Chez saint Martin, en somme

Publié le par Albocicade

martin vitrail


Il n'était pas encore baptisé, pas même officiellement catéchumène, mais ce jeune militaire romain était chrétien de tout son cœur.

Il avait bien tenté de se faire baptiser, une fois, mais l'évêque du lieux avait refusé : comment donner le baptême à ce gamin de 10 ans contre l'avis de ses parents païens ?

Puis, alors qu'adolescent, il rêvait de devenir ermite, ce fut la conscription obligatoire (son père était officier supérieur), l'école de sous-officier.

Et lui qui était né en Hongrie, avait été éduqué en Italie se retrouve à moins de 20 ans, responsable de patrouilles dans le nord de la Gaule.

A force de donner un peu d'aide à tous les pauvres qu'il croise, il n'a plus rien, pas un liard en poche pour  ce miséreux déguenillé qu'il croise, un soir d'hiver.

Plus rien, si ce n'est son uniforme. Et puisqu'il a payé la moitié de cet uniforme... il tranche sa chlamyde, son manteau et en donne la moitié au miséreux ébahi.

Lui, c'est Martin.

Futur abbé de Ligugé, futur évêque de Tours... futur "saint Martin".

Ceci se passait à Amiens, vers 338.

Et comme le 13e congrès orthodoxe en Europe occidentale (où je compte bien me rendre) se tient à Amiens, nous serons un peu chez St Martin, en Somme.

C'est en tous cas cet épisode (et un certain nombre d'autres tout au long de sa vie) qui lui valut le surnom de "miséricordieux".


Et pour ceux qui voudraient en savoir un peu plus, ils peuvent lire la (brève) Vie de St Martin, par son contemporain Sulpice Sévère (que le Hiéromoine Cassien a numérisée et mis en ligne)

Publié dans Cigale sociale

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Bailleul 10/01/2010 21:34


St Martin. Un ami me disait un jour : donner la moitié d'un manteau ! Tu donnes ou tu ne donnes pas. Je lui rétorquais gentiment que l'empire romain ne payait que la moitié de l'équipement des
officiers, l'autre moitié étant à leur charge, de sorte qu'ils en prennent soin; donc, étant intègre, Matin ne pouvait offrir que la moitié lui appartenant. De plus, il s'agissait d'une clamyde
(sorte d'ample cape) et non d'un manteau style loden, plus facile à couper en deux !...Vrai ?
J'ai passé ce Dimanche apm à lire votre blog. Super. Merci. Vladimir