St Grégoire et les pizzas

Publié le par Albocicade

http://www.catholicculture.org/culture/liturgicalyear/pictures/5_9_gregory.jpg

Il y en a, des "saint Grégoire" !

Qu'il soit "de Nysse", "de Néo-Césarée", "de Rome", "de Thessalonique"…

On pourrait dire – paraphrasant Brassens – "chacun a quelque chose pour plaire, chacun a son petit mérite…", mais c'est encore d'un autre que je me suis occupé ces temps-ci.

Né à Arianze, en Cappadoce, il fut successivement évêque de Sasime (siège qu'il n'occupa d'ailleurs pas), puis de Constantinople, c'est pourquoi il est appelé (du moins en Occident) "Grégoire de Nazianze".

En fait, son père, prénommé lui aussi Grégoire, était évêque de la ville de Nazianze. Du coup, on a deux "saint Grégoire de Nazianze", mais le père est généralement appelé "St Grégoire l'Ancien", tandis que le fils, qui m'a occupé ces derniers temps, est désigné dans l'Eglise orthodoxe comme "St Grégoire le Théologien". C'est simple, non ?

Bref, "notre" Grégoire a laissé une œuvre considérable, dont presque rien n'est accessible (en français) sur internet., ce qui m'a incité à me mettre en recherche.

Le résultat est modeste : c'est plus l'orateur, le rhéteur qui a retenu l'attention des traducteurs du XIXe siècle ; et même, je n'ai pu dénicher aucune homélie pour les fêtes.

 

Enfin, si, mais dans des traductions du XVIIIe siècle, si ampoulées, si "adaptées" au goût de l'époque qu'elle en sont presque méconnaissables. Comment reconnaître l'incise de l'homélie sur la Nativité

Christ naît, glorifiez !

Christ descend des cieux, courez à sa rencontre.

Christ est sur terre, exaltez !

Chantez au Seigneur terre entière !

dans cette traduction ?

Jésus-Christ vient au monde : glorifiez-le, mes très-chers frères.

Il descend du ciel : allez au-devant de lui.

Il s'abaisse jusqu'à venir sur la terre : élevez-vous, peuple qui habitez la terre,

chantez les louanges du Seigneur...

 

(Et en plus, il y a plein de lacunes… Aussi ai-je renoncé à les recopier. Mais si vous y tenez, ils sont ici…)

Bref, rassemblant ce que d'autres avaient mis en ligne avec mes propres trouvailles, c'est finalement un petit pavé que j'ai pu placer sur internet.

Sur Scribd et sur Archive

 

Un mot sur le style de Grégoire : s'il est capable de trouver le mot qui fait mouche, la phrase percutante, il aime aussi les longs développements, les digressions qui n'en finissent pas… Au point même que, dans une de ses homélies, il se reprend lui-même de la sorte :

"Mais, diront peut-être certains de mes auditeurs, trop enthousiastes : A quoi bon toutes ces considérations ? Avance donc ! parle nous enfin de la fête de ce jour !" (Discours 45)

Comme ça, vous êtes prévenus…

 

Au fait, quel rapport avec les pizzas ?

Eh bien, celui-ci : après plusieurs soirées consacrées à préparer les textes de Grégoire, j'ai eu comme un coup de mou… sans doute les longueurs dont notre rhéteur habille parfois sa pensée, et j'ai un peu (et même complètement !) levé le pied. Grégoire était donc en train de rejoindre tant d'autres travaux que je laisse "presque achevés".

Et puis, un soir, alors qu'après une rude journée de travail j'allais chercher les pizzas commandées par Dame Cigale, je m'entends interpeler : "Alors, ça avance ces histoires de traductions ?" Un de mes interlocuteurs d'un instant, inconditionnel des éditions de l'association Guillaume Budé venait de m'apercevoir.

Du coup, le soir même, je me remettais à la tache.

 

Un dernier mot.

On trouve, sur internet, cette icône censée représenter St Grégoire le Théologien. Il n'en est rien ! Il s'agit, comme d'ailleurs indiqué sur l'icône, de St Grégoire le Thaumaturge (ou de Néocésarée) : St Grégoire le Théologien porte une abondante barbe carrée.


Publié dans Cigale patristique

Commenter cet article

Tertius 21/07/2011 22:57



Je n'aurais pas mérité cet honneur: une traduction de traduction ne vaut pas une traduction de l'original, comme chacun sait.

Alors pour vous expliquer cette blague, il faut aller dans une autre subtilité de traduction, que l'on peut rendre ainsi: Le Dalaï Lama rentre dans une pizzeria, et il demande au comptoir: make
me one with everything, c'est-à -dire "faites-m'en une avec tout" ou bien "faites-moi un avec le Tout", le Grand Tout, concept bouddhiste certes, mais bouddhiste zen, donc pas le "véhicule" de
notre brave lama. Donc 1°/il ne pouvait pas saisir les mots à temps pour comprendre et 2°/la blague portait sur un enseignement qui n'était pas le sien.

Par contre, j'aime bien celle que racontent les commentateurs sur le site:

"...so the Dalai Lama pays the cashier and, surprised not to be given any money back, he says:
- You told me it was $22,75 and I gave you $30, where's my change?
- But, Your Holiness, you know well that true change comes from within."



Albocicade 21/07/2011 22:34



Cela me fait au moins un point commun avec le Dalaï-Lama : moi non plus je n'ai pas compris ce qu'il pouvait y avoir de drôle...


Humour autralien, probablement ?


Ceci dit, mon bon Tertius, si vous avez parcouru ma petite compilation de St Grégoire, vous aurez noté que je n'ai pu répondre à votre demande de février dernier :  je n'ai pas réussi à dénicher de traduction du poème II,
1, 12 .


Et même, puisque vous sembliez hésitant sur quelque point, j'ai (dans ma hâte) renoncé à y inclure votre traduction. Votre commentaire me permet de palier un peu à cette précipitation. Soyez-en
remercié !



Tertius 21/07/2011 19:16



Et "Le Dalai-Lama et les pizzas", qu'en dites-vous, cher Albocicade?

http://boingboing.net/2011/06/14/dalai-lama-fails-to.html



Laurence 18/07/2011 16:15



Merci pour ce travail titanesque! C'est de loin mon Grégoire préféré. Je ne me lasse pas de ces poèmes (même si je ne suis pas d'accord avec sa fable sur la chouette...qui est un animal que
j'affectionne ;-) Mais il me semble que je vais découvrir beaucoup d'autres de ses écrits. Encore merci!!!