Visites du soir et du matin

Publié le par Albocicade

Oi-vey-2

 

Il y a comme ça des "séries"…

Jour 1. L'autre soir, j'entends une voix en provenance de la rue : "Monsieur Albocicadovitch, monsieur Albocicadovitch !" (Bon, il n'a pas employé "Albocicade", mais mon patronyme russifié à la va-vite).

J'ouvre la porte : " شريف" un ancien collègue de travail et néanmoins ami se tient dans l'embrasure. Embrassades, rire dans les yeux : cela fait au moins deux ans que nous ne nous sommes pas vus. Il passe en coup de vent, il est attendu ailleurs mais n'a pas voulu passer à côté de chez nous sans faire au moins un coucou : il habite maintenant dans le Nord… alors.

Nous parlons vite, à bâtons rompus. Soudain, il me demande "Alors, toujours orthodoxe ?" Tandis que j'acquiesce, il ajoute "c'est vrai que tout le monde n'a pas la chance d'être musulman". Je suis soufflé ! Et dans son œil, je vois toute la joie d'avoir réussi sa petite provocation. J'apprécie : c'est aussi une manière d'exprimer la confiance dans notre amitié ! Encore quelques minutes… il repart déjà.

 

Jour 2. Lendemain soir, en arrivant du travail, c'est "דן", un autre ami qui est là pour la soirée. Là, c'était prévu. Lui non plus, nous ne le voyons pas souvent : il habite plus au Sud, quelque part en bord de mer (enfin, sauf en hiver où il fait la "saison" en montagne). Jusque tard, nous papotons "judaïsme" (il est très investi dans sa synagogue), "église" (allez savoir pourquoi), "marché de l'emploi" (les "saisons" en Savoie, le droit du travail…) avant d'aller dormir.

 

Jour 3. Au matin, alors que "דן" vient de repartir, je file au boulot. Et là, dans la matinée, une nouvelle surprise. Une amie se présente sur mon lieu de travail et me tend un petit paquet : "Tiens, quand je l'ai vu à Tell Aviv, j'ai pensé à toi."

J'ouvre : c'est le personnage dont la photo orne ce billet.

 

Que dire ? La vie est parfois curieuse, et c'est tant mieux !

 

Allez, pour le plaisir, le même en plus près :

Oi-vey-1

Quant à "Oï, Vey !", c'est une interjection yiddish couramment utilisée dans les milieux juifs (un peu comme "Meskine !" (= "le pauvre !") en arabe, ou, dans ma région, "oh misère !") sans qu'il faille y voir nécessairement un sens précis.


Publié dans Vie quotidienne

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article