux à faire la chaîne pour se passer les seaux…

 

Et même si ça ne règle rien, c'est toujours mieux que de cultiver la haine : c'est du moins comme ça que j'ai compris l'Evangile.


Publié dans Vie quotidienne

Commenter cet article

SAGRAMOR 18/09/2010 23:53



 


 Ah!Excellent,à quoi suis- je réduit,pour vous faire sortir de la seule rédaction de vos chroniques.


Enfin,vous voilà,tout d'esprit et de plume,prompt à défendre les restes de nos Saints Pères,jaloux pour leur sapience,mais aveugle de leurs empunts et oublieux de leurs embardées calamiteuses qui
nous ont arraché la moitié sud de l'Empire romain , qui nous revenait d'héritage.


Vous aimez mal Excellent,car vous aimez comme une mère qui défendrait plus les tordus de sa portée,que ceux qui nous ont laissé une oeuvre qui n'appartient qu'à eux-mêmes et qui nous a permis
d'avancer contre les reproches de Celse.


Qu'avez-vous besoin d'exhumer Théophile et Irénée,alors que les esprits-moteurs sont tout autant menacés d'oubli , dans le collège des Saints Pères.


Comment pourrons-nous un jour,et de vous et de moi,trouver un dialogue utile , si vous demeurez ce collectionneur nostalgique d'une galerie de portraits , dont les modèles nous auraient donné un
legs égal en mérite?


Et bien non Excellent,les Pères de l'Eglise ne se valent pas et leur longue galerie ne revêt plus les mêmes critères d'entrée qu'à son inauguration,ce qui faisait soupirer le cardinal Tisserant
et quelques autres qui pouvaient encore les distinguer.


Si je m'insurge contre Irénée,c'est qu'il prend la place du Pseudo-Denys,qui nous transmet notre angéologie dans son entier,organise la théologie sur trois étages,installe l'apophatique au
secours de la théologie positive et surtout permet enfin le déploiement de la mystique chrétienne.


 "Les mules psittaciques ont pris la place des lions et des aigles et ne sauront plus gêner le discours du pontife..".


Allez lire dans la catéchèse,ce à quoi on a réduit le Pseudo-Denys,puis comparez ce résultat au corps de la doctrine dans ses choix historiques et vous distinguerez mieux alors , quelles furent
les mules qui remplacèrent les lions et les aigles.


Vous en distinguerez certainement mieux aussi l'intention des parvenus au Royaume,mais l'entrée de la galerie des Pères de l'Eglise n'est pas fermée,alors que celle des docteurs l'est à jamais.


Le Royaume a bien des tentations temporelles.


 


     SAGRAMOR



Albocicade 18/09/2010 20:53



Après avoir précipitamment déprécié l'excellent Théophile d'Antioche, c'est maintenant contre Irénée que vous en avez, mon bon Sagramor. Le bretteur en vous cherche toujours un adversaire à
combattre... Allons bon. Mais un doute m'assaille : quelles têtes a-t-il donc fait rouler, que vous le traitiez en quasi- Jivaro ? Quelle puissance étrange était donc la sienne qu'il puisse, à
plus de 4 siècles d'écart, jeter les Syriaques dans les bras accueillants (quoiqu'armés) des promoteurs de la dhimitude ? Ou alors, c'est que vous faites l'impasse sur 4 siècles d'évolution
politique de l'empire romain, sur le role des perses, sur les conflits entre Alexandrie et Antioche... Beaucopup d'impasses, en vérité.


Quant à avoir une tête "politique"... en bon "moinillon" (et qui plus est d'une "religio illicita"), il n'en avait pas plus cure que son Maître, dont le Royaume n'est pas de ce monde...



SAGRAMOR 18/09/2010 18:46



 


Irénée est un Grec coupeur de têtes,ses sentences réconfortantes a posteroiri,n'ont fait en leur temps que précipiter les Syriaques dans leur camp retranché , contre Byzance.


Aussi,les Syriaques soutinrent-ils l'islam naissant,plutôt que leurs frères chrétiens,ces foutus Grecs déguisés en Romains et qui leur faisaient la leçon.


 


  __ Lancer un appel à l'unité est toujours plus facile, que de trouver les compositions par étapes progressives, pour des récalcitrants qui n'ont pas entièrement tort.


 Les propos d'Irénée,un moinillon aurait pu les écrire,ni les Syriaques,ni votre Tertullien sur la rive sud de la méditerrannée, ne pouvaient les recevoir en bloc.


Le montanisme tardif de Tertullien se rattache à Ephèse,coeur du Syriaque.


De bonnes choses chez Irénée,mais pas de tête politique.


 


   Comme quoi,il nous faut un peu de patrologie,pour au XXI° Siècle,retourner à la patristique.


 


       SAGRAMOR



SAGRAMOR 18/09/2010 18:06



 


L'autorité n'a pas de lampe de mineur au front,pour rechercher quelque chose.


L'autorité n'est qu'un outil , qui permet à son heureux proprétaire de ne pas avoir à s'en servir  contre les mauvaises herbes,qui menacent d'envahir le jardin des valeurs établies, par une
civilisation,une société,ou une église.


Lorsque l'autorité perd de sa force,elle a deux options:


  - S'autorestaurer,cela implique de trouver la fuite et de la réparer.


 


  - Se proclamer infaillible,ce qui risque de transformer les murs de la vérité qui ceinturent le jardin, en tartes à la crème.


 


  Je sais bien que vous m'avez suivi,car c'est un choix politique consternant aprés les travaux de Bultmann,Bath et Tillich.


