Redoux

Publié le par Albocicade

http://www.e-goodies.fr/medias/produits/image1_Thermometre_Bois.jpg

 

Nous y voici. Peu à peu, les températures redeviennent acceptables, franchissant sans complexe la barre du "zéro". Presque incrédule, on entrouvre le manteau ; bientôt nous aurons oublié d'avoir eu si froid.

 

N'empêche !


L'autre dimanche, pour la liturgie, nous étions dans la chapelle en bois : plus petite, plus facile à chauffer, nous y aurions moins froid.

Dehors, une dizaine de centimètres d'une neige frileuse quoique bien éduquée ne laisse nulle place au doute : nous sommes bien en hiver.

Je dis "frileuse", puisqu'elle s'accroche désespérément à nos semelles pour venir se tenir au chaud dans la chapelle, mais "bien éduquée" puisqu'une fois dans la place, elle est restée bien sagement sur le sol, sans se faire remarquer, sans même fondre.

Dans le sanctuaire, accroché à un des rondins qui forment le mur, un thermomètre me ment allègrement : 4°, 5°, 6°…

Je ne le crois pas : mes mains, mes pieds… tout m'atteste qu'il n'en est rien

 

Moment d'émotion intense, durant la grande ecténie, lorsque s'élève cette prière :

"Pour des saisons clémentes,

l'abondance des fruits de la terre

et des jours de paix :

prions le Seigneur"

Oui… des saisons clémentes… (et le reste aussi, d'ailleurs !)


Pendant ce temps, le thermomètre continue à divaguer effrontément : 8°… il montera comme ça jusqu'à 10 °.

Pourtant, il ne ment pas , il est sincère, ce thermomètre. Il dit la vérité… ou plutôt "sa" vérité : il est à une dizaine de centimètres d'un cierge allumé, alors, forcément…

 

Toutefois je ne suis pas là pour lui. Aussi – les pieds froids mais le cœur chaud – je joins discrètement ma voix aux chants du chœur, laissant s'élever notre prière comme la fumée de l'encens que je viens de placer sur le charbon ardent, au coeur de l'encensoir.

 

 

 

 

 

 

 

 

Publié dans Côté iconostase

Commenter cet article