Respiration

Publié le par Albocicade

http://static.skynetblogs.be/media/62974/eglise_saint_roch-thumb.jpg

 

Milieu de semaine, après-midi de congé. Dans l'attente d'un rendez-vous, j'ai une demi-heure de libre.

Je commence à déambuler dans les rues : une demi-heure à perdre… tuer le temps…

Tuer le temps ? Non, vivre le temps : j'ai besoin de prier, besoin de m'arrêter pour prier.

Je passe auprès de l'église du village.

Je ne l'aime guère : elle est écrite dans une langue qui n'est pas la mienne ; et même, je soupçonne quelques approximations de syntaxe.

Néanmoins, j'entre. L'église est déserte… absolument déserte. Il y a toujours plus de monde à picoler au bistrot d'en face que de gens à prier dans l'église.

Elle est déserte, et ça m'arrange : je vais pouvoir prier "de tout mon être"*, sans craindre l'oreille étonnée ou le regard narquois du badaud désoeuvré.

Au milieu de l'église, mon cœur s'ouvre. En slavon, en français, en grec, tant il est vrai que la forme des mots importe moins que leur sens et que la manière dont l'âme les porte.

Saint Dieu, Saint Fort, Saint Immortel

Aie pitié de nous !

Je respire, enfin je respire !

Gloire au Père et au Fils et au Saint esprit

Maintenant et toujours et dans les siècles des siècles.

Je multiplie les métanies, petites et grandes.

Ma bouche prie, mon cœur prie, mon corps prie : "de tout mon être".

Je me tourne vers le grand crucifix, sur le côté :

Devant ta Croix

Nous nous prosternons, ô Maître,

Et ta sainte Résurrection

Nous la chantons.

Puis vers la statue de la Vierge (une statue, quelle idée ! Et en plus, elle ne présente pas le Sauveur… mais au-delà de ces apparences, je sais bien qu'ils ont voulu représenter celle qui a donné naissance à Celui qui est Dieu par nature, ce qui lui vaut le titre de Théotokos, de "Mère de Dieu")

Il est digne, en vérité,

De te célébrer ô mère de Dieu

Bienheureuse et très pure et Mère de notre Dieu;

Toi plus vénérable que les chérubins

Et incomparablement plus glorieuse que les séraphins

Et qui sans corruption enfantas Dieu-le-Verbe,

Toi véritablement Mère de Dieu

Nous te magnifions.

Puis de nouveau vers l'Orient, lieu du soleil levant (enfin, un orient bien symbolique… elle ne m'a pas l'air franchement "orientée", cette église)

Notre Père qui es aux cieux

Que ton nom soit sanctifié

Que ton règne vienne

Que ta volonté soit faite

Sur la terre comme au ciel

Donne-nous aujourd'hui notre pain quotidien

Pardonne-nous nos offenses

Comme nous pardonnons à ceux qui nous ont offensé

Et ne nous soumets pas à l'épreuve

Mais délivre-nous du mal

Encore et encore… de prosternement en mots, de mots en silences… je respire.

 

Lorsque je suis sorti, c'était presque l'heure de mon rendez-vous, et franchement, je n'avais pas perdu mon temps !

 

http://2.bp.blogspot.com/-4l9BiXxihdQ/Tde7Q0DCIyI/AAAAAAAABOA/tzW0Nq47HNc/s1600/ne-pas-oublier-de-respirer-copie-1%255B1%255D.jpg

Note:

L'expression בְּחַיָּי (berhaïaï), littéralement "dans ma vie" est généralement traduit par "durant toute ma vie" (cf Ps 146.2), mais certains, notamment les Hassidim le comprennent "par toute ma vie", c'est-à-dire "avec tout mon être" : notre prière n'est pas "seulement" une action "mentale", mais aussi (entre autre) affective, et il n'y a aucune raison pour que notre corps, cette partie importante de nous-même soit écartée de la prière...

 

 

Publié dans Cigale en prière

Commenter cet article

laurence 09/09/2011 02:10



Au bord de l'asphyxie (morale mais surtout spirituelle), ce billet sonne comme un coup de tonnerre dans un ciel gris. Demain, je PRENDS le temps de me ménager 30 minutes!!!



Un lecteur avisé 05/09/2011 13:33