La logique du cadeau.

Publié le par Albocicade

Peut-on offrir un cadeau "sous condition" ?

A priori non.

Dire à un enfant "Si tu es sage, je te donnerai ceci", ce n'est pas lui promettre un cadeau, mais une récompense.

De même, que l'on dise à un homme "Si vous faites tel travail, je vous donnerai cela", il n'est pas non plus question de cadeau ; c'est juste un salaire.

Un cadeau est totalement gratuit, et ne saurait s'accompagner d'aucune condition.

 

C'est grosso-modo le raisonnement que me tenait – il y a longtemps – un interlocuteur mélangeant allègrement toutes sortes de philosophies et de religions pour faire "sa" spiritualité, et à qui j'avais eu l'audace de dire que si Dieu nous fait don de la grâce, il y a des conditions pour la recevoir.

 

Pourtant, malgré l'apparente logique, son raisonnement comporte une faille, et pas des moindres !

Car il y a bel et bien une condition pour recevoir un cadeau : c'est de l'accepter. Et non seulement cela, mais de l'accepter avec respect, avec intérêt...

 

Que l'on offre – par exemple – un chaton à un enfant*, s'il vient à l'esprit de l'enfant de le dépecer et démembrer "pour voir comment il est fait dedans", il n'aura pas un chaton, mais un cadavre, tripes et boyaux sur la moquette, et en prime les remontrances familiales.

Mais quand bien même on recevrait le cadeau avec respect, sans lui causer de dommage, si c'est pour le laisser en quelque placard obscur, en quelque grenier poussiéreux, ne se trouverait-on pas dans la même situation que si on ne l'avait pas reçu ?

 

Et cela nous ramène à mon interlocuteur du début, mais aussi à chacun de nous...

Car, pour Noël, il est bien question de don** :

Car un enfant nous est né, un fils nous est donné,

Et la domination reposera sur son épaule;

On l'appellera Admirable, Conseiller,

Dieu puissant, Père éternel, Prince de la paix.

 

Notes :

* Quelle idée, aussi, d'offrir un animal ?

** Livre d'Isaïe, 9.6,

Publié dans Vie quotidienne

Commenter cet article