Brailler en silence

Publié le par Albocicade


http://www.nbbmuseum.be/wp-content/uploads/2009/10/braille2.jpg 

A mon poste de travail, un de mes visiteurs récurent me remet un objet rond, plat… une pièce de 2 € (ça m'arrive parfois).

J'ai beau ne pas être numismate pour deux sous, cette pièce retient mon attention… je n'en ai jamais vu de semblable. Encadrant l'effigie (donc, côté "face") des points alignés verticalement. En dessous du buste, "1809 – 2009", et au dessus… "Louis Braille".

Bien sûr ! Trois points verticaux : "L" ; deux verticaux en partant du haut : "B".


J'ai déjà tenté, à quelques reprises, de brailler (c'est à dire, de "lire du braille"), sans la moindre ombre de succès : j'ai le doigt pataud, le tact confus, le toucher hasardeux. Manque de pratique, sans doute.


Quelle invention que cette "écriture" ! Même l'informatique s'y est adapté, avec la plage braille. Comment faisait-on, avant ? La cécité coupait-elle nécessairement de la culture ?

Homère et surtout Didyme (qui devint aveugle enfant) furent-ils seulement d'improbables exceptions ?


En tous cas, 2009 était un bicentenaire, l'année "Louis Braille", j'étais complètement passé à côté !


Au fait, juste pour info, une Bible en braille, c'est 60 gros volumes à ranger sur 4m d'étagères, et ça pèse 60 kg.



Publié dans Cigale sociale

Commenter cet article