L'imagination au pouvoir ?

Publié le par Albocicade

 

En 1968, époque tumultueuse où une jeunesse excitée prétendait remplacer de vieilles routines par des idées simplistes, on pouvait lire sur un mur : "L'imagination au pouvoir !"

Comme si imaginer suffisait à penser juste.

 

En effet, ne se sont-ils pas imaginés en dignes successeurs de Charles Martel repoussant des hordes de sarrasins le Coran entre les dents, ces Corses qui se sont opposés à ce que – danbs une kermesse scolaire – il y ait un chant en arabe ?

Mais de quoi s'agissait-il en fait ?

De faire chanter en cinq langues – français, anglais, espagnol, corse et arabe – la chanson "Imagine" de John Lennon. Pas vraiment un hymne jihadiste.

Alors ? Juste l'imagination surchauffée de racistes qui identifient "langue arabe" et "islam"... une manière de donner raison aux fanatiques de "l'Etat Islamique" qui prétendent faire disparaître les chrétiens arabophones...

 

D'un autre côté, j'entend Dalil Boubakeur émettre le souhait que des églises vides soient données aux communautés musulmanes pour en faire des mosquées, puisque - selon lui - "c'est le même Dieu, ce sont des rites qui sont voisins, fraternels...".

Là encore, n'est-ce pas l'expression d'une imagination en effervescence ? Car, enfin, si les choses sont comme le Recteur de la Grande Mosquée de Paris l'affirme, comment se fait-il que là où les musulmans n'ont pas de lieu de culte, on ne les voit pas aller à la Messe, au Culte protestant ou à la Divine Liturgie ?

Et si vraiment tout est si idéalement proche, pourquoi – dans les pays où l'islam est majoritaire, est-il si difficile d'ouvrir une église... quand ce n'est pas formellement interdit ?

 

Non, décidément, l'imagination livrée à elle-même, coupée du réel, fait vraiment faire et dire n'importe quoi.

 

 

Publié dans Vie quotidienne

Commenter cet article