La chanson de Jonas

Publié le par Albocicade

C'était début Novembre.
La JOM (Jeunesse Orthodoxe du Midi) organisait un mini camp à Port St Louis du Rhone.
Quatre jours au bord de la mer (mais, seulement au bord : elle est froide en Novembre !)
La plus grande des Cigales (10 ans) y participait.
Ce petit groupe a même eu le temps de préparer un petit spectacle tout à fait réussi, à partir du livre de Jonas.
A la fin du spectacle, la "troupe" improvisée a entonné, sur l'air du "petit âne gris" de Hugues Auffray, une "Chanson de Jonas" composée la veille au soir par un des cadre :
 
 
Chanson de Jonas
 
 
Jonas était chez lui lorsque Dieu lui parla
Il lui dit « lève-toi, car moi - Dieu - je t’envoie
Va parler à Ninive, dis-leur ‘repentez-vous’
Sinon je vais tout mettre sens dessus dessous » (bis)
 
Jonas ne voulait pas, il s’enfuit loin de là
Monta sur un navire qui partait de Jaffa
Tout au fond de la cale il s’endormit bientôt
Sans voir que la tempête secouait le bateau (bis)
 
Les marins s’affolaient, chacun priait son Dieu
Le bateau chavirait, le capitaine criait
« Jonas réveille-toi, explique-nous pourquoi
Ce grand malheur est là, est-ce à cause de toi ? » (bis)
 
Jonas leur expliqua qu’il fuyait loin de Dieu
Et il leur déclara « Jetez-moi ce sera mieux »
Après avoir prié Dieu de leur pardonner,
Ils le mirent à la mer et tout fut apaisé (bis)
 
Le Seigneur envoya un gros monstre marin
Qui avala Jonas sans se douter de rien
Dans le sein du poisson trois journées et trois nuits
Il cria vers son Dieu et il se repentit (bis)
 
Le poisson le cracha sur le bord de la mer
Dieu lui fit à nouveau cette même prière
Va dire aux Ninivites qu’ils doivent changer de vie
Sinon tous leurs foyers bientôt seront détruits (bis)
 
La ville était immense, mais dès le premier jour
En entendant Jonas, leur dire « faites demi-tour »
Les gens de la grand’ville furent touchés dans leur cœur
Et tous d’un même élan revinrent vers le Seigneur (bis)
 
Dans sa miséricorde et sa grande bonté
Dieu leur pardonna, toute la ville fut sauvée
Mais Jonas se fâcha, il ne comprenait pas
« Tu dois détruire la ville pourquoi ne l’fais-tu pas » (bis)
 
Le soleil tapait dur, Jonas n’en pouvait plus
« Fais-moi plutôt mourir, la vie je n’en veux plus »
Pour soulager sa peine, Dieu fit pousser une plante
Dieu lui donna de l’ombre comme une petite tente (bis)
 
Jonas fut très heureux et tout ragaillardi
Mais cette plante mourut au bout d’une seule nuit
« Cette fois c’en est trop, Seigneur je te le dis »
S’écria le prophète « fais-moi mourir aussi » (bis)
 
Alors le Seigneur lui dit avec beaucoup d'amour
Tu as pitié d’une plante qui n’a vécu qu’un jour
Comment veux-tu que moi qui chéri tous les hommes
Je ne sauve pas Ninive et que je n’lui pardonne (bis)
 
Cette histoire de Jonas ne s’achève point ici
Car le Seigneur Jésus en parle lui aussi
Aux hommes de son temps qui voulaient voir des signes
Il dit que seul Jonas serait pour eux un signe (bis)
 
De même que le prophète est resté dans le sein,
3 journées et 3 nuits, du grand monstre marin
Ainsi le fils de l’homme restera lui aussi
Tout au fond de la terre 3 journées et 3 nuits (bis)
 
Mmm mmm ….
 
Cette vie du prophète dont parle notre chanson
Nous donne un avant-goût de la Résurrection
 

Publié dans Vie quotidienne

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article