Une bible de pèlerin ?

Publié le par Albocicade

Suite à un précédent billet, Tertius demandait en commentaire quelle Bible le pèlerin Russe employait… J'ai tant bien que mal tenté de répondre.
Pour le pèlerin d'aujourd'hui, peut-être recommanderais-je la Bible "Segond 21".
Ses défauts, d'abord : c'est une édition protestante, ce qui revient à dire que pour l'Ancien Testament, elle ne contient pas tous les livres communément admis dans le Canon (il manque Judith, Tobie, la Sagesse…) Mais si l'on tient compte que le Pèlerin Russe n'avait, en plus de sa Philocalie, probablement qu'un Nouveau Testament, c'est déjà plus. D'autant que ce contenu n'est guère différent de la liste que St Grégoire le Théologien retenait pour l'Ancien Testament. (On peut donc être un grand théologien et un grand saint avec une bible "protestante" en poche).
Autre "défaut", lié au premier, cette traduction est faite, pour l'Ancien Testament, sur le "texte massorétique", lequel diffère parfois du texte de la Septante (qui fut pendant 4 siècles l'Ancien Testament de toute l'Eglise, et donc des Pères de l'Eglise, et reste encore le texte de référence de l'Eglise orthodoxe), ce qui pose parfois des difficultés pour suivre les commentaires des Pères… Mais la seule traduction des Septante actuellement disponible est celle de la Bible d'Alexandrie, la précédente datant du XIXe siècle (plusieurs livres de cette traduction de Giguet sont d'ailleurs disponibles ici)
Ses qualité, ensuite : le peu que j'ai pu en voir montre un réel effort de mettre le texte à la portée du lecteur_non_spécialiste d'aujourd'hui. Là où les traductions précédentes emploient le terme "homme" au sens générique, la "Segond 21" traduit, fort justement "humain". Lorsqu'il est question de la crainte que les disciples (qui étaient Juifs) avaient "des Juifs", la traduction précise "des chefs Juifs"… Je ne garantis pas que tout soit aussi juste (je ne l'ai pas "étudié" in extenso !), mais la tendance est là.
Autre qualité, pour un pèlerin désargenté, le prix. C'est vrai qu'il faudra sortir des pièces, mais pas même un billet. A 1,50 € le volume (et elle est en un seul volume !) de 13 cm sur 21 cm pour 802 pages, elle tiendra aisément dans une besace (ou sur un coin de buffet), et ses 395 g n'éreinteront pas le marcheur…
Et même, au pire, si vous avez déjà une bible en poche, vous pouvez l'offrir à un pèlerin ou un(e) voisin(e)…
Au fait, j'ai demandé à la personne qui avait cette Bible "Pourquoi 21 ?" Sa réponse m'a montré à quel point je manque parfois de jugement : "21 ? Ben, pour le 21ème siècle…"
Plus d'infos ? Ici, par exemple.

Publié dans Vie quotidienne

Commenter cet article

Tertius 22/09/2007 00:29

La Bible Second, oui! C'a été ma première Bible, et pour la raison précise de sa taille, oui... pour pouvoir l'emporter et la lire partout où je pourrais...
J'avais également vu que la Bible de Jérusalem existait aussi en petit format, avec en prime un étui souple pour la mettre à l'abri, mais je n'arrive vraiment pas à me faire à son usage d'écrire "Yahvé" à chaque fois qu'apparait le tétragramme. Aucun juif ne pourrait ouvrir sa partie "Ancien Testament" et surtout pas les acteurs du Nouveau, qui disent "le Seigneur" en grec. André Chouraqui a trouvé un truc pas mal pour rendre cette substitution, il écrit YHWH avec le W et le H plus petits, au-dessus desquels il écrit en petites lettres "adonaï", le Seigneur.
Mais en définitive la Bible que j'emporte avec moi depuis plusieurs années, c'est une petite TOB, plus grosse, certes, mais j'aime beaucoup ses commentaires et renvois scripturaires, et aussi son respect de l'isolation des Deutérocanoniques (pour les protestants) et des divergences avec la Septante (pour les Orthodoxes).
Et si le Pélerin n'a vraiment pas d'argent, il pourra trouver très facilement à Lyon de petits opuscules à 1€ contenant le Nouveau Testament et les Psaumes (avec les petits signes pour moduler leur chant)

Albocicade 22/09/2007 09:21

Oui, bien sûr, la Jérusalem, la Chouraqui ou la TOB ont aussi chacune des arguments à faire valoir... Néanmoins, dans cette nouvelle révision de la Segond (qui ne semble pas être la "Nouvelle Bible Segond"... allez vous y retrouver, après), c'est justement que le travail a porté sur la "forme", sur l'accessibilité du  texte. Un peu comme la "Français Courant" ou la "Français Fondamental - Parole de Vie". Quant à la traduction idéale, je ne l'ais encore pas trouvé... peut-être parce que je ne suis pas un "lecteur idéal"...