Ne pas avoir envisagé de réparer les fuites avant ces trois là,est coupable de la part du détenteur de l'autorité;car le conservatoire de ses propres vérités devient relatif,perméable au
doute,désacralisé.


La mauvaise herbe c'est le doute triomphant d'une juste découverte,


 


        _________________________________________________________


 


 La prochaine fois,nous pourrions nous entretenir d'un autre travail que des jardiniers successifs n'ont pas fait malgré l'avancée de la saison,c'est la restauration du lien fraternel avec
la Sainte Russie,cela plaira à notre Excellent Albocicade.


 Ah,ce que la mystique orthodoxe nous manque,même si son grand corps doctrinal est bien faible.


 Notre Occident romain est fort dans sa doctrine,mais frappé d'acédie,la "maladie du moine",qui a transformé le beau troupeau en un agrégat humain post-catholique.



Olivier C 18/09/2010 09:29



PS : une précision sinon mon post précédent peut-être mal interprêté : pour moi le don de force n'est pas un instrument de "police", quand à ce qu'il est réellement, je ne saurais le dire...


 


Bref, l'unité se fait dans la vérité, et non par la force. Mais nous tombons d'accord à ce qu'il me semble.



Olivier C 18/09/2010 09:25



Mais l'autorité n'a t'elle pas comme seule raison d'être d'être au service de la vérité ?


 


Les déclarations de Saint Irénée sur l'Église de Rome et son
évêque



SAGRAMOR 18/09/2010 00:20



 


 ___ "Amis qu'oses-tu dire?


       Toi qui connais mon nom depuis que je respire,


       Toi qui sus consoler les mortels de l'absence d'Alcide....".


 


  La force compte peu,c'est reconstituer notre autorité perdue , qui est notre seul enjeu de devenir.


J'entends l'autorité spirituelle et morale et non la police des squares.


 


                       SAGRAMOR


 



Olivier C 17/09/2010 22:41



Oui, dans une période difficile - où mon tempérament à la Tertullien à souvent cherché à régler des comptes - soyons des artisans de paix ; mais il nous faudra le don de force...



SAGRAMOR 15/09/2010 22:19



Excellent Albocicade,


 


  je demeure un lecteur fervent de votre chronique,plus pour son intérêt d'éveil,que pour notre communauté d'attachement,à vous et à moi-même,à l'orthodoxie.


 


     - Pour l'âne sauvage,il s'agit de la vision d'Abraham au chêne de Mambré,où les trois vieillards prés de l'arbre préfigurent la trinité et le christianisme.


Ismael,fils de la servante,préfigure l'islam et il est dit qu'il sera comme l'âne sauvage, face à ses frères juif et chrétien.


 


      - Pour le carmel d'Auschwitz,il s'agit d'une coquetterie de Jean-Paul II, qui a parachuté un beau matin un commando-choc de Carmélites sur ce lieu de douloureuse mémoire
juive et tzigane.


 Tardpé!Comme on dirait à Marseille,chez les juifs,menace de goudron et de plumes de poulets cashers,contre de l'eau bénite...Fous le camp de chez nous,usurpateur...je suis chez moi,pour
prier pour l'humanité souffrante,bande de rabbis recuîts...


 Retrospectivement,l'on peut imaginer un rideau de fumée pour masquer une révision de Vatican II et aussi couper un bon panier de têtes rebelles aux chers ordres papolâtres.


 


    - Bien effectivement,ont reprend la lecture de l'Evangile,aprés Jean Damascéne. Reprendre,atteste l'antériorité de l'Evangile.


 


    SAGRAMOR


 


 


 


 


 


 



Albocicade 15/09/2010 20:42



Bien cher Sagramor, comme vous l'aurez noté, je ne prétend pas régler quoi que ce soit. Je voulais juste rendre hommage à cette personne, à son courage, à sa pondération... Ce sont de telles
attitudes qui arrosent (tiens, encore de l'eau) la "petite fleur espérance" dont parle Charles Péguy.


J'ai peut-être été touché par son propos parce que, cigale bien peu vertueuse, je ne crois pas que dans une situation similaire j'aurais trouvé ces mots d'apaisement, ni probablement le courage
de les placer.


Quant aux écrits de St Jean Damascène, ou de Théodore Abu Qurah, ils
viennent après l'Evangile (et non avant).


Pour ce qui est de votre allusion à Auschwitz, au Pape et aux "ânes sauvages"... je crois bien n'avoir pas réussi à percer le mystère de votre pensée...



SAGRAMOR 15/09/2010 15:45



Oui,Excellent,reprenons la lecture de l'Evangile,mais aprés toutefois la bonne lecture des "Ecrits sur l'Islam" de Jean Damascène.


Jésus Christ sait quand il faut tendre la joue , ou brandir l'épée ,ce n'est pas pour autant qu'il se contredit.


Malheureusement , le bouclier ne saurait remplacer l'épée,car son seul usage ne permet pas de désarmer l'agresseur.


Alors,que faire?


Dans un premier temps,mesurer la réserve d'eau , au regard de la hauteur des flammes.


Ensuite,aviser,mais nous ne sommes pas dans le même cas de figure de la levée de bouclier des juifs,devant le carmel d'Auschwitz.


__" Car il sera comme un âne sauvage face à ses frères...".


Le Pape est le doux berger de son troupeau et il sait faire rebrousser chemin à ses chiens , qui ont flairé la tannière des loups.


Que faire?


Apprivoiser l'âne sauvage,plutôt que de le faire se reproduire comme le font ces chasseurs avec les lapins,qu'ils lâchent sous leurs fusils.


 


      Vive la métaphore,au pays des cigales vertueuse.


 


                             SAGRAMOR