Dans le silence

Publié le par Albocicade

http://p8.storage.canalblog.com/84/68/954949/86030808_p.jpg
 
Les notes s'égrènent cristallines… mandolines…
Les voûtes de la petite chapelle les reçoivent .
Chapelle ? Est-on encore chapelle  lorsqu'on est réduit à ne plus accueillir que des touristes pour des concerts ? Carcasse aujourd'hui sans vie où naguère s'exprimait la foi des paysans du coin. Petit coup de blues.
Discrètement, je sors, laissant la Grande Cigale se régaler.
Les murs épais gardent les résonnances musicales. Silence.
Romane, l'ex-chapelle (mais sans doute est-elle encore un peu chapelle quand même) domine depuis des siècles les vallons alentours.
Il fait beau. Tranquillement, je déambule, scrutant l'architecture, me signant au passage devant la modeste croix qui surplombe l'ancienne entrée, et parviens au cimetière attenant. Le "jardin d'église", kirkegård comme on dit en danois (ce qui n'est pas sans évoquer le nom du célèbre chrétien-philosophe...)
Je pénètre.
Avec la désaffection de la chapelle, le cimetière est devenu municipal. Les premières tombes m'affligent. Malgré les touchants témoignages d'amitié qui y sont déposés, elles sont terribles ; dernières demeures sans espoir de personnes ayant vécu sans espérance, reflet de notre époque, de notre société. Si elles disent ce que le défunt "a été", elles sont muettes sur ce qu'il est, ce qu'il sera. Muettes comme des tombes.
Pas toutes, pourtant.
Certaines, discrètes ou loquaces, disent.
La coutume est belle, mais ce n'est pas seulement par coutume.
Verset biblique choisi comme ultime témoignage de toute une vie, gravé dans le marbre de la dalle.
Au passage, je reconnais des noms, et leur manière de dire.
            Jésus dit : je suis la résurrection et la vie.
            Celui qui croit en moi, même s’il meurt, vivra ….
            Crois-tu cela ?
Oui, c'est bien d'elle, qui fut des années durant missionnaire, de délicatement interroger le passant pour lui indiquer le Sauveur.
Et sur une autre tombe, plus loin
            Ma grâce te suffit
Lui aussi, je l'ai bien connu.
Une de ses phrases favorites, du moins l'ai-je entendu au moins trois fois de sa bouche, était :
"Les rails sont aussi solides dans le tunnel qu'en plein soleil"
Petite leçon de foi.
En ressortant de ce "jardin", l'éloquent silence de ces pierres tombales m'avait remonté le moral, et mon regard portait plus loin, plus haut…
 
Références des versets : Jean 11.25-26 et 2 Corinthien 12.9
Source de l'image : http://aargil.canalblog.com/

Publié dans Vie quotidienne

Commenter cet article

Laurence 20/06/2013 15:22

Je retiendrai cette phrase plein de sagesse.