En page de garde

Publié le par Albocicade

 http://educ47.ac-bordeaux.fr/ecoles/roumagne/annees/2007-2008/cycle3/histoire/images/louis_xiv.jpg

Le dragon entre avec fracas dans la grande pièce de la ferme. Il a tout pouvoir, il le sait : il est là par ordre du Roy, pour extirper l'hérésie des sectateurs de Calvin. Et ces gens, ces paysans en sont peut-être. Alors il scrute, fouille, cherche la preuve : un livre, un gros livre. Bien sûr, comme la plupart des hommes de son régiment il ne sait pas lire – à quoi cela lui servirait-il ? – mais on lui a montré de quoi l'identifier sans erreur. Un mot de cinq lettres, écrit en gros. On lui a fait apprendre pour qu'il puisse le reconnaître : "BIBLE".

Ah, ça y est ! Dans un placard, sous une pile de draps, il a trouvé un livre.

- Pourquoi le tenez-vous caché dans ce placard ?

- Il n'est pas caché, on le range là pour qu'il ne s'abîme pas à cause de l'humidité…

- Ce ne serait pas une Bible, par hasard ?

- Mais, la Bible est un livre interdit… voyez vous-même !

Le militaire ouvre le livre, le feuillette… puis le rend à ses propriétaires.

Bien sûr, il manquait des pages au début, mais il a bien regardé, il n'a pas vu le mot" Bible". Il a fait son travail, il peut repartir en laissant ces paysans en paix : ils n'ont pas le livre interdit et ne seront pas envoyés aux galères.

Le cœur battant, le fermier a repris le livre et regarde le soldat repartir. Au fond de lui se mélangent terreur rétrospective, action de grâce à Dieu et reconnaissance à ce colporteur qui lui a suggéré de déchirer les pages de garde de sa Bible. (Et en plus, il n'a pas menti au soldat du Roy..!)

 

Cet épisode bien français m'est revenu en mémoire dernièrement.

http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/e/e2/Katharinaklooster_R01.jpg

En effet, la bibliothèque du monastère Ste Caherine du Sinaï contient un certain nombre d'ouvrages en arabe débutant par les mots "Bismillah ar-rahman ar-rahiim" : "Au nom de Dieu clément et miséricordieux". Mais il ne s'agit pas de Corans ou même d'ouvrages musulmans. Non : ce sont des Bibles.

Pourquoi ces mots ont-ils été inscrits en page de garde de Bibles ?

M'est venue l'idée que c'était peut-être pour les préserver de la destruction par quelque musulman fanatique de passage. En effet, voyant ces mots sur la page de garde de l'ouvrage, notre excité n'aura peut-être pas l'idée d'aller voir plus loin, et même s'il avait poussé sa lecture, peut-être aurait-il craint de commettre un sacrilège en détruisant un ouvrage débutant ainsi.

Un peu à la manière dont le minaret construit à l'intérieur du monastère, mais visible de l'extérieur, a préservé celui-ci de la destruction.

 

Hypothèse peut-être gratuite de ma part. D'autant qu'on m'objectera (en fait, on l'a déjà fait) que cette inscription se trouve aussi sur des manuscrits en garshouni, graphie à laquelle les musulmans ne comprenaient rien.

 

Alors, après tout, peut-être a-t-elle été inscrite pour ce qu'elle dit. D'ailleurs, elle ne contient rien qui ne soit parfaitement compatible avec la foi chrétienne.

D'autant que, selon une interprétation chrétienne remontant au moins au IXe siècle (1), "Au nom de Dieu, le Clément, le Miséricordieux" est une formule trinitaire signifiant proprement "Au nom du Père et du Fils et du St Esprit", puisque par "Dieu" on désigne le Père, Lumière éternelle, par "le Clément" on désigne le Fils qui a eu tant de pitié du monde qu'il l'a racheté avec son sang, et "le Miséricordieux", c'est l'Esprit-Saint, dont la grâce est répandue sur tous les êtres et habite en tous les croyants.

 

La petite note en plus :

1. On trouve cette explication dans l'apocalypse de Bahira, un document dont j'ai déjà parlé en octobre 2011. On trouvera en français la présentation du document que j'ai placé ici, et en anglais une traduction déjà ancienne, et une autre tout ce qu'il y a de plus récent (et que, promis juré, ce n'est pas moi qui l'ai mis en ligne, celle-là).


Publié dans Cigale patristique

Commenter cet article

Laurence 26/01/2013 04:34

Pourquoi pas après tout ? Honte sur moi : je n'avais aucun souvenir de ce minaret...j'avais du être polarisée sur les icônes !