C'est pas le pied

Publié le par Albocicade

 

http://www.sportnat.com/lapouneur/bouton/course.gif

L'été… période de grosse activité professionnelle.

Selon le temps qu'il fait et l'affluence au boulot, la journée peut se révéler intense, chargée, rude, brutale, voire… sévère.

Autant dire que de retour à la maison, après ça, j'ai le cerveau en bouillie, des capacités intellectuelles proches de celles d'une endive braisée.

Aussi, pour tenter de remettre un peu d'ordre parmi mes pauvres neurones en détresse, souvent le soir, je saisis un livre dans mes rayonnages dans lequel je pioche quelques lignes, voire quelques pages.

Un jour, ce sera "Mes prisons" de Pellico, un autre, une "Encyclopédie des citations", à moins que ce ne soit  les "Etudes sur la spiritualité de l'Orient chrétien" par Antoine Guillaumont, le "Dictionnaire des grands noms de la chose imprimée", ou encore "Robinson Crusoé"…

 

L'autre jour, c'était "L'église clandestine en Union Soviétique".

Ouvrant le livre au hasard, je tombe - page 256 - au milieu d'un passage où il est question d'un groupe dissident, sans clergé, mais avec une forte insistance sur une pratique liturgique "adaptée" aux contraintes de l'époque (par exemple, la "communion eucharistique" était constituée par du pain azyme et de l'eau puisée à des "sources sainte" distribuées par des laïcs…)

 

Mais, venons-en à une citation qui a rendu pour moi ce livre absolument unique:

 

"L'ordination, l'extrême onction, l'imposition des huiles saintes et, généralement, le pédobaptisme* étant écartés, l'eucharistie et l'absolution étaient tout particulièrement mises en relief."

 

Citation d'intérêt modeste, on en conviendra. Sauf en ce qui concerne l'astérisque.

Que s'est-il donc passé dans la tête de l'éditeur ?  A-t-il pensé que le terme "pédobaptisme", trop technique, devait absolument être expliqué ? Mal lui en a pris : en bas de page on peut lire en renvoie à l'astérisque :

 

* Note de l'éditeur : baptême par immersion des pieds.

http://blog.femmeactuelle.fr/Upload/Users/12670/UsedImages/a3035e29-3c1f-436f-beea-761ed965d0b8.gif

 

 

Comment dire… Ce n'est pas exactement ça… N'empêche, il devait être bien crevé, l'éditeur, quand il s'est fendu de sa définition… innovante.

(A la rigueur, cela pourrait s'appeler du "podobaptisme")

Dans le genre "endive braisée", ce n'était pas mal non plus…

 

 

Publié dans Vie quotidienne

Commenter cet article

Laurence 05/08/2011 14:42



merci pour l'éclairage! je recherche plutôt un livre de spiritualité. Je réserverai donc celui-ci pour plus tard.



Albocicade 05/08/2011 14:29



@ Iago : Ah, "La Hulotte"... un de nos professeurs nous avait éffectivement recomandé cette revue... c'était il y a bien longtemps, et je dois confesser que je ne l'ai plus consulté depuis
longtemps... ce qui est dommage. A toutes fins utiles je donne le lien vers leur site.


@ Laurence : recommander un livre est chose risquée, plus particulièrement en ce qui concerne un recueil comme celui de cet "admirable instituteur" que fut Guillaumont. Disons de but en blanc que
le terme central du titre est bien "études". C'est un recueil d'études "savantes", "techniques" concernant des thèmes comme le sens du mot "kardia" (coeur), les relations entre anachorèse et
eucharistie, les relations des messaliens avec la Grande Eglise... Donc n'espérez pas y trouver "les récits d'un pélerin russe" ou les "missions en Sibérie de l'archim Spiridon", ni même la
"centurie sur la perfection spirituelle" de St Diadoque de Photiké. Non, il ne s'agit pas d'un ouvrage d'édification ou de spiritualité, mais bien d'études qui permettent de contextualiser telle
ou telle question touchant les chrétiens de langue grecque, copte ou syriaque autour du Ve siècle. Et pourtant il y a, à parcourir ces études de quoi faire son miel. Alors, est-ce que je
recommande cet ouvrage ? Je n'en sais rien : personellement, j'y reviens régulièrement, c'est tout ce que je peux en dire.



Laurence 04/08/2011 23:35



le livre d' Antoine Guillaumont, vous le recommandez?



Iago 04/08/2011 20:50



Merci pour la photo. Dans la ballade d'aujourd'hui j'ai repéré des cardères ayant échappé au massacre. En plus ce sont des cardères des villes bien plus élégantes que les cardères des champs que
vous avez photographiées et qui sont bien utiles aussi : Une fois séchées, on s'en servait autrefois pour carder les tissus afin de les rendre plus soyeux. Quoi qu'il en soit l'un et l'autre
produisent des graines très huileuses qui attirent les chardonnerets. Dommage de manquer le spectacle. N'omettez pas non plus d'en semer après avoir récolté les graines quinze jours après la
floraison. Vous ferez du bien aux abeilles et aux passereaux en fin de saison.


Iago, doctus cum "La Hulotte", n° 61 et 62. 



Albocicade 04/08/2011 08:16



Je crains qu'à vouloir être trop concis, j'ai été un peu obscur (les joies de l'allusion par lien hypertexte). J'aurais du écrire :


"Le pédobaptisme, ce n'est pas ça,
mais bien ça".


Tant pis. Concernant les cardères, je connaissais la chose en ignorant le nom. Pour
vous (et nous tous) un petit cliché du "cabaret des oiseaux" (même si une photo ne remplacera jamais la réalité...






Iago 03/08/2011 22:49



Cher ami du post n° 2.


Vous avez raison, tout ce qui concerne les enfants est dit en français pédo quelquechose. Pour faire le mariole, je signalais seulement que le mot grec qui désigne l'enfant (qui parle) -ou le
jeune serviteur- se dit au nominatif "Pais" et au génitif "Paidos". La racine Pai aurait pu se transcrire telle quelle en français, ce qui aurait été logique. De fait, ça n'a pas été le cas. On a
préféré Pé. Je ne sais pourquoi ... et je m'en fiche un peu pour tout vous dire. A propos, je suis furieux, le cantonnier est passé par mon chemin de promenade et a ratiboisé toutes les bordures
au ras du sol. Mes belles cardères ont été hachées. Deux ans à attendre avant d'en voir de nouvelles (ce sont des bisannuelles), je suis écœuré.



Cassien Braun 03/08/2011 20:24



pédobaptisme, me semble plutôt le baptême des enfants. Pardon.



Iago 03/08/2011 15:20



Il est bien blâmable votre éditeur, ne sachant pas que le bain de pieds devrait se désigner plutôt par le mot PODOBAPTISME. Mais on peut aussi lui trouver des circonstances atténuantes car le
fait de baptiser des enfants devrait plutôt se désigner par le mot PAIDOBAPTISME. Cela dit, je ne sais pas ce que vous faites de particulièrement épuisant, mais je vous plains tout de même. Moi
je ne fais pas grand chose et ça me fatigue tout autant. Bon, c'est l'heure de ma promenade quotidienne dans la nature, j'ai rendez-vous avec des cardères et des arbres à papillons le long du
chemin. Salut !