Clavicorde et navires

Publié le par Albocicade

http://farm6.staticflickr.com/5108/5793671383_92441ccde0_z.jpg

 

J'avais repéré qu'au lieu où nous devions nous rendre, se trouvait une église "Notre Dame de la victoire de Lépante". Et à vrai dire, je me demandais comment – dans notre société multi-culturelle – un rappel à cette bataille était géré dans le quotidien.

Parce que, la "bataille de Lépante", soit on ne sait pas ce que c'est, et on la range quelque part entre la bataille de la Marne et celle de la Meuse (ce qui ne pose aucun problème), soit on sait ce que c'est… et il y a des dents qui grincent.

Pour mémoire, c'est donc cette bataille navale grandeur nature qui, au XVI siècle et face à la flotte ottomane, opposa une flotte "européenne et chrétienne" coalisée, bataille au cours de laquelle la flotte ottomane, supérieure en nombre, prit une grosse ratatouille.

Il faut dire aussi que naviguer en méditerranée à l'époque était aussi sûr que de faire du pédalo du côté du golfe de Guinée actuellement, et que les razzias – au cours desquelles de braves gens qui ne demandaient rien à personne étaient capturés pour se retrouver sur le marché aux esclaves au prétexte qu'ils étaient chrétiens – n'étaient pas rares.

 

Bref, arrivé devant la basilique de style néo-byzantin, je vois sur une plaque que l'église - qui a été consacrée en 1888 - est simplement désignée comme "Notre Dame de la victoire". La plaque, elle, a été posée pour le cinquantenaire du débarquement en Méditerranée, en 1944.

Une fois à l'intérieur, je prends un air niais (oui, je sais, il paraît que je n'ai pas besoin de me forcer beaucoup pour cela), et demande à la personne qui tient le coin "livres pieux et chapelets" comment une église a bien pu être consacrée en 1888 pour une victoire qui était encore à venir (d'autant qu'à l'intérieur, il est encore fait référence au 15 Août 1944).

Il ne se fait pas prier, et reconnaît sans ambages que la référence à la seconde guerre mondiale n'a rien à voir avec son édification. A vrai dire, je comprends fort bien que l'on veuille ménager les susceptibilités, et lui en fait part.

Il m'explique alors, avec émotion, qu'au fond de l'église se trouve une copie de la Croix de Lépante, cette croix qui était sur le vaisseau amiral de la flotte chrétienne. Avec émotion, parce que c'est lui qui l'a fait refaire, cette copie.

"Refaire" : tout est dans ce mot. Une copie existait, qui en 1990, avant qu'il ne vienne s'installer dans la région, a été volée. A la place (à ce qu'il m'a dit) une inscription : "vive l'islam". L'inscription a été effacée, et les choses en sont restées là. Lors donc que cet homme est arrivé, il s'en est ému et a organisé une souscription pour faire réaliser une nouvelle copie. Il m'expliqua même comment sa souscription a été abondée presque par hasard par une seule personne… Il me dit cela avec douceur : il n'a rien du nostalgique et ne cherche certes pas à faire de Lépante un étendard. Juste, puisque cette église avait été consacrée sous ce vocable, il trouvait dommage que cela soit purement et simplement escamoté suite à du vandalisme.

Après tout, cela ne pose de problème à personne que l'on parle de la "victoire de 1945", pourquoi celle de Lépante serait-elle honteuse ?

 

Un dernier mot : pourquoi, dans le titre, ai-je parlé de "clavicorde" ?

Parce que lorsqu'incidemment j'avais évoqué le nom de cette église, la Grande Cigale s'exclama : "Lépante ? Mais je connais !" Comme, un peu surpris, je lui demandais de préciser sa pensée, elle dit "Et bien oui, il y a le clavicorde de Lépante".

http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/7/7c/Clavicorde_L%C3%A9pante.JPG

Elle n'a pas fini de m'étonner...

 

NB : Je ne sais toujours pas pourquoi une église a été placée, à la fin du XIXe siècle (donc trois cent ans après la bataille en question) sous ce vocable…


Publié dans Vie quotidienne

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Albocicade 30/08/2012 14:03


Donc, en liens directs :


Les vestiges de l'église Notre Dame de la victoire de Rhodes.


La "Vie de St Martin" par Sulpice Sévère.


 

bruno ATTUYT 30/08/2012 09:37


Effectivement il s'agit bien de la première bataille. Une église fut dédiée à cette évènement. Il n'en reste que des vestiges que l'on peut néanmoins admirer:
https://picasaweb.google.com/107028073986902298047/NDVictoireRhodes2107101607?authuser=0&feat=directlink.


Quand à la question des soldats martyrs, elle fut précédée par une autre question qui a agité l'Église d'occident surtout en période de persécution: peut-on être soldat et chrétien?  Un
élément de réponse fut donné au V°s par Sulpice Sévère qui écrivit la Vita Martini (la vie de saint Martin de Tours).


 

Albocicade 29/08/2012 19:20


Grand merci, mon bon père, pour ces précisions qui éclairent d'un jour intéressant le choix du nom de la basilique.


Lorsqu'il est question de la "Victoire de Rhodes", je suppose qu'il s'agit du siège de 1480, et non de la dérouillée de
1522 qui se solda par la "perte de Rhodes".


Guerres et batailles sont des faits humains, et il y a lieu de se réjouir d'échapper à un danger ou d'être libéré d'une servitude injuste. Toutefois, souvent, je pense à la réponse que fit le
patriarche Polyeucte à l'empereur Nicéphore Phocas qui lui demandait que ses soldats qui mourraient au combat soient canonisés comme
martyrs : "Le meurtre d'un homme – même impie –  est un meurtre aussi haïssable qu'un autre".


Je sais, c'est un peu hors sujet...

Bruno ATTUYT 29/08/2012 14:14


Tombé sur votre blog par hasard, curé néanmoins de la dite Basilique, je me permets de vous apporter quelque éclairage sur votre question concernant l'origine du vocable de l'église raphaëloise.
A l'origine le curé constructeur de l'église demanda à l'architecte, Pierre Aublé, quel vocable pourrait être donné au batiment religieux. Ce dernier suggera Notre Dame de la Victoire de Rhodes
puisqu'il était natif de cette île grecque et y avait été baptisé dans sa cathédrale. Ainsi fut fait. Quelques années après, un des successeurs du curé batisseur trouva que la bataille de Rhodes
était trop  méconnue des fidèles. D'ailleurs, ceux-ci, dans leurs habitudes de dévotion, avaient depuis longtemps éludé Rhodes  en fêtant simplement Notre dame du Rosaire sans se
soucier d'une quelconque référence historique. Le bon prêtre décida alors que ce serait Notre Dame de la victoire de Lépante. évènement historique important dans l'histoire de la piété mariale
des catholiques. C'est ainsi qu'il fit installer la fameuse copie du crucifix barcelonnais, "relique" de la bataille navale contre la flotte ottomane. Telle est la tradition sur l'origine du
titre de l'église de Saint-Raphaël. Peut-être il ne serait pas incongru d'évoquer la forte empreinte présente en Provence et plus particulièrement dans le Var, de l'ordre hospitalier des
chevaliers de saint jean de Malte qui, à l'époque de la bataille, alors que la France était allié avec les Ottomans de Selim II constituait une partie non négligeable des forces de la sainte
Ligue engagées contre l'hégémonie turc en Europe.