Les Anastases

Publié le par Albocicade

http://www.lexpress.fr/pictures/566/289906_le-monastere-de-sainte-catherine-ou-s-etaient-rendus-les-deux-touristes-bresiliennes-et-leur-guide-egyptien-dans-le-sinai.jpg

 

Il y a deux ans, c'était les "Grégoire" : une fois ici, quatre jours plus tard

Cette année, ce sont les Anastase. Pas n'importe lesquels, ceux du Sinaï !

En effet, il n'aura échappé à personne, la presse internationale s'en étant abondamment fait l'écho, que le P. Nicolas Molinier a publié tout récemment une traduction de trois homélies d'Anastase le Sinaïte, ainsi qu'une sélection des "Questions et réponses". On lira avec intérêt la recension qui en est donnée ici, et sans doute avec profit la traduction (mais je ne l'ai pas encore).

 

Comment rivaliser avec cela ?

Et d'ailleurs, pourquoi parler de rivalité quand il s'agit plutôt d'une plaisante émulation.

 

Il se trouve que, à la recherche d'un fichier introuvable dans mon ordinateur, je suis tombé sur un document que j'avais complètement oublié : les récits d'Anastase, moine au Sinaï au début du VIIe siècle.

Un recueil d'anecdotes, traduit par l'inénarrable P. Nau en 1902, et que je me suis fait un plaisir de le mettre en un format plus lisible, apportant ici ou là une petit modernisation dans le vocabulaire, renvoyant en note tels termes grecs que Nau avait laissés dans sa traduction, allégeant au passage telles notes trop techniques… bref tentant de le rendre plus "convivial".

Qui est cet Anastase ? Ben… un moine du Sinaï, au VIIe siècle… on n'en sait pas plus.

 

Que dire encore ? Ah oui, "mon" Anastase a probablement précédé de peu l'autre, le célèbre… peut-être se sont-ils même connus.

 

Anastase le moine : recueil d'anecdote

sur Scribd et sur Archive

Publié dans Cigale patristique

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Hiéromoine Nicolas 10/07/2013 20:01


Cher ami, si mon estimation est bonne je vis à la même latitude que vous et j'ai, moi aussi, quelques heures de route à faire pour rejoindre une ancienne bibliothèque de Séminaire (grenoble) qui
-miracle !- pratique le prêt de livre, même S.C., C.C., C.P.G. etc... Pour les recherches spécialisées, je dois organiser un séjour de huit jours à Paris ou déranger des bibliothécaires parisiens
de bonne vonlonté (on en trouve pas mal) qui me dégotent bénévolement l'objet de mon désir. Je profite aussi de la bibliothèque du monastère de Stavronikita au mont Athos que je visite
périodiquement. Mais vous avez raison, vivre en province, et à la campagne de surcroît, ce n'est pas se faciliter la tâche. Ces difficultés nous pénalisent-elles ? Pour ma part, je ne crois pas.
Il me semble que le fait de devoir les vaincre patiemment une à une, améliore la qualité du travail rendu. On est certes ralenti, mais c'est l'occasion de mieux penser et de mieux écrire.

Albocicade 10/07/2013 23:15



Notre longitude est aproximativement semblable, j'en conviens, mais la latitude... ah, la latitude ! La votre est à 45.0333 tandis que la mienne est de
44.5167... Non, décidément, vous êtes septentrional et moi méridional.


Ceci dit, mes activités tant professionnelles que familiales (jointes à un esprit obstinément casanier) ne m'autorisent pas les escapades lointaines que vous évoquez.
Par contre, clavier et écran reliés à la Toile numérique étendent mes doigts et mes yeux au-delà des frontières. Mais c'est, pour moi aussi, une école de patience, de persévérance que d'accéder à
certains ouvrages entrevus. Il m'aura fallu pas loin de quinze années pour arriver à dénicher l'ensemble de la Septante traduite en Français (principalement par Giguet) et de pouvoir la
mettre à disposition.


Malheureusement, certains ouvrages me restent encore inaccessibles.



Hiéromoine Nicolas 10/07/2013 09:03


Vos deux Anastase se sont connus dans la mesure où une même personne peut se connaître soi-même. L'auteur des Homélies est celui des "diègemmata". On a toujours intérêt, pour l'identification des
auteurs à se reporter à la Clavis Patrum Græcorum. Vous y trouverez la liste des œuvres authentiques d'Anastase le Sinaïte et celles de son homonyme Anastase le Sinaïte ou d'Antioche, plus la
liste de quelques ouvrages difficiles à attribuer à l'un plutôt qu'à l'autre. Pour ma part, j'ai compté huit ou neuf Anastase connus à cette époque.


Lorsque vous aurez mon petit travail en main, vous trouverez une note indiquant les références d'une thèse inédite sur Anastase et ses "Récits".


Bon courage.


 

Albocicade 10/07/2013 15:53



Mon bon père,


Merci pour ces précisions : j'aurais sans doute du pousser un peu mes recherches.


Mais pouvez-vous, vous qui demeurez dans le Nord, imaginer le dénuement des régions du Sud ? Nulle bibliothèque où consulter le Clavis Patrum Græcorum à moins de plusieurs jours de marche. Et je
crains que ce monument ne soit pas, pour le moment accessible sur la Toile Numérique...