La sucette

Publié le par Albocicade

© John Batho Lollipop

 

Il y a un peu plus d'un an, je promettais (tout à la fin du billet) une sucette à quiconque employait couramment le terme "méonique", ou même savait ce qu'il signifiait.

Enfin, un vainqueur s'est présenté.

En effet, dans un échange de mail, un correspondant m'écrit "Et pour ma part, j'ai gagné une sucette puisque j'utilise couramment le terme "méonique" (lancé par Schelling en philosophie et Boulgakov en théologie) ! J'essaie d'écrire un livre qui aborde entre autres cette question."

C'est donc quelqu'un de savant (il connaît le mot) et qui a des goûts très sûrs (il a parcouru le blog).

Mais outre cela, il travaille aussi sur un de ces innombrables auteurs trop peu connus, en l'occurrence Léonce de Jérusalem.

Comment ça ? Vous ne connaissez pas ce moine qui, après le Concile de Chalcédoine (IVe œcuménique) s'évertua avec talent à montrer que les définitions du concile étaient bien conformes à l'enseignement des Pères, et ne penchaient ni "à Nestorius", ni "à Eutychès" ?

Après tout, vous n'êtes guère blâmables, ses textes sont d'un accès difficile : à peine trouvera-t-on une traduction anglaise.

Enfin, ça c'était "avant".

Avant que notre vainqueur se soit attelé à donner une traduction française, copieusement annotée, du traité "Contre les monophysites" (composés du Témoignages des Saints et de 63 Apories), traduction qu'il m'a autorisé à vous communiquer.

J'ai donc simplement indexé son fichier pour en faciliter la lecture et l'ai placé ici.

 

Par ailleurs, notre vainqueur me confiait que son rêve "serait surtout que soit traduit le "Contre les Nestoriens" (la vraie grande œuvre de Léonce).  Alors, si vous connaissez des candidats potentiels, n'hésitez pas à leur en parler.

Et vous pouvez aussi le contacter à l'adresse mail indiquée sur la page de garde de sa traduction.


Publié dans Cigale patristique

Commenter cet article