Phèdre et Facebook

Publié le par Albocicade

Depuis quelques mois, les e-mails que je recevais d'un certain ami, grand voyageur devant l'Eternel, se faisaient de plus en plus laconiques, s'achevant invariablement par "plus d'infos sur Facebook".
Alors, pour garder le contact avec lui, je me suis inscrit (après bien des hésitations) sur ce "réseau social".

Etrange réseau, en vérité !
Et d'abord, fort intrusif : dès après l'inscription, le voici qui "analyse" mes carnets d'adresse pour me "proposer comme amis" tous les contacts accumulés depuis des années.
Car c'est là le cœur de Facebook : les amis !
Des amis au kilo, à la pelle ; des amis par dizaines, par centaines ; des amis en-veux-tu-en-voilà…
L'un en a 250, l'autre 380, un autre encore plus de 800… et je m'interroge.

Que signifie ce mot "amis" dans de telles conditions ?
Comme l'écrivait Phèdre (Fables 3.9) "Le nom en est commun, la réalité rare".
En fait, c'est par La Fontaine, plagiaire de génie, que j'ai connu ce mot de Phèdre, et c'est donc le fabuliste français que j'ai à mon tour plagié comme suit, il y a bien des années.

Socrate et sa tour

Le vieux Socrate, un jour,
songeant à s’établir
Dessina une tour
et se la fit bâtir

Une pièce au milieu,
une en haut, une en bas;
La maison de Socrate,
de pièces, en comptait trois.

Nombre de connaissances
passant par alentour
Vinrent y voir Socrate
et sa modeste tour

“Modeste, elle l’est, vraiment;
et même elle est petite !
Bien indigne de toi,
tu l’as fait trop réduite !”

En entendant cela,
de l’un, des autres aussi,
Le vieux les regarda
et tristement leur dit :

“Flatteurs et arrogants
n’y pourraient trouver place,
Mais de telle compagnie
bien vite je me lasse;

Quant à de vrais amis
plaise au ciel qu’un jour
J’en ai assez pour être
à l’étroit dans ma tour.”

 

 

Publié dans Vie quotidienne

Commenter cet article

dan vide 16/04/2010 13:10



certes je ne connais pas vraiment les 545 ""amis"" de mon facebook mais c'est par ce réseau que j'ai rencontré le fils d'un ami d'enfance décédé et que je suis devenu une sorte de
référent/confident pour le fils de cet ami...


grand voyageur... je ne peux pas revoir mes amis réels ( mais si dispersés sur cette planète) aussi souvent que je le souhaiterais, alors oui, facebook est un outil précieux et
irremplacable pour maintenir et approfondir nos relations...



Albocicade 07/03/2010 19:54


Merci beaucoup...


Olga 07/03/2010 17:51


Cher Albicidade, non votre "tour" n'est pas au milieu du désert ni de nulle part !
je suis une lectrice fidèle et assidue, qui prend un grand plaisir à vous lire, mais je suis une amie silencieuse.
amicalement Olga


Tertius 02/03/2010 23:36


A ma grande honte, je ne visite plus beaucoup votre blog depuis quelques mois, et d'ailleurs pratiquement plus de blogs tout court, et même plus notre Moinillon préféré, j'ai une
monstrueuse quantité de boulot ces derniers temps, mais je tâcherai de penser un peu plus à vous ces prochains jours, cher ami.


Albocicade 02/03/2010 23:20


Oserais-je le dire, j'ai parfois l'impression que ma "tour" est en plein désert, au milieu de nulle part... Aussi, merci pour la visite et le commentaire : entre la foule agglutinée et le vox clamanti in deserto, il doit exister un juste milieu...


Tertius 02/03/2010 21:42



Fort bien envoyé, cher Albocicade!
Mais je crois que la tour de Socrate et les badauds autour d'elle peut aussi figurer un blog et ses commentateurs, n'est-ce pas?