Les documents : Juin 2009

Publié le par Albocicade


Il y a deux ans (déjà), j'avais écrit un petit commentaire de ce tableau de Gustave Doré.

Aujourd'hui, ce tableau sert d'illustration à une série publiée au début du XXe siècle sur l'Histoire des persécution au cours des premiers siècles par M. Paul Allard (à qui nous devons aussi la biographie de St Ambroise signalée en Mai).


Tome 1 : Histoire des persécutions pendant les deux premiers siècles (1903)

Sur Archive


Tome 2 : Histoire des persécutions pendant la première moitié du troisième siècle (1905)

Sur Archive


Tome 3 : Les dernières persécutions du troisième siècle (1907)

Sur Archive


Tome 4 : La persécution de Dioclétien et le triomphe de l'Eglise  partie 1 (1908)

Sur Archive


Tome 5 : La persécution de Dioclétien et le triomphe de l'Eglise  partie 2 (1908)

Sur Archive

A noter que le Tome 5 contient un index alphabétique desprincipaux noms de personne et de lieux contenus dans les 5 volumes : un véritable index général des persécutions...


Pour faire bonne mesure, j'ajoute, toujours de ce même Paul Allard deux études un peu plus techniques :


Les chrétiens ont-ils incendié Rome sous Néron ? (1904) Sur Archive


 et


Les persécutions et la critique moderne (1904) sur Archive


Faut-il rappeler que l'empire romain ne fut pas le  seul endroit où des chrétiens ont été tués pour cause de christianisme. L'empire Perse de Shappur II, à la même époque, avec son zoroastrisme, n'était pas en reste. Aussi, à ces documents de Paul Allard, j'ajoute la traduction française de Lagrange des "Martyrs d'Orient" (un manuscrit syriaque qu'Assemani traduisit en latin)

Sur Scribd et sur Archive


Enfin, les persécutions contre les chrétiens n'ont pas disparu avec le Règne de Constantin. Mentionnons parmi une foule d'autres,  les néomartyrs de l'empire ottoman, ou ceux d'Union soviétique.


Aussi ai-je voulu clore ces documents de Juin par le livre de Pierre Gilliard Le tragique destin de Nicolas II et de sa famille. Par son refus d'engager une guerre fratricide, et son abdication, le Tsar Nicolas II a montré qu'il préférait la paix et le royaume de Dieu à un royaume terrestre, fut-ce le trône légitime de la Russie. En cela, il s'est montré un véritable témoin du Christ... et "témoin", c'est bien le sens de "martyr".

Le récit de Gilliard, précepteur français du tsarevich , est donc ici, sur Archive.


Publié dans Cigale bibliothécaire

Commenter cet article