Les supplétifs

Publié le par Albocicade

http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/b/bd/Harki-ag.jpg

 

J'étais bien minot, lorsqu'un jour nous sommes allés en visite chez des gens que je ne connaissais pas. Ils habitaient très modestement, à l'extérieur d'un village, à une vingtaine de kilomètres de chez nous.

Le souvenir en est flou, imprécis. A la réflexion, peut-être était-ce bien dans une de ces maisons forestières isolées…

Sans doute ai-je demandé "C'est qui ?", puisqu'il me fut répondu "Ce sont des Harkis". Et probablement m'expliqua-t-on qu'ils avaient du quitter leur pays pour venir ici.

Mais pour moi qui ignorais tout des "événements" qui avaient  bouleversé l'Algérie une dizaine d'années auparavant, c'était juste des gens gentils… et pauvres.

 

Plus tard, j'appris "la guerre d'Algérie" ; fort peu à l'école, d'ailleurs. J'entendis parler des Pieds-noirs, des FLN, du putsch des Généraux…mais jamais des Harkis… ou si peu.

 

Puis un jour, papotant avec un voisin, il me raconta les "supplétifs" : ces "indigènes" que l'armée française avait recruté en "CDD" pour qu'ils se battent "aux côtés de la France", mais sans les incorporer, avant de les abandonner au moment de la débâcle.

Lui, il avait "fait l'Indochine" et m'expliqua comment, après la défaite de Dien Bien Phu l'ordre fut donné de ne ramener en Métropole que les militaires du contingent… laissant ces "supplétifs" à la merci de toutes les vengeances. Il me raconta quelques souvenirs… Cauchemardesque.

Et il ajouta : "C'est pour cela que, à la fin de la guerre d'Algérie, lorsque l'ordre fut donné de désarmer les Harkis et de les renvoyer dans leurs foyers, certains officiers désobéirent et en firent passer en France. Ils ne voulaient pas participer à une autre trahison."

 

C'était donc à un certain sens de l'honneur, à des actes téméraires  - et non à une volonté de l'Etat français de protéger ceux qui lui avaient fait confiance - que je devais d'avoir rencontré ces Harkis, pauvrement installés au pied du Col de Cabre.

 

Pourquoi parler de cela maintenant ?

Parce que ce n'est pas que de l'histoire ancienne, parce que je viens de lire qu'un ancien d'Indochine, colonel de Marine en retraite, s'est tué d'une balle dans la tête devant le monument aux morts indochinois à Dinan. Pour protester contre le génocide des H'mongs…

Parce que le silence de l'oubli est aussi une injustice.

Parce que j'ai beau ne rien comprendre à l'armée, à la guerre, à la diplomatie et à ces sortes de choses, honneur et trahison n'ont pas le même sens.

Parce que… je ne sais pas ; peut-être parce qu'il le faut,  de temps à autres.

 

Et pour info :

 

Pour les supplétifs de la Guerre d'Algérie, un site consacré aux Harkis, et un article de la Wiki.

 

Pour ceux de la guerre d'Indochine, un article sur le départ des troupes françaises d'Indochine, et un petit site sur les Rapatriés d'Indochine.

 

Publié dans Cigale en colère

Commenter cet article